AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion






 
Derniers sujets



.... font les bons amis [Killian ft. Jefferson]

Aller à la page : 1, 2  Suivant


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Lun 10 Nov - 2:33, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Lun 10 Nov - 2:33
Retrouvez la première partie de ce RP "Les Bons comptes..." ICI.


Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


Où diable était-il tombé ? Ce manège de portes lui donnait le tournis et le rendait presque vulnérable. Il se sentait soudainement moins assurant, comme si le chapelier fou venait de prendre le dessus. Il entendait les mots de Jefferson, mais n'arrivait pas à le regarder dans les yeux, subjugués par le spectacle. La galerie était éblouissante, et la diversités des types de portes était remarquable. Jamais n'avait-il vu une telle variété d'entrée. Et chacun d'entre elle guidait sans doute son voyageur dans l'un des multiples pays qui composent le Monde de Contes.

- «Nous y voilà… La Terre du Milieu. Alors prêt à vous embarquer dans cette chasse au trésors ? Oh et avant que vous ne me demandiez mon prix, disons qu'une part du trésor en question me suffira, la moitié ? Oh si c'est vous qui le proposez Capitaine… Je ne peux pas refuser… »

Cette réplique le sortie de sa torpeur. Ce n'était pas tant l'information sur leur arrivée en Terre du Milieu qui l'avait redressé, mais plutôt le fait qu'il quémande la moitié du trésor. Comme s'il se sentait obligé de lui expliquer ses projets, il rétorqua :

- A vrai dire, les pièces d'or et les calices d'argent ne m'attirent que secondement. Je suis là pour un objet en priorité : le Sablier du temps. Cet artefact vaut, à mes yeux, le plus grand nombre de pièces que puisse renfermer la salle que nous quêtons.

Il se redressa et se décida à s'avancer enfin auprès du chapelier. Il lui balança mielleusement son nom « Killian Jones », avec l'assurance la plus remarquée qu'il pouvait inspiré à cet instant, avant de finalement traverser la grand porte en marbre. Le chapelier referma l'entrée. Killian sentie une brise lui passer dans le dos. Il se retourna, et se rendit compte que la porte avait disparut, mais que le fou se rhabillait le tête de son couvre-chef. Ce phénomène était étonnant, et le capitaine, en soif constante de savoir, aurait sans doute demander quelques explications s'il n'avait pas été ébahie par la beauté de la scène.

Le décor était gargantuesque. Les deux compères se trouvaient dans un immense château en ruine, aux vertiges d'une montagne. Il semblerait que cet habitat moyenâgeux soit abandonné depuis quelques siècles. Le lierre y poussait abondamment,et les mousses s'épanouissaient amèrement sur le marbre. Rongé par la faune, la roche était pourtant d'un pâle maladif. Le regard de Hook fut attiré ensuite par l'arrière plan. Une peinture de Montagnes se dandinaient au travers d'une épaisse brume grisâtre. On ne percevait ni le début, ni la fin de cette gigantesque chaîne de montagnes.

-J'ose espérer que la salle de Smaug soit dans les parages... Il doit y avoir une centaines de montagnes... balbutia-t-il.

Le pirate ne savait même pas qui il devait chercher. Un paysan ? Un sorcier ? C'est alors qu'il se souvint d'un précieux détail : il avait ramener une boussole ensorcelée de son périple au Pays Imaginaire. Il sortit la relique : elle ressemblait aux premiers abords, à une petite boite à bijoux noire. Il l'ouvrit et  la flèche se mit à trembler avant d'indiquer une direction. Cette boussole avait en effet le pouvoir de guider son possesseur vers le lieu qu'il quête.

L'aventure pouvait commencer.

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Sam 15 Nov - 23:47, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Sam 15 Nov - 23:47

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Une sourire presque arrogant se dessine doucement sur mes lèvres. Alors comme ça le Capitaine m'entraîne non pas dans une quête pour se remplir les poches, mais simplement une croisade personnel pour retrouver je ne sais quel artefact idiot… C'est presque décevant. Tant pis pour lui alors, l'or sera pour moi. Lui cherche peut-être un artefact poussiéreux, mais moi, je veux simplement m'enrichir au frais du Capitaine. Je dois avouer que je ne viens jamais, au grand jamais seul dans ce monde. Pourquoi ? Parce qu'il est terriblement dangereux. Surtout pour quelqu'un comme moi qui n'est qu'un humble escroc et voyageur. Et chose étrange, mais j'apprécie le fait d'être en vie et j'aimerais le rester le plus longtemps possible… Alors je me dis qu'avec un pirate à mes côtés… Tout devrait bien se passer non ?

J'attends que le Capitaine se décide à traverser la porte pour le suivre, m'engouffrant à mon tour dans ce portail. Je prends soin à refermer la porte avant de remettre mon chapeau sur ma tête, un sourire au coin des lèvres. Parfait, on a de la chance, il fait beau et la nuit semble encore loin. L'air frais fait doucement onduler nos manteaux, tandis que je pose mes regard sur le ciel. Ouais, franchement, c'est dommage que je ne passe pas plus de temps ici, le paysage est vraiment pas dégueulasse… C'est simplement dommage que ce monde soit remplit de sauvage qui ne cherchent qu'une chose : s'entretuer. Je m'approche du pirate, venant me mettre à ses côtés, croisant les bras tandis que je me retiens de sourire.

"Le Sablier du Temps, hein ? Un truc magique ? Excusez-ma curiosité, mais j'aimerais bien savoir ce qu'il vaut pour que vous abandonniez tout un trésor pour ce fameux artefact..."

Ah je sais que la curiosité est un vilain défaut... Mais c'est intriguant tout de même. Je croyais que les pirates adoraient se rouler dans l'or et se parer de joyaux... Ouais je les voyais assez bien comme des pieds, des hommes que seul l'or attire. Pire que moi par moment... Je regarde le pirate sortir sa boussole arquant doucement un sourcil en voyant que l'aiguille n'indique même pas le Nord. Wow. Je croyais que les pirates avaient du bon matos, ou alors… la réputation du Capitaine est surfaite… Je passe ma langue sur mes lèvres, me penchant légèrement pour regarder d'un peu plus près cette fameuse boussole.

"Je ne veux pas paraître grossier, mais si je puis me permettre, et je vais me le permettre, mais j'ai la sale impression que votre boussole est complètement foutue… Elle n'indique même pas le Nord, alors quand à trouver un trésor légendaire et un artefact…"

J'émet un rire presque méprisant avant de faire quelques pas devant moi, lui tournant le dos. Bon. Je sens qu'on va se perdre, vu à quel point il semble doué… Les bras toujours croisé, lui faisant toujours dos, j'ajoute, d'un ton dont mon amusement se fait largement sentir :

"Si votre boussole ne marche pas… Je sens que ça va être plus compliqué que prévu… Ce serait tout de même dommage que deux charmants hommes tels que nous se perdent..."

Je me retourne vers lui, lui adressant un sourire des plus arrogants.


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Dim 7 Déc - 12:38, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Dim 7 Déc - 12:38

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


- Cet artefact a le pouvoir de remonter le temps pour qui estime vengeance. Grâce à lui, je pourrais revenir en arrière, dépecer ce crocodile et sauver Milah...

Killian Jones se rendit compte qu'il avait laisser sa colère prononcer ces maux. Le Chapelier n'en comprenais sans doute pas un mot, mais cela importait peu. Le Pirate savait que tout ce qu'il l'importait, c'était le trésor. Marché conclu : Hook prendrait le sablier, Jefferson les pièces d'or. Chacun y gagnerait. Seul bémol, il fallait maintenant trouver le fameux repère de Smaug ! C'est là que la boussole du Pays Imaginaire entrait en jeu !

- " Je ne veux pas paraître grossier, mais si je puis me permettre, et je vais me le permettre, mais j'ai la sale impression que votre boussole est complètement foutue… Elle n'indique même pas le Nord, alors quand à trouver un trésor légendaire et un artefact… "

Jones se retint de souffler. Si c'était une boussole ordinaire, elle n'aurait servit à rien puisqu'ils ne savent même pas dans quelle direction aller.

- Voyons mon cher, vous insultez mon nom. Ma renommée n'est pas un mythe, j'ai plus d'un trésor dans ma manche. Cette boussole détraquée comme vous l'estimez est enchantée. Elle guide son possesseur vers le lieu qu'il quête. Vous riez de vos tours de chapeau pendant que je guide nos pas. Ne m'insultez pas.

Il ricana de sa propre réplique. Il devait bien lui rendre l'appareil, mais c'était de bonne guerre. Le Chapelier n'était pas le seul à pouvoir les guider. Il dévisagea le fou qui semblait toujours perplexe.

- Pour ainsi dire, il suffit simplement de suivre la flèche. La boussole devrait nous mener jusqu'à Smaug. En revanche, je ne peux vous dire combien de temps cela prendra...

Killian semblait un peu ébahie par le paysage. Les terres s'étendaient à perte de vue, et ce pays semblait le plus vaste qu'il n'est jamais rencontré. Espérons qu'ils n'aient pas tous les territoires à parcourir. D'autant plus que le capitaine l'ignorait, mais il arpentait le pays le plus dangereux du Monde des Contes. Mais il ne tarderait pas à s'en rendre compte.

Un raisonnement infecte lui agressa l'oreille. On aurait dit un animal sauvage en train de régurgiter ses propres organes. Le capitaine se retourna soudainement en apercevant un affreux nain verdâtre bondir sur le dos de son équipier. Le nain ressemblait à un enfant à la peau défraîchie et déchiquetée. Habillé de reste de tissus bruns, il avait les yeux rouge sang et la mâchoire pendante. Il sortait un poignard planté dans son propre flanc. Killian Jones bondit sur le nain et planta son crochet dans son œil. Il en profita pour arracher le couteau des mains du monstre pour le lui planter amèrement dans le corps. Les muscles du nain se détendirent et son corps s'écrasa, mort, sur le sol.

Hook émit un soupir de soulagement, reprit son souffle l'espace d'une ou deux seconde avant de tendre sa main pour relever le Chapelier. Là, une ordre de cris le fit frémir. Il tourna la tête lentement sur la gauche, alors que sa main tendue attendait toujours celle du fou. Une armée de nain vert commençait à dégringoler la parois de la montagne. Il devait y avoir un kilomètre de distance entre le groupe de monstre et les deux voyageurs, mais leur descente était si rapide qu'il ne leur faudrait pas moins de deux minutes pour toucher terre.

- Je... crois qu'on a un problème... Marmonna le capitaine.

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Sam 20 Déc - 21:41, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Sam 20 Déc - 21:41

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Et une histoire de vengeance, comme c'est étonnant de la part d'un pirate. Je me garde bien de railler sur sa quête, plus de peur de prendre un coup de crochet que par pure politesse. Sans compter que le prénom "Milah" me fait penser qu'il chercher à venger l'amour de sa vie. Je me retiens de lever les yeux au ciel. Un pirate au coeur tendre… Non pire, un Capitaine dont le seul amour n'est pas la mer mais une demoiselle nommé Milah. Amusant. Une amorce de sourire se dessine sur mes lèvres tandis que je l'écoute me parler de sa boussole qui n'indique pas le Nord. Et pour une fois, je dois m'avouer vaincu. Je hausse un sourcil, soudainement bien plus intéressé par la petite chose dans sa paume.

"Vraiment ? Intéressant… Donc si je comprends bien… Tant qu'on désir trouver ce fameux trésor, la boussole nous indiquera comment y aller… Fascinant."

Très bien, si jamais j'ai l'occasion de lui faire les poches, le premier truc que j'essaye de lui voler c'est bien ça… Eh, j'ai jamais promis de ne pas lui prendre quoi que ce soit, juste de l'aider à voyager… Et puis, entre nous, cette petite chose pourrait m'être fort utile. Je hausse vaguement les épaules avant de faire quelques pas sans lui, admirant le paysage qui s'étale à nos pieds. Ô douce contrée…

Un cri immonde me frappe. Dégueulasse et insupportable, à vous en donner envie de de régurgiter. Un frisson de dégoût et de crainte me parcourt l'échine tandis qu'une sueur glacée me prends subitement. Seulement je n'ai pas le temps de réagir ou de comprendre ce qu'il m'arrive que je me fais plaquer au sol. Je sens la prise de la créature sur ma nuque tandis que ses grognements et autres gargarismes me parviennent, doucement susurré à mon oreille. Et merde. Du coin de l'oeil je vois la lame argenté du nain briller et je m'apprête déjà à la sentir s'enfoncer violemment dans ma gorge. Je ferme les yeux, me débattant tant bien que mal. Mais c'est alors que le Capitaine intervient enfin pour me sortir des griffes du monstres. Et sa capacité de combat me laisse quelque peu sans voix.  Un coup de crochet, une manœuvre de désarmement et hop c'est réglé, le nain immonde se retrouve mort. Rapide, net et efficace. Je le regarde, un vague sourire sur les lèvres avant de me raviser bien vite en voyant la horde de monstres qui hurlaient déjà pour notre sang. Non mais c'est pas vrai… Et la remarque du Capitaine me fait grincer des dents.

"Non vous pensez ?! Une horde de monstre assoiffée de sang qui charge droit sur nous et vous "croyez" qu'on a un problème ?!"

J'attrape sa main et me relève bien rapidement avant de garder sa main dans la mienne, tandis que je commence à courir, le tirant de force avec moi. De toute façon on ne va pas traîner là, ce serait idiot de vouloir les affronter et ça le serait encore plus que d'essayer de parlementer. Le plus simplement c'est de se tirer d'ici au plus vite et d'espérer trouver une cachette qui nous permette de leur échapper.

"J'espère sincèrement que cet artefact vaut le coup… Parce que si on y passe, croyez-moi que je vais faire de votre mort un enfer."

Je continue de courir, l'entraînant à ma suite, me foutant bien de savoir si nous allons au bon endroit ou non, on va déjà faire en sorte de rester en vie avant d'éventuellement évoquer l'idée d'aller chercher un trésor.


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Ven 2 Jan - 0:49, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Ven 2 Jan - 0:49

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


« Vraiment ? Intéressant… Donc si je comprends bien… Tant qu'on désir trouver ce fameux trésor, la boussole nous indiquera comment y aller… Fascinant. »
- Je vous vois venir... Ne soyez pas assez fou pour tenter me dérober de ce bien voulez-vous ?

C'était sur cette phrase à laquelle le Chapelier n'avait pu rétorquer que la bestiole lui grimpa dessus et que Killian dû jouer les héros.

Je... crois qu'on a un problème...
« Non vous pensez ?! Une horde de monstre assoiffée de sang qui charge droit sur nous et vous "croyez" qu'on a un problème ?! »

Hook ne répondit pas à ce ton sarcastique, il avait d'autres chats à fouetter. Ou plutôt, des nains... Comment diable allaient-ils se débarrasser de cette horde ? Le Capitaine se sentit propulser en avant par l'élan de Jefferson qui l'entraînait dans sa course, sans dénier lui lâcher la main.  Il devinait l'habitude de son camarade à s'enfuir, tant sa course frôlait la perfection. Sans être tiré par Jeff, Crochet se serait sans doute déjà mêlé les pieds sur ce terrain hétérogène. Les Rochers, la boue et les ronces manquèrent de justesse de faire chavirer le barbu. Pour une fois, Jones ne regrettait pas de se faire guider par quelqu'un, jusqu'à ce qu'il lui rappelle ce fameux ton arrogant qui l'agaçait depuis le début du périple :

« J'espère sincèrement que cet artefact vaut le coup… Parce que si on y passe, croyez-moi que je vais faire de votre mort un enfer. »

Le Capitaine regretta d'avoir apprécier être accompagné par le Chapelier l'espace d'une seconde. Évidemment que le voyage en valait la peine, sinon il n'aurait pas entreprit un tel voyage ! Et puis, après tout, Jefferson n'avait pas reculé. Au contraire, il avait plutôt forcer la main au pirate. Inutile de se plaindre d'être fourré ainsi dans ce pétrin.

Un nain qui bondit devant eux sortit Jones de ses pensées mêlées. C'est en dérapant majestueusement qu'il lâcha finalement la main du Chapelier pour saisir, non sans dextérité, son épée nouée dans sa ceinture. Il ne fallut qu'un coup rapide au capitaine pour se débarrasser de la bestiole dont le corps plongea dans le vide. Killian Jones se retourna alors et, comme pour protéger son camarade, se plaça naturellement devant lui, épée dirigée vers l'avant. La horde de nain dévalait la montagne à vitesse effrénée et certain empruntait déjà le même chemin que les deux voyageurs. Une trio plus rapide s'élança vers eux. Il ne fallut qu'un pivot sur lui-même, à l'allure d'un disque tranchant, pour que Crochet découpe les têtes des monstres. C'est à ce moment précis qu'il espéra de tout cœur que son acolyte avait été assez rapide pour se baisser et éviter le balayage mortel. Killian Jones baissa la tête vers son nouveau camarade et voulut presque le serrer dans ses bras, oubliant cet air hautain qui l'agaçait temps.

Un fléau de poussière qui vint teindre ses cheveux le rappela à l'ordre. Sans même regarder la distance sans doute maigre qui les séparait des nains, Killian releva Jefferson et l'entraîna à son tour dans sa course.

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Lun 12 Jan - 1:24, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Lun 12 Jan - 1:24

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Oh que je regrette presque de l'avoir suivis. Pourquoi déjà ? Oh pire qu'un dragon, l'or m'appelle. Il suffit de me murmurer quelques promesses d'un trésor et vous captez toute mon attention. Vénale, moi ? Oh oui. Terriblement. Quand on est vagabond et voyageur… L'or est une chose que l'on convoite bien plus que les autres. C'est mon langage. Une manière de capter mon coeur. Mais là… Si on m'avait dit que j'allais finir avec lui à me faire courser par… Je ne sais trop quoi… Je pense que, trésor légendaire ou pas, je me serais retenu de l'accompagner. Sans compter que j'ai l'impression que le Capitaine a bien du mal à supporter mon ton.

Et alors que je m'apprête à lui sortir une autre de mes répliques cinglantes voilà qu'un de ses monstres bondit à nouveau face à nous. J'étouffe un juron tandis que je me stoppe brutalement dans ma course, lâchant au passage le poignet du pirate. Ce dernier arrive alors, d'un mouvement souple à se débarrasser bien rapidement du nain face nous. Je retiens mon souffle tandis qu'il se place d'un geste étrangement protecteur entre moi et un trio de ses abominations. Je le regarde, partagé entre une étrange gratitude et une incompréhension. Pourquoi fait-il ça ? Il me pense incapable de me défendre par moi-même ? Qu'il fasse attention. Je pourrais lui réserver quelques surprises.

J'ai à peine le temps de réagir que dans un tourbillon mortel il décapite nos trois assaillants, me laissant tout juste le temps de m'accroupir pour éviter de me faire décapiter. Je pousse un grognement tandis que j'en profite pour récupérer une dague sur le cadavre de toute à l'heure. Je glisse la lame dans ma ceinture avant de me relever et de recommencer à courir à sa suite. Je jette un regard par-dessus mon épaule, constatant que la horde de nains ne cesse de se rapprocher. Un autre juron m'échappe.

"Capitaine, je ne voudrais pas recommencer à être désagréable… Mais je crois que la fuite sans but n'est pas vraiment la bonne solution. Ils sont en train de nous rattraper… Alors si vous avez une idée brillante c'est le moment. Sinon… J'espère que vous pouvez faire mieux que ça."

Sinon je pourrais… Ouais je pourrais tenter un truc. Les envoyer dans un autre monde… Ce serait dangereux. Et si ça foire… Non mieux vaut ne pas y penser. Quand à mettre le feu à cet endroit… Oh mieux vaut ne pas saccager ce monde. Peut-être qu'au final il faille se contenter de courir en sa compagnie, en espérant que nous n'allons pas y passer. Non parce que… Parait que la mort est un concept très chiant que je n'ai pas vraiment envie de connaître pour l'instant. Et je n'ai pas non plus envie de mourir dans un monde que je ne connais pas et en compagnie de quelqu'un qui a du mal à me supporter.


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Mar 10 Fév - 21:10, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 10 Fév - 21:10

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


«  Capitaine, je ne voudrais pas recommencer à être désagréable… Mais je crois que la fuite sans but n'est pas vraiment la bonne solution. Ils sont en train de nous rattraper… Alors si vous avez une idée brillante c'est le moment. Sinon… J'espère que vous pouvez faire mieux que ça. »

Killian poussa un sourd soupir. Diable, qu'il est agaçant. Le beau pirate était tiraillé entre son compagnon de route, et cette troupe de nains peu engageants. Finalement, de qui avait-il le plus envie de se débarrasser ? Il venait de sauver la vie du chapelier, et ce dernier ne pouvait s'empêcher de lui recracher ses phrases sarcastiques. Était-il toujours comme cela ? Le voyage risquait d'être long... terriblement long.

- Mieux que ça ? Courir ne fait pas nécessairement de vous un lâche, parfois c'est une attitude de survivant... Si vous désirez servir de déjeuner à ces mini-trolls, que Calypso aiguise vos prières vieux fou !

Il n'osa même pas regarder Jefferson qui, pinçant légèrement des lèvres, préparait sans nul doute sa prochaine réplique satirique. Jones ne supportait pas qu'on le dévalorise. Il freina finalement  sa course, sans même prévenir son acolyte et sortit de son manteau, une grenade de piraterie noire charbon.

- Inutile de vous demander du feu, à part du fil de couture et des boutons, vous n'avez sans doute rien pour allumer vos problèmes vous !

C'est d'un sourire insolent et d'un regard légèrement coquin qu'il sortit son briquet en bronze, sur lequel brillait un crâne forgé de rouille. Après en avoir incendié le fil, il lança la grenade sur la paroi de la montagne, le plus loin possible.  Le ridicule objet éclata en sanglots brûlants contre la parois rocheuse du décor. La montagne explosa en fracas , s'écroulant violemment contre le groupe de nains. Alors que certains nains hurlaient en tentant d'éteindre des débris de feu qui leur rongeaient la peau, que d'autres profitaient du grand saut dans le vide, et qu'enfin les plus chanceux regagnaient le chemin de terre, Killian frottait ses mains, le visage souriant, tourné vers son camarade. Une bonne chose de faite ! Mais il entendait quelques nains remontés la parois, d'autres courir vers eux.

- Mais c'est coriace ces bestioles !

Sur ces mots, un nain, comme survenu de nulle part, s'écrasa sur Killian. Son épée glissa jusqu'au rocher plus loin. Hook tentait de retenir l'assaut du monstre, lui tordant le poignet pour éviter de recevoir le poignard dans sa poitrine. Ses dents grinçaient et ses yeux brûlaient au contact de l'haleine nauséabonde du nain. Le bête avait le visage déformé, l’œil gauche tombant menaçant à tout moment d’atterrir dans le col du pirate, la lèvre inférieur à demi-découpée et la peau pelées, qui s’effritaient sur son manteau. Charmante bestiole. Le nain remuait sa gueule, envieux à l'idée de  goûter la chair fraîche du capitaine.

- Pardonnez-moi mocheté, mais vous n'êtes pas vraiment mon genre !

C'est sur ces mots ironiques et grinçants que Killian força davantage pour repousser la bête qui s'écrasa finalement sur le dos. Mais sans prendre le temps de respirer une demi-seconde, elle replongea sur lui. D'un coup de pied, il repoussa le nain contre un rocher, et roula virtuosement sur la gauche pour éviter l'autre nain qui bondissait à son tour. Hook rattrapa son épée près du rocher, se redressa, prêt à répliquer. Mais là, le reste de montagne intact explosa soudainement. Une bête ailée, à la peau recouvertes d'écailles de bronze en sortie. Les nains, affolés, rebroussèrent tous chemin. Certains creusaient comme pour se terrer, d'autre descendaient la falaise rocheuse de leur griffes assidues, ou encore sautaient carrément dans le vide pour lui échapper. Crochet redressa la tête. Un dragon. Non de...

La petite bête ailée fonçait droit sur eux. Ses ailes devaient faire leur taille, et chacune de ses dents devaient avoir les circonférences d'un doigt humain. Killian plongea littéralement sur Jefferson, comme pour l'obliger à se plaquer au ras du sol. Mais le dragon, gueule ouverte, réussi à attraper le chapeau de Jefferson et continua son envolée sans rebrousser chemin vers les deux voyageurs.

Affalé sur son camarade, le visage à seulement quelques centimètre de Jefferson, le pirate eut quelques secondes de trouble. Ses yeux, comme hypnotisés par l'iris du chapelier, ne pouvait détourner le regard. Sa main, plaqué contre la poitrine du fou, frissonnait très légèrement, et ses lèvres gercées tentaient de se rejoindre pour l'autoriser à ravaler sa salive. Il se redressa finalement, une vingtaine de seconde après le trouble, sans y porter foncièrement attention. Frottant son manteau pour se débarrasser de la poussière, il ricanait cette classique réplique :

- On l'a échappé belle !

Il se retourna vers Blackwell et resta comme surpris devant ses cheveux mi-longs découverts. Merde. Le chapeau...

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Dim 15 Fév - 15:24, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Dim 15 Fév - 15:24

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Je vous jure que je lève les yeux au ciel. Je sais que ce n'est pas vraiment la meilleure des choses à faire lorsque l'on tente de courir pour échapper à la mort… Mais m'en remettre à je ne sais trop quelle déesse de la mer ? Dieu que j'oubliais que les pirates étaient superstitieux. Sans compter que si il n'arrête pas rapidement de m'appeler "vieux fou", je sens que je vais lui en coller une. J'ai un nom, est-ce que c'est trop demandé de t'en servir ? Aimerait-il que je le nomme "sale suceur de goulot de bouteille de rhum." ? Je ne pense pas. Mais je ne dis rien, me contentant de serrer les dents. Seulement, rapidement je me rends compte que lui se décide à se retourner, sûrement poussé par une envie de câliner d'un peu trop près la Faucheuse. Je m'arrête à mon tour, le souffle court, m'apprêtant à lui demander si il a complètement perdu la raison ou si c'est le soleil qui lui a cogné bien trop violemment sur crâne, mais voilà qu'il sort de sa poche une grenade. Je hausse un sourcil, eh bien… Plein de ressource le Capitaine. J'ai un soupir en l'entendant mettre une fois de plus en doute mon utilité.

"C'est ça… Riez… Mais au moment où vous aurez besoin de mes talents d'aiguille, oubliez-moi."

Il fait cliqueter deux ou trois fois son briquet avant de finalement réussir à allumer la mèche, jetant la grenade au loin.L'objet explose en de millions d'éclats ardents alors que la montage elle même gronde et s'effondre sur la meute de montres qui jusque là en voulait à notre peau. Je couvre mon visage à l'aide de ma manche, plissant les yeux sous la poussière et l'odeur de poudre, tandis que je prie pour ne pas me recevoir un morceau de roche sur le coin du museau. Seulement, malgré les hurlements des monstres qui écrasés, fracassés par les débris se décident enfin à lâcher l'affaire, voilà que quelques uns résistent, insistent pour venir nous tuer. L'un saute d'ailleurs sur le capitaine tandis qu'un autre vient me faire face, me grognant son haleine putride au visage. Lentement je tire la dague de ma ceinture, la faisant lentement jouer entre mes doigts. Le monstre grogne encore un peu tandis qu'il tente une approche.

"C'est ça… Viens danser…"

Un autre cri de sa part et il vient se jeter sur moi, toutes griffes et armes dehors, cherchant visiblement à m'arracher la jugulaire avec les dents. J'ai un mouvement de recul lorsque je sens mon veston se déchirer sous son assaut, ses griffes immondes cherchant à lacérer ma peau. J'ai une grimace de dégoût tandis que je le repousser, plantant dans sa cage thoracique la dague en question. Dans un gargouillement immonde il échoue au sol, mort. Le coeur au bord des lèvres je pousse un soupir. C'est immonde. Je m'apprête à demander au Capitaine si tout va mieux pour lui, lorsqu'une autre explosion se fait entendre. Plus violente… Et surtout… Venant de la montagne elle-même. Je lève les yeux avant de pousser un juron.

"C'est pas vrai…"

Un immense dragon, aux écailles cuivrées surgit de la montagne, hurlant et battant des ailes. Et c'est amusant, mais tout le monde fuit. Le soleil fait lentement luit ses écailles, leur donnant de douces teintes dorées, pareil à de l'or… J'ai à peine le temps de le voir foncer sur nous, qu'heureusement le Capitaine me sauve une fois de plus la vie, se jetant sur moi pour me plaquer au sol. J'étouffe un grondement en rencontrant un peu trop brutalement le sol tandis que le pirate s'affale sur moi. Je rouvre les yeux, croisant alors son regard…. Troublé. J'entrouvre quelque peu les lèvres, comme pour prononcer je ne sais trop quoi, mais étrangement je reste silencieux, continuant simplement de fixer son iris. Mon coeur cogne doucement contre sa paume alors que j'essaye, presque en vain, de retrouver mon souffle. Finalement au bout de quelques secondes il se relève, époussetant son manteau, m'adressant un "on l'a échappé belle", qui honnêtement ne me fais pas vraiment rêver. À mon tour je me relève, secouant mon manteau avant de passer une main dans mes cheveux… Découverts. Oh non, non, non, non, non… Je me retourne, cherchant mon chapeau à terre… Mais rien. Juste des rochers, de la poussière… Et aucune une trace de mon chapeau. Mon coeur s'affole tandis que je me retourne vers Jones, quelque peu paniqué.

"Le chapeau… Où est-il ?"

Stupide idée de lui poser la question… Quelqu'un à du le voler… Mais qui ? Qui ?… Je réalise soudain, serrant les dents. Le dragon. Eh bien… Je pense qu'il est temps de partir à la chasse au dragon. Le regard que je pose dans le sien est plus froid, plus déterminé. Je tends la main, lui demandant d'une voix autoritaire.

"Capitaine Jones. Nous avons un chapeau à récupérer et un dragon à tuer. Puis-je vous emprunter votre boussole magique ? Promis je vous la rends quand j'aurais le sang de cette sale bête sur mes doigts."


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Mer 18 Fév - 0:48, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mer 18 Fév - 0:48

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


Dépoussiérant le col de son manteau de manière peu virile, Killian écoutait le chapelier s'injurier sur la bestiole volante. Mais c'est après quelques secondes qu'il réalisa que ce couvre-chef était le seul moyen de sortir de la Terre du Milieu... A moins de traverser ces milliers d'hectares hostiles, de construire un navire et traverser la mer... Non bien trop compliqué.

« Capitaine Jones. Nous avons un chapeau à récupérer et un dragon à tuer. Puis-je vous emprunter votre boussole magique ? Promis je vous la rends quand j'aurais le sang de cette sale bête sur mes doigts. »

Lui prêter sa boussole ? Hors de question, ce scélérat serait capable de la lui dérober ! Et puis Killian était très bien capable de les conduire au chapeau de lui-même. Il suffisait simplement de penser à l'objet recherché, et la flèche leur indiquerait la direction à prendre.

- De toute manière, le dragon n'est pas encore stable. Tant qu'il ne se sera pas posé les directions de la boussole peuvent changer à tout moment, informa-t-il en fermant l'objet dans son petit coffret noir. En attendant de pouvoir partir à sa recherche, nous ferions mieux d'avancer... Je n'ai aucune envie de retomber sur ces affreux nains.

Le Capitaine Crochet s'autorisa enfin à contempler le paysage qui l'entourait. Sur la gauche, à même la montagne, se trouvait une crevasse, comme une sorte de large déploiement qui divisait la montagne en deux pôles de roche. Une arche rocailleuse se déployait comme l'entrée d'une sombre forêt. A droite, le chemin rocheux continuait à se dessiner le long de la paroi de la montagne, mais paraissait de plus en plus étroit. L'on pouvait même apercevoir un léger précipice entre deux bottes d'argile,  à quelques dizaines de mètres au loin.

- Vous êtes plutôt du genre alpiniste ou forestier ? Personnellement, je m'aventurai bien davantage dans cette forêt...

Il se pencha sur la droite pour regarder le précipice.

- Voyez-vous, je ne voudrais pas risquer de faire le grand saut...

C'est un regard du chapelier jeté sur lui qu'il prit comme un entendu. Jones s'avança donc vers le chemin de fauche, à l'arche qui semblait presque écarter de sa force les deux pôles de montagne. La forêt qui s'épanouissait alors face à lui devenait tout de suite moins accueillante. L'herbe était quasi inexistante. Quelques bottes de fougères osaient pointer le bout de leur nez aux pieds de quelques souches mais le reste du par-terre s'apparentait à un interminable tapis de terre poussiéreux. Les arbres, en revanche nombreux, se tordaient dans tous les sens. Certains s'enroulaient autour des autres, quand les suivants s’emboîtaient violemment dans leurs voisins. Les plus habiles creusaient dans les parois de la montagne ou semblaient naître directement des parois rocheuses. Un véritable carnage naturel. Les branches, nues, tremblaient légèrement en hauteur, sous la pression du vent que les deux voyageurs, trop bas, ne ressentaient pas.

Le capitaine ravala sa salive. Peut-être n'avait-il pas fait le bon choix ? C'est en frottant anxieusement son front que Jones inspiré pour rompre son souffle saccadé. Ce n'était pas le moment de perdre son sang froid, bien que son arrivée en Terre du Milieu venait d'être plus que mouvementée. Pour une fois, le pirate avait cru ne pas réussir à s'en sortir. Cet hostile pays lui réservera-t-il d'autres terribles surprises ? Il n'avait pas envie de le savoir, et ne comptait pas rester sagement à attendre un nouveau danger. Ses yeux balayaient timidement l'entrée du bal d'écorce. Au fond de lui, il espérait que Jefferson pourrait le rassurer, en l'informant qu'il n'y avait rien à craindre dans cette forêt... mais peut-être n'en savait-il pas plus que lui ? Après tout, il avait eut l'air aussi surpris que lui d'avoir été attaqué par cet horde de nains, puis chargé par un dragon. Tentant de se rassurer, le barbu sortit son sabre, le serrant fermement. Hors de question de se faire prendre par surprise une troisième fois.

- Bon..., marmonna-t-il pour rompre le seul son des craquements de branches timides. En route... J'espère que cette jungle de troncs enguirlandés nous sera moins odieuse...

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Jeu 19 Fév - 11:33, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Jeu 19 Fév - 11:33

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Je vois. En plus de ne pas avoir eu confiance en mes capacités, voilà que le Capitaine me pense capable de lu voler sa précieuse boussole. Bon le pire c'est que je ne peux pas lui donner tort… Mais tout de même, un peu de confiance ça ne tue jamais personne. Je pousse un long soupir tandis que je laisse mon regard se perdre dans le paysage qui nous entoure. Quelques rochers roulent encore le long de la paroi éclaté de la montagne, tandis que la poussière se décide enfin à retomber. Je hausse un sourcil ne me retournant vers le Capitaine, lorsque celui-ci me demande ce que je préfère. Le choix est vite fait mon grand, entre une forêt un peu glauque et une montagne aux chemins escarpés, je pense que finalement les branchages ont l'air plus accueillants. Un sourire se dessine lentement sur mes lèvres tandis que je tente de lui répondre d'une voix calme.

"Je dois avouer être de votre avis sur ce coup-là… Sans compter que ça me ferait presque mal de vous voir faire une mauvaise chute…"

Et en plus je suis sérieux, aussi désagréable que je puisse l'être par moment, souhaiter la mort des gens n'ait pas dans mes habitudes… Sans compter que bon, sa compagnie est loin d'être insupportable, surtout qu'en plus, l'homme semble mettre un point d'honneur à me sauver la vie et ça, même si je sais que c'est intéressé, je dois avouer que j'apprécie ça. À ses côtés je m'approche de l'orée de la forêt, contemplant le carnage forestier qui s'offre à nous. Un entremêlement de branchages presque mort, d'arbres torturés, le tout posé sur un tapis d'herbe sèche et quasi-inexistant. Il est vrai que j'ai vu bien plus engageant comme forêt, je ne dis pas… J'ai un sourire en voyant le pirate sortir sa lame, cherchant visiblement à se rassurer. Eh. Ça va, le Grand Méchant Loup va pas venir nous croquer, c'est pas vraiment dans ce monde qu'il évolue en plus. Je pose une main sur l'épaule du Capitaine avant de passer devant lui.

"Qui sait ? Peut-être qu'on va rencontrer des monstres ou alors comme ce que l'on peut trouver dans les forêts de mon pays… Des chats qui disparaissent dans un nuage de fumée ou des créatures qui une fois qu'ils vous ont mordus font pourrir votre peau jusqu'à la mort… Charmants hein, mais bon, on aime pas trop tomber sur eux… Mais allez, je parie qu'on ne craint rien, pas vrai Captain ? Vous n'auriez tout de même pas peur de quelques branchages peu avenants ?"

Je lui adresse un clin d'oeil avant de commencer à marcher quelques pas devant lui, écoutant les rares feuilles craquer sous mes pas. Bon j'avoue… Même moi je ne suis pas extrêmement rassuré de me retrouver à déambuler dans un endroit aussi… Glauque. Heureusement, je ne suis pas seul et savoir Jones non loin de moi à une étrange tendance à me rassurer, allez savoir pourquoi.

"Et vous Capitaine, n'avez vous pas de forêt là d'où vous venez ? Ou la mer est donc réellement votre seul amour ? D'ailleurs… D'où venez-vous déjà ? Il ne me semble..."

Un grondement au loin m'interrompt. Oh pas celui d'une bête sauvage, mais plutôt un de ceux qui vient du ciel. Génial. Voilà qu'en plus il faut que le temps se dégrade… Surtout qu'en plus… Je déteste l'orage. Ouais, je sais. C'est ridicule pour un homme de mon âge, mais je déteste ça. Un frisson me parcourt l'échine tandis que je continue ma marche, priant pour que le tonnerre se la ferme. Une première goutte s'écrase sur le col de mon manteau et j'étouffe un soupir résigné. Bon, eh bien je crois que nous n'avons pas le choix… Voilà qu'en plus nous allons devoir subir la pluie. Fantastique.

"Manquait plus que ça… D'abord des nains, un dragon et maintenant la pluie… Rappelez-moi de ne plus jamais venir ici et si jamais j'esquisse la moindre envie de revenir voir, tuez-moi. Ce serait me rendre service."


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Sam 21 Fév - 2:14, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Sam 21 Fév - 2:14

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


« Je dois avouer être de votre avis sur ce coup-là… Sans compter que ça me ferait presque mal de vous voir faire une mauvaise chute… »

Une mauvaise chute ? Était-il ironique ? Sans doute avait-il peur de se retrouver seul dans ce pays, plus que de voir le capitaine faire le grand saut ! Killian Jones se serait sans nul doute attardé davantage sur cette douteuse réplique s'il n'était pas occupé à balayer les alentours, guettant le moindre élément susceptible de les mettre en danger. Jefferson, lui, continuait d'entreprendre un semblant de dialogue entre eux :

« Qui sait ? Peut-être qu'on va rencontrer des monstres ou alors comme ce que l'on peut trouver dans les forêts de mon pays… Des chats qui disparaissent dans un nuage de fumée ou des créatures qui une fois qu'ils vous ont mordus font pourrir votre peau jusqu'à la mort… Charmants hein, mais bon, on aime pas trop tomber sur eux… Mais allez, je parie qu'on ne craint rien, pas vrai Captain ? Vous n'auriez tout de même pas peur de quelques branchages peu avenants ? »

Des chats qui disparaissent dans un nuage de fumée ? Mais de quoi parlait-il ? Le dos  voûté en position de combat, Jones s'était subitement redressé sur ces mots, le sourcil gauche haussé d'un air interrogateur. D'où diable venait-il donc pour avoir de tels félins ?! Sans doute d'un monde peu conforme à ses habitudes... Les habitants ne devaient peut-être pas avoir toute leur tête.... Ou était-ce son acolyte qui perdait la boule ? Killian n'avait en tout cas jamais eut l'occasion de voir un chat surgir d'une brume éphémère. Les fées surgissent régulièrement sous un nuage de poussière scintillante, mais cela ne lui paraissait pas plus merveilleux qu'un chat fantôme, tant il en avait vues.

« Et vous Capitaine, n'avez vous pas de forêt là d'où vous venez ? Ou la mer est donc réellement votre seul amour ? D'ailleurs… D'où venez-vous déjà ? Il ne me semble... »

Avant même qu'il ne pu prononcer ne serait-ce qu'une syllabe, une goutte d'eau s'éclata sur sa lèvre inférieur. Puis deux, puis trois, accompagnées d'un grondement qui avait interrompu Blackwell.

- Non d'une sardine grillée... Ce pays ne nous laissera donc jamais une seconde de répit ?

Comme une réponse diabolique, le ciel se mit à gronder et un éclair frappa non loin, laissant s'échapper un nuage de corbeau à l'envol.

- Manquait plus que ça...

La terre fine et poussiéreuse s'était instantanément ramollie en une boue visqueuse et contraignante. Les bottines du pirate étaient déjà embourbées dans l'immonde mélange qui constituait leur nouveau périple. Le vent s'était levé et les branches des arbres gigotaient comme pour se débarrasser des perles de pluies. Les nuages s'étaient assombris et réduisaient l'éclairage déjà moindre de la forêt. C'est lorsque la boue atteint ses chevilles qui Killian réagit :

- Bon ne restons pas là... Nous ferions mieux de traverser cette forêt et trouver au plus vite un abris... Je ne voudrais pas finir frappé par la foudre alors que nous venons de survivre à une horde de nain et un dragon !

Sans dénier attendre une réponse de son camarade, le pirate enjamba le premier tronc rabattus, puis le second, se voûtant légèrement pour éviter les quelques branches rebelles. Mais là, cerné dans l'ombre à l'image d'une toile d'araignée, un troue énorme l'attendait derrière l'embûche. Il glissa contre une branche amochée, tentant de se rattraper, en vain, il s’engloutit à l'intérieur. La pluie venait purger sa peine dans ce large faussé et se mêlait malicieusement à la terre engluée. Killian était retenue prisonnier dans l'étreinte de la nature. Comme dans des sables mouvants, son corps s'enfonçait et rejoignait peu à peu les sombres profondeurs de la terre. Il tenta nerveusement d'attraper une branche qui s'épanouissait vers lui, mais l'eau de pluie la rendait glissante et fragile. Sous la panique, Hook s'acharna sur la branche qui céda sous son poids. Il la regarda d'un air défaitiste avant de la jeter plus loin en soupirant. La piscine boueuse continuait à l'engloutir, sans que Dame Nature ne lui offre une quelconque échappatoire . Et bien finalement, il l'avait faite, cette « mauvaise chute ». Dieu, que ce pays est hostile.

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mer 25 Fév - 22:58, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mer 25 Fév - 22:58

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Je hais ce pays, je hais la pluie, je hais l'orage, je hais la sale bête écaillée qui a volé mon chapeau… Non franchement, je commence à me dire si je n'aurais pas mieux fait de ne pas me mêler de cette histoire… Mais que voulez-vous, suffit qu'on me fasse miroiter un trésor ou je ne sais trop quoi et voilà que je m'embarque dans je ne sais trop quoi. La pluie commence doucement à frapper le tissu de mon manteau, tandis que les branchages s'agitent tout autour de nous, dans un bruit presque sinistre. Sérieux. Je pousse un soupir alors que je jette un rapide coup d'oeil au capitaine pirate. Sans blague… Je frissonne lorsque je sens l'humidité percer la couche de mes vêtements, venant l'air de rien refroidir ma peau déjà fraîche. Génial, manquerait plus que j'attrape la mort. Un autre grondement se fait entendre au loin, me faisant frémir une fois de plus. Je hais tellement, mais tellement l'orage. Je croise les bras sur ma poitrine avant de le suivre sans rien dire. Rapidement la terre poussiéreuse que nous foulions devient une boue gluante qui nous ralentit et semble vouloir nous retenu et la forêt qui déjà n'était pas engageante devient carrément hostile. L'eau ruisselle et s'abat presque violemment sur nous alors que les branchages nous fouettent, nous agrippent, nous ralentissent… Je ferme les yeux, poussant un soupir. Je fais preuve d'un étrange mutisme, me contentant de le suivre sans rien dire. Tout ce que je veux c'est qu'on trouve un endroit pour s'abriter. Ouais je sais, marrant qu'un peu de pluie me calme mais que voulez-vous, mes sarcasmes supportent pas l'humidité, voilà tout.

Seulement l'univers continue de s'acharner et voilà qu'au détour d'un obstacle que le capitaine enjambe sans problème, je le vois disparaître d'un coup dans un bruit qui ressemble vaguement à celui de quelqu'un qui vient de s'étaler dans la boue. Non attends… Il est sérieux. De quelques foulées rapides je m'approche, avant de m'assoir sur le tronc, le regardant paniquer et s'embourber, tentant désespérément de s'arracher de cette étreinte boueuse en se raccrochant à une branche qui le lâche bien rapidement. L'eau ruisselle doucement sur ma personne alors que je l'observe, plus agacé qu'autre chose. Je commence à fouiller dans ma besace, cherchant quelque chose qui pourrait l'aider.

"Eh bien… Je vous pensais moins maladroit que ça pour être honnête… Bougez-pas, j'ai peut-être de quoi vous sortir de là…"

Mensonge. Je n'ai rien. Enfin du moins rien qui ne pourrait le sauver… À moins que… Je me relève d'un coup, défaisant rapidement mon foulard. Heureusement le tissu est plus épais qu'il n'y parait. J'enroule rapidement l'étoffe autour de mon bras avant d'en attacher l'autre extrémité au tronc. Je teste la solidité de mon installation avant de me pencher vers lui, attrapant sa main fermement.

"Me lâchez surtout pas…."

Étrangement je me fais plus sérieux alors que mes doigts se referment sur son avant-bras. Je pousse un soupir avant de commencer à tirer, essayant de le sortir de là. Je glisse quelque peu alors que je commence à l'extraire de sa prison boueuse. Allez… Encore un effort. J'étouffe un grognement alors que je sens les muscles dans mes bras se tendre douloureusement. Bon sang… Soit il est vraiment bien embourbé, soit il est plus lourd qu'il n'y parait.

"Je ne serais pas contre à ce que vous cessiez de câliner la boue et que vous vous décidiez à me rejoindre…"

Je grogne cela entre mes dents tandis que je me sens glisser un peu plus vers lui, mes doigts s'engourdissant face au manque de sang qui circule dans mon bas. L'étoffe se resserre douloureusement autour de mon bras alors que je tente d'attirer le pirate jusqu'à moi. Et finalement, après de longues minutes de lutte, j'arrive finalement à le tirer hors de là… Sauf que je ne m'attendais pas à ce qu'il me retombe dessus au passage. Sans que j'ai le temps de réagir, je me retrouve donc à nouveau au sol, le pirate m'écrasant de tout son poids. Toujours accroché au tronc, je m'autorise un rire avant de le regarder.

"Je vais finir par croire que vous adorez me plaquer au sol Capitaine… Dois-je y voir quoi que ce soit ou vous êtes simplement extrêmement maladroit ?"

J'ai un sourire insolent tandis que je continue de me perdre dans les prunelles du pirate, avant de légèrement dériver sur ses lèvres humides. Dieu que j'aimerais simplement récupérer les gouttes qui y perlent, simplement pour savoir si elles ont le goût du sel. Je me ressaisis, chassant bien rapidement ses pensées.


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Jeu 26 Fév - 2:30, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Jeu 26 Fév - 2:30

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


« Eh bien… Je vous pensais moins maladroit que ça pour être honnête… Bougez-pas, j'ai peut-être de quoi vous sortir de là… »

Killian ne rétorqua rien à la réplique de son acolyte, il était bien trop obnubilé par la terre qui l'embourbait peu à peu dans ses entrailles. Et puis, après tout, ce n'était pas sa faute si un puits mouvant l'attendait sur son chemin... Paniqué, il regardait autour de lui une solution pour sortir, alors que Jefferson, qui disait avoir quelque chose pour le sortir de ce pétrin semblait cruellement démuni. Mais quelques secondes plus tard, Blackwell se défit de son foulard, l'accrocha à une branche pour pouvoir l'atteindre sans craindre de tomber dans la mare à son tour. Et c'est lorsqu'il se défit du tissu que Killian, l'espace d'une seconde qui pourtant lui apparu comme une éternité, resta focalisé sur une immense cicatrice qui semblait englobé toute la surface du cou du Chapelier. Jones ne pu s'attarder davantage sur cette cicatrice qui portait sans doute bien des maux puisque son acolyte lui tendait la main. Killian s'était empressé de la saisir, agrippant peu à peu son biceps droit, tandis que son sauveur tentait de le remonter tant bien que mal. Crochet sentait la pression de l'épaisse et gluante texture qui le retenait de toute ses forces. Et c'est un coup puissant du Chapelier qui rompu l'emprise de la boue. Poussé par l'élan, son acolyte valsa en arrière, s'entremêlant les jambes dans le tronc d'arbre abattu qui précédait la marre, alors que le pirate s'écrasa sur le Chapelier. De justesse, Killian plaqua ses paumes contre la terre fraîche de manière à se retenir, épargnant au fou le supplice de son poids. Il s'en fallut de peu, leur visage s'étant figé à quelques centimètres l'un de l'autre.

- Ca devient une habitude on dirait... ricana-t-il au même moment où Jefferson répliqua, de manière, pour une fois plaisante, plus qu'insolente :
« Je vais finir par croire que vous adorez me plaquer au sol Capitaine… Dois-je y voir quoi que ce soit ou vous êtes simplement extrêmement maladroit ? »

Le barbu ne pu s’empêcher de sourire niaisement à ses mots, se retenant de rire à nouveau.
- J'avoue que j'ai l'habitude de mettre les choses à plat, mais avec to... avec vous c'est toujours inattendu.

Il ne pu s'empêcher de détourner le regard de Jefferson face à la stupidité de sa réplique qui sentait l'eau de rose à plein nez. Réveille-toi Capitaine, tu ne cherche pas à amadouer une belle demoiselle pour une fois, inutile d'user de tes charmes, songea-t-il niaisement. Il revint à lui sans savoir combien de temps il s'était égaré dans ses pensées. Peut-être quelques minimes secondes... ou peut-être quelques affolantes minutes... Gêné, il se redressa subitement. Il lui tendit amicalement la main pour le relever, mais, n'ayant pas réalisé qu'ils tanguaient sur un tronc d'arbre, rattrapa son camarade par la taille pour ne pas qu'il tombe. Le torse du fou se plaqua ainsi violemment contre lui, et Hook ne pu s'empêcher de sourire comme si de rien n'était. Killian ne pu stabiliser son regard bien longtemps sur le visage du fou. Il ne s'en rendait pas compte, mais les troubles d'une affection naissante en étaient la cause. Il dévia, jetant un regard derrière lui, la marre de boue bullait à son comble. Il s'éclipsa donc sur le côté, pour éviter de retomber dans ce piège mortel. Le pirate en avait presque oublié la désagréable sensation de la pluie qui s'éclataient naïvement sur lui.;

- On devrait peut-être reprendre notre route...

Crochet ne savait plus trop quoi dire. La situation lui apparaissait plus que gênante. Cela faisait une bonne heure qu'il ne supportait pas son camarade, mais Dame Nature venait de bousculer les choses. Deux inconnus qu'un geste imprévu rapproche en secret. L'ironique situation les avait rapproché, peut-être même trop. Ou trop rapidement. Le capitaine ne savait plus s'il devait continuer à lui répondre avec dédain, ou s'il pouvait enfin ranger ses phrases mirobolantes et adopté sa véritable attitude de pirate. Il faisait bonne figure depuis le début du voyage, se délectant presque du plaisir passé de son ancien titre de noble marin. Cet air austère qu'il adoptait envers son camarade depuis le début du voyage, il l'avait apprit du temps où il arpentait les mers aux services de la royauté. Mais ce temps était révolu. Killian était devenu un pirate, les bonnes répliques n'étaient plus de mise, et il n'avait plus à enfiler un rôle pour tenir tête aux ennemis de l'Ordre. Il avait quitté la marine aristocratique pour bien des raisons, mais son passé avait une légère tendance à le poursuivre. Étrangement, le Chapelier lui apportait cette forme d'empathie métaphysique. Délectable attitude qui passait de la haine à l'amitié. Killian avait beau se renfermer face au Chapelier, ses mots et ses gestes sonnaient faux depuis le départ, et la Destin avait décidé de le lui faire comprendre. Ce rapprochement inoppiné était le signe-même d'un faux semblant qu'il se devait de rompre, d'un voile qu'il se devait de lever. Jefferson lui rappelait presque son frère, face à qui il n'avait pas besoin de jouer un rôle, avec qui il pouvait être lui-même. Cet enfant rebelle, cet éternel solitaire qu'il avait toujours été. Il se remémorait les multiples nuits sur le pont de l'Ordre, seul la nuit, alors que ses camarades marins dormaient; les multiples fois où il avait hésité à jeter cet horrible chapeau bleu, signe de la marine aristocratique. Killian n'avait jamais supporté devoir rentrer dans un moule, jouer quelqu'un d'autre pour suivre le mouvement. Mais au fur et à mesure qu'il arpentait les Terres du Milieu avec Jefferson, il ressentait, dissimulé sous cette haine, cette forme de sympathie, de compréhension. A cet instant précis, rien ne se ressemblait. Rien n'était plus pareil. Il ne pouvait l'expliquer, ni même le comprendre, mais sa vie commençait seulement à prendre un sens. Son atypique camarade lui faisait terriblement penser à lui-même. Comme une parfaite adéquation, le pirate réalisait qu'il était tombé sur la seule personne qui peut-être pouvait comprendre qui il était.

Tous ces souvenirs résultèrent à humidifier les yeux du Capitaine. Dieu merci, le torrent de pluie dissimulerait ses futiles émotions, et c'était tant mieux. Il n'avait pas envie de passer pour un homme faible. Sa réputation était en jeu: celle qui énonçait le Capitaine Crochet comme le pirate le plus prestigieux du Monde Enchanté, comme le plus éloquent, le plus sûr de lui. Mais au fond, qui était-il vraiment ? Les rumeurs et caricatures à son sujet n'avaient pour lui jamais refléter sa véritable personnalité; l'homme affecté par la douleur, par l'absence, cet homme qui avait connu bien des pertes et qui depuis, n'avait jamais trouvé meilleur refuge que les océans qui le bercent depuis sa jeunesse.

Hook ne pu s'empêcher de passer tout de même une main devant ses yeux, bien qu'il n'était pas plus humide que le reste du corps. L'ambiance était étrangement passé d'un stade d'ironie au stade d'un charme timide. Il ne savait que dire, alors il s'avança vers un chemin en contre-bas, pour contourner le faussée embourbé. Killian regarda la mare de boue, en s'arrêtant, tandis que son acolyte avançait sans avoir remarqué son arrêt. Jones pu presque percevoir son reflet dans la boue miroitante, liquéfiée par la pluie. Il percevait les grossiers traits d'un homme brun, au regard mélancolique. Il passa sa main devant ses cheveux, pour rabattre une mèche qui s'égouttait dans sa paupière, et aperçut alors ce doigt grossier dans le reflet. Cet index grossit par un bijou. Une bague, bleu, sur laquelle se dessinaient deux épées, au cœur d'un cercle. Le signe de l'Ordre. Le Souvenir de son frère. Sa vie passée. Il arracha brutalement la bague de son doigt et la jeta sans réfléchir dans la mare de boue. Le passé ne devait plus entachée sa vie. Son frère, son défunt amour Milah, son protégé Bealfire, les quelques rares personnes qui l'avaient marqué, qui l'avaient construit mais qui aujourd'hui manquait à l'appel ne pouvait plus freiner sa vie. Son avenir n'appartenait qu'à lui. Il regarda Jefferson, à déjà quelques mètres plus loin et s'empressa de le rejoindre.

- Cette cicatrice...

Il hésita, regardant le foulard rabattu sur son cou. Il nourrissait cette cruelle envie de le retirer de nouveau, de connaître son histoire. Pourquoi un tel attachement naissant au propice d'un foulard noué au cou ? Killian n'en avait aucune idée, mais il ressentait ce besoin d'en apprendre plus sur cet homme qu'il n'avait jamais rencontré auparavant. Sur cet homme qu'il avait trop vite jugé et qui pourtant, lui semblait si familier... Sa méfiance naturelle l'avait induite en erreur, et il ne pouvait fermer les yeux sur le fait que, par peur de perdre quelqu'un à nouveau, il nourrissait un dégoût et une haine faussés envers chaque individu qu'il rencontrait. Jefferson n'était sans doute pas si désagréable qu'il l'avait envisagé, et au contraire avait l'air d'être le genre de personne qu'il pourrait apprécier, qui semblait lui ressembler, ce genre d'homme en marge des autres. Il avait sans doute lui aussi sa propre histoire, qui méritait l'attention d'un homme.

- Je... Vous voulez bien...  Il inspira. Je peux te demander ce qu'il t'es arrivé ?

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Jeu 26 Fév - 15:38, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Jeu 26 Fév - 15:38

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Un rire s'échappe d'entre les lèvres du Capitaine, chose qui étrangement me fait sourire. C'est comme si subitement, il se détendait face à moi, comme si d'un coup, tout l'agacement qu'il avait pour ma personne c'était envolé pour ne laisser que ce rire détendu. Toujours allongé sur moi, un immense sourire se dessine sur ses lèvres alors qu'il ajoute une remarque qui me faite gentiment ricaner. Je hausse un sourcil en le voyant détourner le regard à la manière d'une demoiselle farouche. Si c'est pas mignon… Eh bien mon grand ? On se la joue pirate au coeur tendre avec moi ? Amusant. Mais ce qu'il l'est encore plus, c'est sa tentative de me tutoyer qui s'est avorté bien rapidement, faisant passer cela pour une simple langue qui a fourché. Je ne puis m'empêcher de le trouver presque attendrissant en cet instant. Serais-je en train de faire de l'effet au pirate ? Non allons, il n'a pas l'air de ce genre là… Enfin, qu'en sais-je au final ? Pas grand chose. Je le laisse se relever en profitant pour me détacher du tronc, l'étoffe glisse lentement entre mes doigts. Je la repasse autour de mon cou avant d'attraper la main qu'il me tend. Serviable en plus… Je parie qu'il est galant avec les femmes… Dans le genre grand tombeur de toujours. Enfin avec un physique comme le sien… Ça ne m'étonne pas plus que cela, à sa place… Je referme doucement mes doigts autour de sa main alors qu'il m'aide à me relever. Je vacille quelque peu avant de sentir un bras se glisser autour de ma taille. En moins d'une seconde je me retrouve plaqué contre Jones, son torse humide se pressant tout le mien, au point que je peux presque sentir son coeur battre contre ma poitrine. Un sourire étire ses lèvres alors qu'il détourne à nouveau le regard. C'est amusant n'est-ce pas ? Il y a quelques heures il détournait le regard parce que mon arrogance l'insupportait et là… Là j'ai l'impression que c'est pour une toute autre raison. Mais je me fais peut-être des idées… Je frissonne sous l'eau qui continue de ruisseler sur moi, rafraîchissant ma peau déjà bien trop froide. Il s'éloigne de moi et me laisse à nouveau seul, s'éloignant déjà de quelques pas, histoire de reprendre notre route… Je lui adresse un pale sourire, le laissant passer devant… C'est ça, prend un peu d'avance, je te rattrape. Du bout des doigts je renoue l'étoffe mouillée autour de mon cou, dissimulant à nouveau l'immonde cicatrice qui orne mon cou. J'ai bien vu son regard tout à l'heure, la façon dont il l'a détaillé… Tout le monde à ce genre de réaction en la voyant… Quand ils n'esquissent pas une moue de dégoût, c'est avec une fascination presque morbide qu'ils l'observent… Avec le temps j'ai finis par ne plus y faire attention, me contentant simplement de ne plus l'exposer. Je ferme les yeux une seconde, le temps de chasser de mon esprit le souvenir douloureux de ce jour… Sans un mot je marche à sa suite, frémissant autant à cause de la pluie qu'à cause de ses souvenirs qui remontent l'air de rien. Sa voix résonne encore à mon oreille, et la morsure glacé de la lame dans ma chair… Non. Sans m'en rendre réellement compte je passe devant le pirate, continuant à marcher. Je suis las de cette pluie, de ce pays, de tout ça… J'ai juste besoin… De me reposer quelque part… Juste le temps de me calmer, rien de plus. Mais c'est là que sa voix résonne au milieu des gouttes d'eau. Je ralentis le pas, l'entendant me rattraper. Non. Ne pose pas la question. Tu meurs certainement d'envie d'entendre cette histoire, mais je ne veux pas. Je ne dis rien et pourtant il le demande une seconde fois, en me tutoyant. Alors ça y est ? Je te sauve la vie et nous sommes proches ? Soit. Sans m'en rendre compte je porte la main à mon écharpe vérifiant que le noeud est bien fait. Un faux sourire se dessine rapidement sur mes lèvres.

"Tu peux demander, après rien ne t'assures que tu vas obtenir une réponse."

Pourquoi vouloir esquiver autant la question ? Il veut simplement savoir et en plus il me le demande gentiment… Alors pourquoi montrer les crocs ainsi ? Peut-être parce que je ne suis pas le genre d'homme à me dévoiler à n'importe qui, je suis plus le genre à endosser un rôle, à porter un masque face au autres… À me cacher derrière mon arrogance. Ainsi les gens ne voient que ce que j'ai envie qu'ils perçoivent de mon être. C'est bien plus simple de se cacher derrière un sourire arrogant que de laisser quelqu'un s'approcher suffisamment pour être capable de me comprendre, de me connaître. Je continue de marcher lentement, laissant la pluie combler le silence qui vient de s'installer entre nous. Rester seul n'est pas une bonne chose, alors pourquoi sans cesse repousser les autres ? Parce que je ne leurs fait pas confiance ou parce que j'ai peur de détruire tout ce que je touche…

"Ce n'est pas une histoire des plus passionnantes… Et pour être franc, je pense que personne n'est vraiment fan des histoires qui impliquent qu'on décapite quelqu'un…"


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Mer 4 Mar - 20:07, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mer 4 Mar - 20:07

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


Le barbu soupira discrètement, non pas parce que Jefferson semblait réticent à l'idée de lui raconter son histoire, mais parce qu'il était temps pour Jones de lui conter la sienne. Killian se souvenait, quelques instants avant l'orage, du Chapelier qui s'intéressait curieusement à sa vie : « Et vous Capitaine, n'avez vous pas de forêt là d'où vous venez ? Ou la mer est donc réellement votre seul amour ? D'ailleurs… D'où venez-vous déjà ? ». Jones frissonnait ; la pluie qui ruisselait sur lui était si froide qu'il commençait à en avoir les mains gelées. Ou peut-être était-ce à l'idée de faire resurgir ses souvenirs d'antan. Des effluves émanant de son esprit d'enfant jaillirent. Comme un tourbillon entraînant, comme une manège de feu dans lequel brûlaient les illustrations de son existence, ses souvenirs se mêlaient, s'entre-mêlaient en un soupçon de désarroi. Au cœur de cette tornade d'effusions malheureuses, Jones était impuissant. Ces souvenirs, ces brèves odeurs, ces brèves illusions d'antan le hantèrent à l'instant-même où il envisageait l'initiative de parler de son histoire à Jefferson. Crochet ressentait presque cet air marin, cette première brise qui avait caressé son visage, cette première vague qui l'avait noyé de plaisir, cette première sensation de vie. La mer. L'océan.

- Je suis né sur un navire, cracha-t-il comme une phrase inopinément prononcée sans attendre un quelconque écho.

Il y eut un bref silence, écorché à vif par le simple bruit des gouttes s'éclatant dans la terre boueuse du sol.

- Ma mère, à ce qu'on dit, est morte en accouchant. Quand à mon père, je ne l'ai jamais connu. J'ai été élevé par l'Ordre. Mon frère faisait partie de l'équipage, il... il n'était pas beaucoup plus vieux que moi, je l'ai toujours davantage considéré comme une sorte de... père, plus qu'un frère.

Le capitaine repensa malencontreusement à son grand frère qui l'avait accompagné tout au long de ses voyages. Contrairement à lui, il n'avait jamais véritablement apprécié l'océan, et son statut de marin au service de l'Ordre n'était qu'un choix par défaut. Killian qui suivait évidemment son frère, pour sa part, se délectait de l'air maritime.

- Mon frère...

Killian n'aboutit pas sa phrase. Il ne pouvait recenser ce douloureux souvenir à Neverland qui était encore bien trop vif dans son esprit. La perte de son frère. Comme pour s'en défaire littéralement, il mima de trébucher sur une branche, bien que son désarroi et sa tristesse semblaient l'avoir inconsciemment fait perdre l'équilibre d'eux-mêmes. Il se rattrapa à un l'un des troncs enguirlandés. En redressant la tête, il croisa le visage du Chapelier, visiblement sérieux et intrigué d'entendre la fin de sa phrase. Le pirate ne pu s'empêcher de rire sourdement en baissant les yeux.. L'orage continuait de gronder en parcimonie, mais sa colère jaillissait au loin. Hook se débarrassa des lierres et des branchages avant de relever la tête vers son camarade, le rejoignant de ce pas. Il n'avait pas conscience lui-même de l'expression de son visage qui peignait ce sourire niais qu'on ne peut contrôler face à l'évidence même d'un désarroi entendu. Un éclair soudain le fit frémir, alors qu'il reprenait sa marche auprès du fou. Il serrait son long manteau de cuir noir entre ses doigts frigorifiés. Ne voulant pas revenir sur son propre récit qu'il avait raconté par simple intérêt du passé de son compagnon, et non par goût d'étaler sa vie, bien qu'il appréciait particulièrement être au centre de l'attention, Crochet le regarda d'un air intrigué à l'attente éventuelle de  son histoire. Le beau brun ne pu s'empêcher de détourner le regard furtivement vers le foulard autour du cou de son acolyte. Il releva les yeux vers son visage, plongeant ses brunes iris dans celle du Chapelier. Ses yeux pétillaient d'interrogations, et de bien d'autres choses que les deux hommes ignoraient mais qui perçaient comme l'évidence même d'un sentiment partagé dont ils n'avaient pour le moment pas conscience. Le seul futile désarroi du pirate était de savoir quelle était la sombre romance de ce cou brisé d'horreur.

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Jeu 19 Mar - 10:55, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Jeu 19 Mar - 10:55

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Oh je sens d'ici qu'il est presque déçu de ne pas m'entendre lui raconter ce qui m'a mené à me retrouver avec cette immonde cicatrice autour du cou. Pleure pas mon grand, tout le monde veut savoir. Tout ceux qui ont un jour posés leurs yeux sur cette chose immonde qui entache mon cou veulent savoir… J'ai eu des amantes qui en ont tracés le contour du bout des doigts en me demandant d'où je tenais une telle chose. Et qu'ai-je répondu à chaque fois ? Un mensonge. Je disais que c'était une marque de naissance, une tâche, ou trois fois rien. Et quand je ne mentais pas comme le dernier des salauds, j'esquivais d'un simple baiser. Je faisais mourir sur mes lèvres la moindre de leurs interrogations. Pourquoi vouloir savoir ? Qu'y a-t-il de si fascinant dans cette cicatrice pourtant immonde ? Quel est l'intérêt de savoir le pourquoi du comment. Est-ce une façon de vouloir se rapprocher de moi, ou simplement une fascination morbide des plus dérangeantes ? Pour être franc je préfère ne pas savoir. Qu'importe la réponse, les deux me dérangent. Un frisson puissant secoue mes épaules alors que l'eau glacée continue de s'infiltrer sous mes vêtements me donnant la désagréable impression de mettre immergé dans je ne sais trop quelle étendue d'eau. Les gouttes d'eau dévalent de mes cheveux humides sur mes joues, humidifiant mes lèvres avant de finir par s'écraser sur mon foulard déjà bien imbibé. Foulard désormais inutile à porter, mais que je conserve simplement pour que le Capitaine Jones ne pose plus ses yeux sur la cicatrice que je tente désespérément de cacher. Je sais qu'il veut savoir, comme tout le monde… Mais aussi arrogant que je puisse l'être, autant j'aime être le centre d'attention de tout le monde, autant je déteste devoir raconter la vérité. Qu'on m'admire pour les histoires de mes voyages, soit, mais qu'on veuille connaître mon histoire… Non. Et là, voilà que Jones me lâche comme ça qu'il est né sur un navire. J'arque un sourcil en le regardant du coin de l'oeil, un peu sceptique. Certes j'avais posé la questions quelques minutes plus tôt mais pour être franc, je pensais que lui aussi ne voulait pas aborder ce sujet… Mais visiblement pas. Il laisse un silence s'installer entre nous avant de reprendre. Je l'écoute avec attention, continuant de marcher quelques pas devant lui. Des parents absents… Un frère dont il parle au passé et qu'il considérait comme son propre père… Je pince les lèvres en voyant qu'il n'arrive pas à terminer sa phrase, me retournant quand je l'entends trébucher. Je sais qu'il mime tout cela, mais je me retiens bien de le lui faire remarquer, pour une fois je me tais et je m'inquiète simplement en silence. Il lève la tête et je croise à nouveau son regard. Un rire lui échappe alors qu'il se relève et qu'il me laisse dans un flou des plus complets. Que voulait-il dire à propos de son frère ? Qu'il était mort ? Je m'en doute un peu pour être franc. Sinon il aurait parlé de lui au présent… Pas dans un passé que l'on réserve aux morts. Il finit par me rejoindre et le sourire qu'il affiche me dérange presque. Pourquoi ce sourire niais alors que nous sommes sous la pluie et que nous devons subir un orage des plus… Je frémis à nouveau en entendant un éclair déchirer le ciel à nouveau. Ça va aller… C'est qu'un orage après tout. Juste un orage. C'est pas la mort. Je pousse un soupir avant de croiser à nouveau le regard du Capitaine. Non. Non, non et non. Mais à voir son regard… Je comprends bien que je ne vais pas vraiment pouvoir y échapper… Je pousse un soupir. Tu voulais l'histoire ? Là voilà…

"On fait tous de mauvais choix… J'ai voulu aider quelqu'un, pour une raison… idiote, et..."

Je peine à parler, cherchant mes mots en permanence. C'est plus dur que je ne le pensais. Comment lui expliquer sans en venir à tout lui raconter. Il y a bien des choses qu'il n'a pas besoin de connaître sur ma personne. Mon enfance, ma jeunesse, mes erreurs, ma fille… Tout ce qu'il veut savoir au fond c'est pourquoi je porte cette cicatrice, et la réponse est plutôt évidente : Cora. Je croise les bras sur ma poitrine, refoulant tant bien que mal un autre frisson.

"Je ne me suis pas fais que des amis au cours de mes voyages… Et j'ai eu le malheur de me faire mal voir par la souveraine de mon propre monde… Alors quand je me suis présenté à elle, ma… Reine a décidé que je méritais qu'une chose : la peine de mort. Seulement mon don me rendait précieux et même si elle voulait me voir mort… Elle aimait se dire qu'elle pourrait m'avoir pour mon don. Alors… Alors elle m'a décapité. Purement et simplement. Et si je suis en vie c'est simplement parce qu'elle a fait en sorte que je le sois…"

Je ferme les yeux, tentant de refouler la bile qui monte dans le fond de ma gorge. C'est pour ça que je ne veux pas en parler. Jamais. Parce qu'à chaque fois, cela fait remonter cet affreux souvenir, celui de la lame qui déchire ma chair et cette horrible sensation de se sentir mourir. Ça y est ? Est-il satisfait de connaître l'histoire ? J'espère. Car je ne dirais rien de plus. Par réflexe je resserre un peu plus le foulard autour de mon cou, espérant que cela suffira à faire disparaître à jamais cette ignoble cicatrice.


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Jeu 26 Mar - 19:27, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Jeu 26 Mar - 19:27

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


C'est avec attention que les yeux de Jones dépeignaient le visage du conteur. Son histoire défilait sur un rythme saccadé. N'ayant pas pu relater sa propre histoire dans les moindres détails, tant par manque de temps, que par manque d'envie et de courage, le pirate s'attendait à ce que l'histoire de Jefferson soit, de la même manière, seulement esquissée. Et c'est ainsi que le chapelier prononçait une suite de mots qui, indépendamment, semblaient faire sens, mais qui assemblés, paradoxalement, ne traduisaient que cette hantise de faire ressurgir les décombres du passé. Ses phrases énigmatiques ne faisaient finalement sens que dans l'esprit de son auteur. Cet échange falsifié entre les deux hommes s'apparentait néanmoins à un véritable partage de confidences, bien qu'elles ne suscitaient que de simples interprétations de la part du destinataire respectif.

« Je ne me suis pas fais que des amis au cours de mes voyages… Et j'ai eu le malheur de me faire mal voir par la souveraine de mon propre monde… Alors quand je me suis présenté à elle, ma… Reine a décidé que je méritais qu'une chose : la peine de mort. Seulement mon don me rendait précieux et même si elle voulait me voir mort… Elle aimait se dire qu'elle pourrait m'avoir pour mon don. Alors… Alors elle m'a décapité. Purement et simplement. Et si je suis en vie c'est simplement parce qu'elle a fait en sorte que je le sois »

La curiosité de Killian ne pouvait que l'inciter à fuguer alternativement entre les yeux de Jefferson et son foulard. Le soyeux tissus baroque était le voile cernant tant d'horreurs qui méritaient pourtant d'être exposées au grand jour. Le pirate ne pu contrôler ce regard admiratif envers l'homme qui fut capable de cracher sa hantise à celui qui n'était qu'un inconnu de voyage. La situation faisait pourtant que les deux trentenaires ne pouvaient qu'entretenir le désir de connaître celui qui risquait sa vie pour la vôtre, ou pour qui au contraire, vous oseriez vous séparer de votre deuxième main pour la sienne. Ce lien de fer qui les liait peu à peu, alimentait la braise d'une évidente affection à venir. S'embrasait pour le moment cet unique feu qui naît des cendres, des braises, et des plaies ; cette aventure commune qui les incitait à se comprendre, se raconter, se projeter. L'heure était à l'orage, et le ciel accablait les deux hommes de leur passé qui se devait de renaître pour le temps du partage. Le flambeau des souvenirs s'embrasait fièrement sous le torrent d'eau qui perlait de colère dans la forêt.

Dévisageant Jefferson comme pour soutenir cet insupportable silence, Hook s'approcha finalement. Il frôla seulement d'abord le nœud du foulard comme pour s'assurer qu'aucun mouvement brusque ne l'empêcherait d'agir. Ses prunelles maintenaient le regard du fou, semblant hypnotiser ses muscles qui n'envisageaient visiblement aucune pulsation soudaine. La courbe de son crochet se glissa au cœur-même du nœud, déliant lentement le maudit voilage. Le barbu agrippa le foulard entre ses doigts, l'enguirlandant autour de son index, séparant le tissu de son précieux protégé. Le foulard quitta sa nuque, et laissa découvrir ce coup mortel qui encerclait la totalité de sa nuque. Killian ne pu s'empêcher de glisser son index légèrement, le long du coup de lame, ne manquant pas de faire frissonner le chapelier. Il cessa l'affront pour ne pas accabler davantage son acolyte et lui sourit tendrement, les yeux toujours fixés dans les siens. Il dénoua le prolongement de son crochet, laissant découvrir ce poignet auquel on avait arraché la main. Le poignet éternellement enflé s'arrondissait monstrueusement en une boucle mortel, comme si sa main venait de lui être arraché l'heure qui précédait, et que son bras ne ferait jamais son deuil. Il passa son poignet violenté le long du cou cicatrisé, accompagnant son trouble geste macabre mais plein de compassion d'une phrase prononcée à l'image d'un sage :

- Si je peux porter fièrement la douleur de mon histoire, tu ne dois pas avoir honte de me faire partager la tienne...

La rapide manière par laquelle il renoua la manche de cuir terminée d'un crochet démontrait cette habitude qu'il avait de vivre avec ce calvaire qu'il avait transformé en arme. Les yeux désormais rivés sur le foulard qu'il tenait, il le rabattit finalement à son propriétaire, enroulant sa nuque glacée par la pluie, concluant son geste d'un nœud digne d'un pirate. Ses paupières se redressèrent pour s'attarder de nouveau vers le regard du Chapelier. Jones ne lui sourit pas, mais ses lèvres à la fois sobres et calmes laissaient libre à ses yeux de traduire les sentiments qui le faisaient frémir. La compréhension, le désarroi, l'assurance et la sympathie.

Un éclair frappa au loin et Killian ne pu s'empêcher d'esquisser un sourire, sentant la peur de son compagnon. Un très léger ricanement lui échappa.  Le ciel déversait ses pleurs de plus en plus violemment. L'orage se rapprochait, et le ciel semblait se fissurer en un embrasement mortel d'une fraction de seconde. L'orage se rapprochait, et les deux hommes pouvaient déjà apercevoir la tempête céleste frapper juste derrière la forêt de troncs enguirlandés. C'est lorsqu'un très haut sapin au loin s'embrasa en un éclair que Killian revint à lui. Son sourire laissa libre court à un visage plus expressif, des yeux angoissés.

- Ne traînons pas....

Il pressa le pas, en direction de la sortie de la forêt. Les troncs étaient de moins en moins nombreux, la plupart brisés ou écrasés sur le sol. Certains, trop humidifiés par l'eau de pluie, ne ressemblaient plus qu'à de l'écorce mouillée, du papier mâché entremêlé dans la boue. La forêt succombait à l'orage et menaçait d'embourber les voyageurs dans son étreinte.

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Lun 30 Mar - 12:13, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Lun 30 Mar - 12:13

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Le silence lourd qui suit mes mots ne se laisse interrompre que par le chant lourd de la pluie qui inlassablement s'écrase sur nous, sans la moindre pitié ou le moindre remords. Les bras toujours croisés sur ma poitrine, je préfère détourner le regard, trouvant un intérêt tout particulier pour le paysage qui nous entoure plutôt que par les iris de mon compagnon de voyage. Honnêtement, je ne sais pas pourquoi j'ai accepté de lui parler de… ça. J'aurais pu me contenter d'esquiver la question d'une autre remarque cinglante, ou même lui mentir… Mais sans vraiment savoir pourquoi j'ai commencé à lui raconter, certes de façon bien vague, la façon dont on m'avait infligé cette cicatrice. Celle-là même que j'ose à peine regarder, à peine toucher, tant elle me répugne. C'est d'ailleurs pour cela que je fais toujours en sorte de la dissimuler aux yeux du monde, justement pour ne pas avoir ce genre de question… Car je ne veux pas lui donner une certaine importance, et encore moins accepter sa propre existence, chaque jours je nie de la voir, espérant un jour la voir s'estomper… Comme si c'était possible… Je pousse un soupir alors que l'eau continue de ruisseler inlassablement sur ma personne, comme si le ciel lui-même cherchait à me laver de je ne sais trop quoi.

Je n'entends pas le pirate approcher, ainsi quand il se retrouve face à moi, je croise ses prunelles avec une certaine incompréhension. Et je reste de plus en plus interdit alors que le bout de son crochet se glisse dans le noeud de mon foulard. Je retiens ma respiration alors q'une fois de plus l'étoffe autour de mon cou glisse lentement, terminant entre les mains du capitaine. Que fait-il ? Incapable de bouger et presque impuissant, je tente simplement de comprendre ce qu'il veut tandis que délicatement, il effleure la cicatrice du bout de l'index. Je ferme rapidement les yeux tandis que je frissonne sous cette caresse étrangement bien trop délicieuse. Et quand je rouvre les yeux, voilà qu'il m'adresse un sourire tendre, presque plein de compréhension… Chose qui finit de me perdre un peu plus. Je ne comprends pas… Et puis comme une réponse à mes interrogations silencieuses, voilà qu'il défait son crochet, révélant alors à mon regard se poignet amputé depuis des années. Avec une certaine fascination je l'observe, avant de revenir plonger mes prunelles dans les siennes. Alors quand son poignet meurtris esquisse lentement le contour de ma propre cicatrice, je me laisse, comprenant étrangement la raison de ce contact aussi dérangeant que rassurant. Parce que nous sommes tout les deux meurtris, blessés… Il comprend autant que je le comprends. Ces cicatrices font parties de nous, au fil du temps elles sont passées d'immondes meurtrissures de notre corps à une part même de ce que nous sommes. Je reste silencieux à mot, me contentant d'une amorce de sourire. Il est difficile de ne pas avoir honte… Je le laisse renouer le bracelet autour de son poignet, frissonnant doucement sous cette pluie de plus en plus lourde à supporter. Je m'apprête à lui demander si je peux récupérer mon foulard, lorsque de lui-même il vient le renouer autour de mon cou. Je croise à nouveau son regard, n'y voyant q'un étrange mélange de compréhension et de compassion. J'ose un sourire insolent, essayant l'air de rien de changer de sujet.

"Tu sais… Je suis assez grand pour nouer mon écharpe par moi-même… Mais merci…"

Je lui adresse un sourire avant de voir celui-ci faner face à un éclair qui déchire le ciel déjà bien sombre. Je sursaute une fois de plus, sentant le frisson de terreur dévaler mon échine. Lui esquisse un sourire alors que je tremble encore d'appréhension, jusqu'au moment où un éclair frappe un sapin au loin qui s'embrasse, se transformant sous cette pluie battante en un feu de joie qui tente de réchauffer le ciel obscur. Je hoche lentement la tête avant de le suivre avec empressement, cherchant moi aussi à fuir cette forêt qui sous les assauts de la pluie se transforme en une prison boueuse qui ne demande qu'à nous garder enfermé. Je sens mes bottes s'enfoncer sans cesse plus profondément dans le sol bien trop meuble tandis que l'eau m'alourdit, essayant l'air de rien de me pousser un peu plus entre les bras de cette terre humide. Et l'air de rien je commence à fatiguer… À avoir du mal à mettre un pied devant l'autre. Il faut qu'on s'abrite… Mes yeux parcourent la forêt hostile avant de finalement s'arrêter sur un immense arbre qui semble pourrir dans son coin. Je m'arrête, l'observant avec plus d'attention. L'immense tronc ressemble à une bouche béante qui ne semble que demander à ce que des voyageurs éreintés se jettent entre son écorce humide… Un refuge parfait. Je n'hésite pas une seconde et attrape le capitaine par le poignet, l'entraînant avec moi sans quitter l'arbre creux du regard.

"Je suis fatigué de marcher… Arrêtons-nous le temps que la pluie cesse…"

Je murmure doucement alors que je le traîne jusqu'au tronc évidé, m'y glissant sans le moindre mot, appréciant simplement d'être au sec. Je ferme les yeux, réprimant un autre frisson.


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Mar 7 Avr - 0:50, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 7 Avr - 0:50

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


« Je suis fatigué de marcher… Arrêtons nous le temps que la pluie cesse… »

Jones suivit son acolyte, arrêté devant l'excavation béante d'un tronc écorché vif. La terre renfoncé dans son être, l'arbre nu incurvé dans le sol, offrait aux deux voyageurs cet abri inespéré. Peut-être la chance le souriait-elle. Peut-être n'était-ce que le calme avant la tempête... Enfin, façon de parler, puisqu'un nouvel éclair explosa dans le ciel, arrachant au chapelier un frisson sans discrétion. Nullement affecté, le pirate ne pu s'empêcher de sourire discrètement en apercevant son camarade trembler aux grondements prétentieux du ciel. Malgré la pluie incessante, une chaleur ambiante perdurait. Ses habits, aussi mouillés que s'ils avaient été plongés directement dans la mer, coulaient. Ne voulant pas rendre boueux cette petite parcelle de terre abritée, Killian déboutonna son veston sous le regard silencieux de Jefferson. Il déposa son manteau sur une branche, prêt de la petite toiture créée par l'écorce, et y délaissa finalement son veston rouge avec. Dans le creux du tronc, Killian déposa son fourreau sur le sol, et passa ses mains dans sa chevelure. Les gouttes d'eau ruisselèrent le long de son torse nu, comme de petites perles miroitantes. Il attrapa un amas de brindilles peu humide, qu'il essaya d'incendier de son briquet. Après quelques vifs essais, la braise se mit à consumer le nœud de bois et une petite flamme discrète se permit une petite danse, au rythme du vent de tempête. Hook s’assit sur un morceau d'arbre couché, de manière à empêcher le vent d'éteindre sa réussite. Il se retourna vers le chapelier, toujours à l'entrée du creux.

- Tu veux peut-être que je t'invite à entrer ? Ricana-t-il.

Le fou réagit soudainement, comme si le pirate venait de perturber une pensée dont il ignorait totalement le secret. Il se contenta de sourire et tendre ses poignets au-dessus du feu qu'il gardait, de manière à égoutter au maximum son corps humide, qui scintillaient sous les regards incendiés du feu de camp. Son pantalon de cuir noir gouttait à flot comme si toute une réserve s'y était embourbée. Il se délecta de la chaleur du feu qui petit à petit, le libérait de toute cette eau de pluie. Le contraste entre la pluie froide et la chaleur du feu lui arrachait quelques frissons discrets qu'il s'efforçait de ne pas montrer. Les deux compères gardaient le silence, tant par jouissance du repos qu'ils s'accordaient que par absence d'intéressantes discussions. Que dire ?

Crochet, fixait le feu, sans dénier cligner des yeux. Il songeait. Il ignorait totalement si Jefferson faisait de même, ou s'il dévisageait le pirate, mais cette ignorance le rongeait. Il ravala sa salive avant d'écorcher vif ce silence, bien trop imposant à son goût – et non pas qu'il ne supportait pas le calme, bien au contraire :

- Pourquoi ?

Ce mot, à la fois si significatif, si contradictoire, si intense, et si flou, résonna amèrement entre ses dents, comme s'il s'était étouffé avec. Sa gorge se racla délicatement, alors que ses yeux étaient désormais déployés vers Jefferson. Il resta silencieux, baladant du regard tant son visage, ses cheveux nus, ses yeux bleus que son foulard mouillé, son col déployé. Non qu'il scrutait son acolyte, puisque ses iris se plongeaient davantage dans le vide. Un regard absent, comme si sa propre question l'avait plongé dans des songes. Il ne s'attardait pas vraiment sur la présence physique de Blackwell, ni sur sa réaction; ne sachant d'ailleurs pas s'il le dévisageait d'un air interrogateur ou s'il avait été perturbé par sa réponse. Killian fixait le vide, un instant, sans dénier apporter plus de précision. Puis son songe se dissipa, son menton se redressa, de manière à pouvoir véritablement regarder son interlocuteur.

- Pourquoi avoir insisté pour me conduire ici et m'accompagner ?

Il laissa un court instant le chapelier remuer des lèvres, et chercher dans le visage du pirate comme la force capable de lui évoquer un semblant de réponse; Hook sachant pertinemment que l'explication n'en serait que dérisoire. Et lorsqu'il constata sa langue se mêler entre ses dents ; qu'il entend ce millième de début de première syllabe, il l'interrompit d'un ton inopinément ferme:

- Pourquoi l'or ?

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Jeu 23 Avr - 12:36, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Jeu 23 Avr - 12:36

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Le silence est tel entre nous que le crépitements des flammes est presque assourdissant et malgré la chaleur que dégage le feu, je peine à ne pas frissonner. Au point que de temps en temps je ne peux m'empêcher de l'observer, lui qui torse nu et trempé semble n'avoir aucun problème avec l'air frais de la nuit. Pour ma part, j'ai bien quitté ma veste, je conserve tout de même ma chemise et mon foulard, ne me sentant pas suffisamment suicidaire pour me foutre à poil et éventuellement attraper la mort. Je préfère grelotter dans mes vêtements humides jusqu'à demain. La douce chaleur du feu réchauffe mes mains et lentement, j'en viens à oublier l'orage qui gronde dehors, me laissant bercer par le chant de la pluie sur l'écorce de l'arbre et le murmure du feu. Mon regard se perd dans le vide, même si de temps à autre j'observe le capitaine qui reste étrangement silencieux. Comme si subitement, il n'avait plus rien à dire, plus un mot ou une remarque sarcastique à placer. Comme si la pluie l'avait lavé de tout et qu'il se contentait d'attendre que le temps passe. Et puis… un mot lui échappe. Une question qui me fait le regarder avec une certaine perplexité. Pourquoi ? Je le regarde sans comprendre, attendant sa réponse alors qu'il me regarde… Enfin, qu'il regarde à travers moi, comme perdu dans ses pensées. Je hausse un sourcil, alors qu'il pose à nouveau son regard dans le mien. Et la question traverse enfin ses lèvres. Pourquoi avoir insisté pour l'amener jusqu'ici ? Je fronce les sourcils. N'avais-je pas été clair ? La réponse me semble évidente. Un sourire se dessine sur mes lèvres alors que je baisse quelque peu les yeux, n'ayant envie de lui répondre qu'une seule chose : Parce que je n'allais pas vous laisser rater un trésor que je pourrais partager avec lui. Seulement j'ai à peine le temps d'entrouvrir les lèvres et de commencer à prononcer la première syllabe qu'il me coupe d'un ton sec, me demandant pourquoi l'or m'intéresse autant. Je pousse un soupir alors que mon sourire se fane sur mes lèvres. On en vient donc à cela. Le pourquoi du comment. Ai-je vraiment envie de me lancer dans ses explications ? Je pense que je n'ai pas vraiment pas le choix. Esquiver la question serait idiot. Alors autant être honnête, pour une fois. Un autre soupir m'échappe alors que je croise les bras, essayant d'esquisser un sourire.

"Parce que… L'or, Capitaine. Justement. Toute la réponse est là. N'est-ce pas ce que tout les hommes cherchent au fond ? À s'enrichir ? Je pense que tu me comprends sur ce point, non ? Tu es un pirate après tout, c'est ce que vous cherchez non, des trésors ? Je ne suis qu'un homme après tout… Alors la richesse… Elle m'attire tout simplement… C'est pour ça que lorsque je t'ai vu à la recherche d'un moyen pour aller dans ce monde, je ne pouvais pas me résoudre à te laisser filer sans t'accompagner. Et puis… Ta compagnie n'est pas si désagréable que ça au fond."

Un sourire m'échappe alors que je termine ma phrase, lui jetant un rapide coup d'oeil. L'or est la motivation de tout les hommes, après tout… Qui aime vivre dans la misère quand il pourrait vivre tel un prince ? Personne. Absolument personne. Mais je suis un homme fait de paradoxe, j'aime voir les rois et les reines se briser à mes pieds et pourtant j'aimerais pouvoir avoir leurs richesses…. J'ai besoin de voyager pour ne pas m'ennuyer et pourtant j'aimerais avoir un endroit où rentrer… Mon problème est que je veux tout. Absolument tout. Et malheureusement, on ne peut pas toujours avoir tout ce que l'on veut. La vie n'est pas aussi simple. Elle ne l'est jamais. Je me racle rapidement la gorge avant de reprendre.

"Et puis… Comment résister à une chasse aux trésors avec un capitaine ? L'or ne fait tout, la soif d'aventure est aussi un moteur en soit… Mais encore une fois, je pense que tu sais de quoi je parle, pas vrai ? Mais… Pourquoi me poser la question ? En quoi cela t'intéresse au fond de connaître mes motivations ? N'ai-je pas été assez clair lors de notre rencontre ? Une partie du trésor ne sera que mon paiement pour le voyage, voilà tout… Oh et si c'est ton… "Sablier" qui t'inquiètes… Tant qu'il ne suscite pas mon intérêt, je ne tenterais pas de te le dérober…"

Un rire m'échappe alors que je plonge mon regard dans celui de mon compagnon, réprimant un frisson alors que je fais glisser le long de mon cou mon foulard mouillé, le serrant une fois de plus pour tenter de le sécher. En vain. J'esquisse une moue de déception avant de l'accrocher à une branche, me résignant à faire sans pour la nuit. Je passe une main dans mes cheveux humides avant de lui adresser un sourire.

"Mais pourquoi toute ses questions ? Pourquoi cette envie de connaître mes motivations ? Aurais-tu peur que je te trahisse, que je tente de tout dérober pour ensuite simplement t'abandonner dans ce monde hostile ? Allons… Il y a bien longtemps que je ne fais plus ça…"

Un autre rire m'échappe alors que je le regarde, ignorant désormais l'orage qui gronde autour de nous. Sans compter que bon… Pour le moment nous nous retrouvons tout les deux coincés ici tant qu'on a pas retrouvé mon chapeau… On ne risque pas de quitter ce pays.  Et pour être franc, il n'est pas question que je passe l'éternité ici. Oh non. Je lui glisse un sourire avant de pencher la tête sur le côté, quelque peu curieux.

"Puisque nous sommes dans les confessions... Tu fais tout cela pour une simple femme ? Étrange."


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Jeu 30 Avr - 0:30, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Jeu 30 Avr - 0:30

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


« Parce que… L'or, Capitaine. Justement. Toute la réponse est là. N'est-ce pas ce que tout les hommes cherchent au fond ? À s'enrichir ? Je pense que tu me comprends sur ce point, non ? Tu es un pirate après tout, c'est ce que vous cherchez non, des trésors ? Je ne suis qu'un homme après tout… Alors la richesse… Elle m'attire tout simplement… C'est pour ça que lorsque je t'ai vu à la recherche d'un moyen pour aller dans ce monde, je ne pouvais pas me résoudre à te laisser filer sans t'accompagner. Et puis… Ta compagnie n'est pas si désagréable que ça au fond. »

Alors que les mots de Jefferson résonnaient amèrement dans ses tympans, Killian songeait. Non, l'or n'était pas ce que tous les hommes cherchaient. En tout cas, pas lui. En effet, Jones ne récoltait pas des richesses pour des richesses. L'or n'était au fond qu'une excuse pour prendre part à l'aventure, et parce que toute marche nécessitait un but, une récompense. Il est vrai qu'il appréciait particulièrement admirer son reflet dans de somptueux bibelots d'or et d'argent, mais ces trésors s'apparentaient plus à des trophés qu'à des valeurs de richesses. Au fond, le Capitaine Crochet n'était pas foncièrement plus riche qu'un simple valet, alors qu'il dénichait bien des merveilles. Au départ, la piraterie avait été une manière pour lui de se retourner contre l'Ordre qui lui avait dérobé sa liberté. C'était à cause des excursions organisées par la marine aristocratique, la quête de la fameuse  ombrêve, que Jones avait perdu son frère. A cet instant même, il avait brûlé la grand'voile, signe de rebellion. L'Ordre pouvait toujours tenter de le rattraper, son navire serait aussi rapide et éphémère que le Hollandais Volant. Le pillage était devenu pour lui une manière de réduire l'Ordre à l'état d'impuissance. La noblesse ne pourrait plus le priver de ce qu'il était vraiment au fond de lui. Peu à peu, la quête de trésor devenait une soif de liberté, une aventure à toutes épreuves à laquelle il prenait part avec grand plaisir. Peut-être pour montrer qu'il n'avait plus besoin de l'Ordre pour avancer librement, peut-être était-ce au fond par peur de revenir à une vie terrestre habituelle ; comme si le voyage éternel lui permettait d'échapper à une réalité qu'il n'acceptait pas, comme s'il pouvait en oublier le deuil de son frère. Il se refusait une vie de noble bien ranger, bien nourrit ; une vie simple, de bonheur et de malheur. La sienne, il la prendrait en main. Il la gouvernerait comme un Capitaine. Un pirate. Un marginal. Voilà ce qu'il était devenu et ce qu'il avait toujours été au fond de lui. Non, l'or n'était pas qu'une simple richesse pour Hook, c'était un trophée qu'il polissait chaque jour en signe de triomphe sur l'Ordre, en signe de victoire sur la vie.

« Et puis… Comment résister à une chasse aux trésors avec un capitaine ? L'or ne fait pas tout, la soif d'aventure est aussi un moteur en soit… Mais encore une fois, je pense que tu sais de quoi je parle, pas vrai ? Mais… Pourquoi me poser la question ? En quoi cela t'intéresse au fond de connaître mes motivations ? N'ai-je pas été assez clair lors de notre rencontre ? Une partie du trésor ne sera que mon paiement pour le voyage, voilà tout… Oh et si c'est ton… "Sablier" qui t'inquiètes… Tant qu'il ne suscite pas mon intérêt, je ne tenterais pas de te le dérober… »

Killian laissa un sourire en coin accompagné d'un léger rire discret lui échapper. Evidemment que le sablier ne l'intéresserait pas. Et quand bien même ce serait le cas, le Chapelier ne serait pas assez idiot pour oser faire face au célèbre Capitaine Crochet qui n'aurait pas de mal à récupérer ce qu'il quêtait. Le Sablier du Temps, l'artefact enchanté qui lui permettrait de réécrire l'histoire. Retourner dans le passé; changer son présent. Il songea alors, ignorant les quelques phrases de Blackwell, seul la fin de son discours l'interpella :

« Puisque nous sommes dans les confessions... Tu fais tout cela pour une simple femme ? Étrange. »

Une simple femme. Milah. Etait-ce réellement pour elle qu'il faisait tout cela au final ? Les années avaient passé, de très nombreuses années. Son périple interminable à Neverland lui avait permis de définitivement tourner la page de passer à autre chose. A vrai dire, il ne savait plus vraiment pourquoi il partait à la recherche du Sablier. Longtemps il avait convoité cet objet dans le but de retourner dans le passé pour retrouver Milah et faire en sorte qu'elle ne périsse pas sous l'assaut cruel et inhumain du Crocodile. Pourtant, le temps était justement passé par là. Il n'éprouvait plus rien pour son ancienne femme, bien qu'elle fut sans doute son premier et seul véritable amour à ce jour. Mais le temps avait la cruelle manie de vous faire oublier votre plus tendre passé, de ternir vos plus somptueux souvenirs, d'amoindrir vos plus intenses émotions... Pourquoi quêtait-il ce Sablier ? Était-ce pour retrouver Milah, ou n'était-ce qu'au fond que par pur désir de vengeance ? Par simple envie de rétablir la justice, celle d'un lâche qui n'avait eut aucun scrupule à écraser le cœur battant de femme, et qui avait osé dire à son fils qu'elle était seulement malade. Ou peut-être ce voyage n'était-ce encore qu'une alternative pour se prouver à lui-même que rien ne pourrait plus lui échapper et que le temps ne pourrait plus jamais lui arracher ce qu'il chérissait. Étaient pourtant peu nombreux les gens qu'ils appréciaient véritablement, mais le destin avait la cruelle manie de les lui arraché sous son nez. Milah et Liam avaient succombé aux bras du Styx sous ses yeux. Tous deux avaient craché leur dernier souffle dans ses bras. Ces bras qui avaient portés tant de défunts. Trop. Le temps, le destin, la vie... Plus rien ne devraient avoir le droit de lui arracher les gens auxquels ils tenaient... Plus rien.

Ses songes l'avaient conduit dans un état second, faisant qu'il ne prêtait désormais plus attention aux phrases du Chapelier, et qu'il n'avait pas non plus prit la peine de lui répondre, se contentant d'un simple sourire et d'un regard qu'il jugeait suffisamment explicites. Des yeux attendrissants, plongés dans ceux de son acolyte. Des yeux brillants, un sourire forcé. Une amertume perceptible sur ses lèvres, mais un froncement des sourcils qui affirmaient qu'il ne cherchait pas ce sablier pour une simple femme. Un visage si significatif qu'il considérait suffisant, bien que Jefferson n'arriverait probablement pas à deviner de lui-même ce à quoi songeait Killian. Mais dans sa main, un léger tremblement se fit ressentir. Si léger que s'il s'était lancé dans une conversation avec le Chapelier, il ne l'aurait probablement pas ressentit.

Il souleva le couvercle de sa petite boîte noire, et s'aperçut que la boussole s'était remise à tourner. Elle indiquait une direction. Enfin, le dragon s'était posé. Enfin, la boussole avait réussie à le localiser. Peut-être était-ce au fond parce que Killian venait de songer durant ces quelques minutes de silence, au sablier qu'il quêtait. Cependant, il pensait également à rentrer. Au chapeau de Jefferson, le seul moyen pour eux de retourner dans la Forêt Enchantée. Et si le destin avait encore bien fait les choses ? Et si le dragon, le chapeau et le Sablier du Temps s'était retrouvés au même endroit ? Au cœur même des montagnes, là-bas, à l'horizon même, lumineuse et perceptible sous l'éclairage lunaire, qui attirait le regard de Killian. Ses yeux étaient fixés sur ce mont, si haut qu'il semblait percer le ciel de sa pointe enneigée.

Le Capitaine se rendit compte également que la pluie avait cessé, laissant place à ce monochrome noir, interrompu partiellement en son cœur par une lune pleine et rayonnante. Il se retourna vers Jefferson et lui déposa finalement la boussole dans la paume, comme s'il lui accordait sa confiance. Comme si ce simple geste, pourtant si banal, était une réponse à sa question : « tu fais tout cela pour une femme ? ». Milah, il ne l'avait plus en tête.

Il se ressaisit et enfila son veston rouge et son manteau encore humides, en fixant son camarade :

- Je crois que la chance nous sourit. Il jeta un coup d'oeil à la boussole qui indiquait le nord. Il redressa la tête vers lui. Je saisis les occasions. Et toi Jefferson ?

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Lun 25 Mai - 20:57, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Lun 25 Mai - 20:57

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Tout ce que j'avais pu lui dire semble le laisser perdu… Du moins au milieu de ses pensées. Le temps d'un instant je tente de percer le voile de son regard avant de comprendre que je n'aurais peut-être pas plus de réponse que ce silence bien étrange. Un silence qui laisse la part belle à l'orage et la pluie qui règnent hors de ce léger refuge que l'on a réussit à se trouver. Et lui. Rien. Pas un mot, je n'ai le droit qu'à un mur qui se réfugie dans ses pensées. Et même si au début j'avais la patience de le laisser se perdre dans sa contemplation mélancolique, son silence m'agace quelque peu. Il voulait savoir ce que je cherchais et voilà qu'il en reste silencieux. Soit. Tu peux me juger silencieusement et te dire que je suis matérialiste à ne rechercher que la richesse… Mais ignorer ma question à propos de cette femme… ? Soit elle hante encore tes songes la nuit ou alors elle n'est plus rien à ses yeux. Et cette simple pensée m'arrache un sourire. Pourquoi ? Je ne saurais dire… Peut-être parce que sa présence me plait. Enfin du moins que je l'apprécie. Étrange. Mais je ne dis rien. Je le laisse se perdre dans ses pensées, poussant un soupir alors que mon regard se détourne vers le feu qui crépite doucement entre nous.

Et finalement, il semble se réveiller, reprendre conscience. Je hausse un sourcil alors qu'il tire sa boussole hors de sa poche, regardant l'aiguille s'agiter. Je fronce les sourcils. Serait-il hésitant sur sa destination ? Si c'est la maison qu'il cherche, il ferait mieux de désirer ardemment retrouver mon chapeau plutôt que de se poser tant de question. Le dragon l'a, et généralement, tout ce qui a des écailles est toujours proche de trésors. Surtout quand c'est énorme, que ça a des crocs immenses et que ça a une sale tendance à tout brûler. Mais passons. Je lui adresse un sourire alors qu'il se retourne vers moi, me faisant signe de lui offrir ma main. Sans un mot je m'exécute avant d'hausser un sourcil en voyant qu'il dépose au creux de ma main sa fameuse boussole.

"Tu me fais confiance avec ça désormais ?… Que d'honneur."

Mon sourire se fait plus discret quand je vois l'aiguille qui immobile, indique le nord. J'étais bien mauvaise langue à me dire qu'il hésitait. Après tout, la maison, le chapeau, le dragon... Tout se rejoint. Par moment j'en viens à me dire que je suis bien mauvaise langue., à tout de suite douter des autres. Mais bon... Je me retiens de faire le moindre commentaire alors qu'il renfile rapidement son veston, et son manteau. Et son ton m'arrache un sourire arrogant.

"Eh… Il faudrait être idiot pour ne pas saisir une telle occasion. Surtout quand Dame Chance nous sourit."

Je referme rapidement la boussole avant d'enfiler à mon tour ma veste encore humide, l'effleurant en passant à ses côtés alors que je retrouve l'immense plaine qui s'offre à nous. Je jette un coup d'oeil au ciel obscure, constatant avec plaisir que la pluie a cessé. Je regarde rapidement la boussole avant de laisser mon regard se porter sur la montagne au loin. Eh bien. Serions-nous sur la route d'une chasse au dragon ? Il me semble que oui. J'attends que ce cher Killian me rejoigne avant de reprendre notre route jusqu'au repaire de ce fameux dragon. La traversée de la plaine se fait dans un silence partagé et dans un calme délectable. Car nous ne subissons aucune attaque, chose qui est assez agréable, entre nous. Et finalement nous arrivons jusqu'à cette montagne solitaire, dont le sommet se perd dans un halo de brume, que la neige recouvre encore par endroit. Je pousse un soupir avant de lui glisser un sourire.

"Je pense qu'espérer qu'il y ait des escaliers seraient trop demandé… Je crois qu'on ne va pas avoir le choix…"

Seulement je me vois mal grimper à main nue la paroi rocheuse pendant des heures jusqu'à finalement trouver l'antre de se dragon, mais en même temps, ce serait bien trop… Eh. Attends voir. On doit pouvoir grimper par-là. Je glisse la boussole dans ma poche avant de considérer du regard l'espèce de sentier escarpé qui s'offre à nous. Dame Chance… C'est plus qu'un sourire que tu nous offres là… Je siffle pour attirer l'attention du Capitaine avant de commencer à m'aventurer sur se sentier escarpé, gardant une main sur la paroi rocheuse alors que je commence à grimper, Killian sur les talons.


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Mar 26 Mai - 1:15, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 26 Mai - 1:15

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


Le périple se présentait comme étrangement calme. Les rares orcs tués en chemin d'un coup d'épée n'avaient même pas été suffisant pour teindre son arme de sang. Mais le Capitaine n'allait certainement pas s'en plaindre. Il profitait de l'air agréable du vent, des quelques discussions avec son camarade, et du splendide paysage qui s'offrait à lui. Bien que la Terre du Milieu se présentait comme un territoire assez dangereux, sa galerie d'horizons plus splendides les uns des autres avaient de quoi réjouir un aventurier comme lui. Les plaines verdoyantes laissaient place à d'interminables étendues de sable. La marche était longue, pénible, mais reposante pour l'esprit. La complicité naissante des deux hommes avaient été en faveur de cette aventure. Il n'avait pas vu le temps passer jusqu'à ce qu'ils arrivent au pied de la Montagne Solitaire.

« Je pense qu'espérer qu'il y ait des escaliers seraient trop demandé… Je crois qu'on ne va pas avoir le choix… »

Jones se contenta de bougonner. L'alpinisme n'était pas trop sa tasse de thé... Il n'était pas du genre à l'aise en apesanteur, son expérience au Pays Imaginaire pouvait en témoigner... Lorsqu'il s'était emparé de la poussière de fée pour s'élever et combattre Peter Pan dans les airs, il s'était lamentablement fait redescendre sur terre. Et voilà qu'il allait devoir grimper une montagne à la seule force de ses bras...  Ceci était sans compté son sauveur qui venait de découvrir un sentier très bancale, mais qui devrait les faire monter assez rapidement. Rassuré, le Capitaine hocha la tête en lui glissant cet exquis sourire qui, contrairement aux autres, ce dessinait tout naturellement sur son visage. Ce rictus lui donnait cet air légèrement timide et adorable que seul un cœur en fête pouvait déceler.

Devant lui, Jefferson commençait à s'engager dans le sentier. Hook l'aperçut ranger la boussole, désormais inutile, dans sa poche. Les deux hommes gravir le raide chemin, tant bien que mal jusqu'à arriver sur une étendue plus stable et plus large. Le sentier reprenait sa montée à l'autre extrémitée de la pacerelle de terre et de roche. Le Chapelier était toujours devant, marchant en direction du prochain chemin. Killian l'intercepta :

- Au fait...

Il ne laissa pas le temps au fou de se retourner complètement qu'il le plaqua contre la paroi de la montagne. Sa main vint se coller brutalement dans la roche, juste à côté de l'oreille de Jefferson. Son visage n'était qu'à une quinzaine de centimètre de celui de son acolyte. Il souriait grassement. Son crochet vint se glisser tendrement au niveau de sa ceinture, lui frôlant légèrement la cuisse avant d'y pénétrer la pochette. Là, il enroula le collier de cuir autour de sa main d'argent et l'éleva vers le visage de Jefferson. La boussole pendait au bout de son crochet, juste entre leur deux visages :

- C'est à moi, informa-t-il, en ricanant d'un air amusé.

Son visage s'égara légèrement dans les yeux de Jefferson qui le mirait sans cligner des paupières, alors que le pirate maintenant son jeu de dominant, toujours ce sourire simplement joueur sur le visage. Comme s'il regardait son reflet dans les pupilles de son acolyte, ses yeux se perdirent sur son visage, tantôt vers sa bouche, tantôt vers ses paupières. Mais alors que leurs lèvres semblaient presque se rapprocher naturellement l'une de l'autre, le corps du Capitaine vint soudainement s'amouracher à celui du Chapelier. Il bloqua les deux mains de Jefferson au-dessus de sa tête en les nouant naturellement dans la boucle de son crochet qui étreignait ses poignets pour qu'il ne bougea pas. A cet instant, un sulfureux courant d'air vint briser l'atmosphère, et le dragon leur passa dans le dos, tourné à la verticale. Si quelques centimètres de plus avaient dépassés, il se pourrait que Killian se soit retrouvé encastrer dans une aile, ou empalé par l'une de ses griffes. Son corps tremblant à l'assaut mortel du dragon était plaqué tout contre celui de Jefferson. Jones suivit du regard l'envolée de la bête qui sembla se réfugier à la parcelle de terre juste au-dessus d'eux. Son visage vint retrouver celui de Jefferson. Ses lèvres tremblaient encore légèrement. Il ravala sa salive, ne put retenir un souffle indiscret et se décolla finalement de son camarade. Il ne pu s'empêcher de redresser la tête vers le haut mais n'aperçut point l'animal ailé. S'était-il réfugié quelque part ? Obnubilé par le dragon, le pirate laissa Blackwell se remettre de ses émotions et s'avança à quelques mètres plus loin, vers le prochain sentier montant. Il en gravit quelques mètres et pu apercevoir le début de la prochaine étendue de terre, plus étroite que celle sur laquelle était encore Jefferson juste en bas. Killian pu y apercevoir une entrée, une sorte d'immense grotte, dont l'intérieur semblait étrangement éclairé au feu.

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Dim 14 Juin - 13:28, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Dim 14 Juin - 13:28

Oh Misty Mountain


On attrape pas les dragons avec des beaux garçons... Mais avec un peu d'audace.





Killian & Jefferson




Je me déteste pour aimer porter des vestes longues… Parce que pour grimper une montagne, je dois avouer que c'est loin d'être pratique. À chaque pas je fais attention à ne pas me prendre les pieds dedans, ne voulant pas tellement faire une mauvaise chute. Avouez que ce serait dommage…  Ainsi c'est prudemment que je m'avance sur ce sentier, le pirate sur mes talons… Qui se permets de me faire une frayeur qui me donne presque envie de lui en coller une. Je fronce les sourcils alors qu'il m'intercepte d'un simple "au fait…" Je m'apprête à lui demander ce qu'il a que je me retrouve plaqué contre la paroi de la montagne, sa main non loin de mon visage alors qu'un sourire se dessine sur ses lèvres. L'air siffle entre mes dents alors que je lui jette un regard noir, sentant son crochet effleurer ma cuisse tandis qu'il le glisse dans ma poche venant récupérer la boussole. Je fronce les sourcils alors que celle-ci vient se balancer entre nos deux visages… Mon regard fait l'aller-retour entre les deux alors qu'il se sent obligé de me rappeler que c'est à lui. Et même si il ose un sourire, je me contente de pincer les lèvres, quelque peu agacé qu'il se sente obligé de venir me fouiller les poches. Ça va ? T'es content de me faire ton petit numéro de dominant, heureux de me rappeler que ce sont tes affaires ? Sûrement. Inconsciemment, je tente de me débattre, n'appréciant pas tellement de me retrouver coincé entre lui et la montagne. Parce que je déteste qu'on m'attrape ainsi, je déteste qu'on me rappelle que je ne suis pas celui qui mène la danse actuellement et je déteste surtout constater que je ne peux rien y faire. Et le pire dans tout ça… C'est que j'apprécie presque de voir son regard se perdre dans le mien, avant de glisser sur mes lèvres… Au point que j'en viens à me demander si le Capitaine ne va pas tenter quelque chose… Un sourire s'esquisse sur mes lèvres alors que je m'apprête à lui glisser une quelconque provocation, l'invitant à oser faire ce qu'il semble désirer avec ardeur… Mais je n'ai pas le temps de le faire qu'il vient se coller contre moi, me plaquant un peu plus contre la paroi rocheuse, m'arrachant un juron de douleur. La roche me laboure les reins alors qu'il saisit mes poignets… Ok. Je n'aime pas du tout la tournure que prenne les choses. Mais alors pas du tout. Je commence à me débattre contre lui, m'arrêtant alors que je sens un puissant vent chaud nous balayer, et que par-dessus son épaule, je n'aperçois que les écailles dorées de l'immense dragon… Je cesse de respirer alors que je sens Killian frémir tout contre moi, alors que je ne peux que fixer la créature passer au-dessus de nous et disparaitre. C'était pas loin. Sérieusement. On… Enfin il…. Je croise à nouveau son regard et je ne peux y voir qu'une certaine appréhension. Oui. Je sais. C'est pas passé loin. Je pourrais le rassurer et lui dire que c'est bon, mais… Je n'y arrive pas. Je me contente de soutenir son regard alors qu'il me lâche enfin… Je pousse un soupir alors que je me masse les poignets, pas réellement contrarié d'être enfin libre… Non pas qu'avoir de la roche qui vous laboure les reins ce n'est pas charmant… Mais pas loin. Je l'entends s'éloigner alors que je reprends mon souffle, passant ma langue sur mes lèvres. Au moins on sait qu'on s'approche… Mais ce qui me gêne c'est ce petit numéro de sa part… Il cherche quoi ? Me déstabiliser ? Me faire céder ? Peut-être un étrange mélange des deux. Je lève les yeux vers lui, soupirant en voyant que le chemin se fait de plus en plus escarpé. Merveilleux… Je prends une légère inspiration avant de secouer la poussière sur ma veste, reprenant ma marche pour le rattraper.

Chose que je finis par faire… Au bout de quelques minutes de marche, je finis par le rejoindre sur une étendue encore plus escarpée, et je ne peux qu'afficher un sourire quand je vois au loin l'entrée d'une grotte s'ouvrir à nous...

"Eh bien, eh bien… Je crois qu'on vient de trouver la tanière de notre dragon Capitaine… Et si on allait se présenter ?"

Je pose une main sur son épaule avant de repasser devant lui, grimpant avec une nouvelle énergie le chemin, presque impatient de retrouver ce qui est mien… Je m'avance vers l'ouverture que nous offre la montagne, souriant en voyant les reflets orangés et dorés sur la roche… Sans prendre la peine de l'attende, je m'engouffre dans l'étroite ouverture, me laissant guider par cette douce lumière qui réchauffe l'obscurité dans laquelle je m'engouffre sans la moindre hésitation. Pendant quelques minutes j'ai l'impression de descendre au coeur même de la montagne, plissant les yeux face à la lumière qui se fait de plus en plus rare, sentant les murs se rapprocher, au point que ma veste frotte contre la paroi brute, avant de finalement y arriver. Son repaire. Son domaine. Tout s'ouvre à mes pieds alors que je suis obligé de fermer les yeux, aveuglé par les reflets de l'océan de richesse qui semble n'attendre que moi. Pendant une longue minute je ne fais qu'observer l'or, les diamants et autre couronnes qui cascadent paresseusement sur le sol de la grotte, en une montagne scintillante et attractive pour le moindre homme vénal. Un homme tel que moi par exemple. Lentement j'ose m'avancer, commençant à déambuler dans cet océan doré qui semble presque m'appeler. Je jure entendre dans le roulement des pièces sous mes pas, mon prénom. Jefferson… Jefferson. Un espèce de sifflement que seule les pièces qui s'entrechoquent sont capables de produire. Un frisson dévale mon échine alors que je continue de me déplacer dans cette immense trésor. Oh… J'aimerais pouvoir emporter tout cela, avec moi… Mais je ne suis point un dragon, je ne pourrais jamais conserver un tel trésor… Mais rien ne m'empêche de dérober quelques pièces… Une ou deux que je pourrais glisser dans mes poches. C'est sublime… Magnifique… J'entends l'or rouler sous mes pas et je ne peux que m'accroupir, laissant mes doigts glisser entre les pierres précieuses aux couleurs chatoyantes, les perles plus ou moins grosses…. Et alors que mes doigts se referment autour de quelques pièces, voilà que je sens quelque chose bouger autour de moi… Comme si il y avait quelque chose… Sous l'or. Je m'immobilise alors que je regarde les pièces se mouvoir et qu'un souffle chaud me balaye la nuque. Merde. Je n'ose plus bouger alors que face à moi, je vois l'ombre d'une écaille pointer le bout de son nez, puis une autre, révélant une partie du corps gigantesque du véritable propriétaire de ce trésor. Oh Jefferson… Je déglutis difficilement avant de jeter un regard par-dessus mon épaule, croisant deux immenses yeux dorés. Je passe ma langue sur mes lèvres alors que je me relève, esquissant un sourire presque aussi éclatant que l'or que je m'apprêtais à voler.

"Oh… Pardonnez-moi si j'ai par malheur marché sur votre Grâce.. Je… Je pensais qu'en soulevant ses pièces… Je finirais par trouver votre Grâce… Et… Je ne peux que m'émerveiller face à votre beauté, votre prestance… Je ne peux que m'incliner devant votre Majesté…"

Chose que je fais alors que je sens un autre souffle chaud caresser ma personne, et un grondement qui étrangement ne me rassure pas du tout….

"Pathétique, petit homme… Tu as finis ? Ou te reste-t-il encore quelques mensonges ridicules à réciter avant que je ne m'occupe de mettre fin à ton existence voleur…."


Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Dim 14 Juin - 14:46, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Dim 14 Juin - 14:46

Les Bons Comptes

font les bons... amis.


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


La grande salle mire de ses splendides écailles. Brillantes comme des lucioles, les pièces de cette interminable grotte s'étalent sur toute la surface en une glorieuse étendue de sable dont les grains valent tous plus cher les uns que les autres.

- Nous y sommes... marmonna Killian, bouché-bée, si discrètement que le Chapelier ne l'avait sans doute même pas entendu.

Le barbu respira un instant, subjugué par cet incongru spectacle. Trop de richesse pour un seul homme. Trop de tentations pour l'homme qu'il était. Autant pouvait-il résister aux courbes d'un corps bouillant, au coffre d'un navire perdant... autant une grotte dont on ne voyait pas le bout, et dans laquelle se dandinait une piscine de richesse pourrait causer sa perte. Il aurait bien reprit ses esprits immédiatement, voulant se rappeler que sa quête initiale était ce Sablier du Temps avec lequel il voulait réécrire l'histoire de son pire ennemi, pour sa vengeance, mais c'était impossible. L'or l'éblouissait et il ne parvenait à voir la fin de cet orgueilleux paysage. Responsable était-il, que le diable l'emporte, cet or serait son berceau.

Le Capitaine dévalait les riches dunes de son côté, alors que le Chapelier avait continué sa visite droit devant. Killian lui, dévalait le contre-bas de pièces à droite de l'entrée, traversant parmi quelques piliers de roche qui soutenaient sans doute la paroi supérieur de la grotte, bien qu'il était impossible d'apercevoir le plafond de ce vaste intérieur. Il manqua de s'écraser dans le sable d'or à maintes reprises. Les mains sur la tête, il ne pouvait dissimuler ce rire joyeux alors qu'il tournait sur lui-même en descendant les reliefs. Les pièces dégringolaient sous ses bottes et venaient lui titiller charnellement les mollets au point qu'il en frissonnait d'envie. Folle tentation que ce jardin de richesse. Mais qui donc pouvait bien posséder ce trésor ? Pourquoi le peuple de la Terre du Milieu n'avait toujours pas dénicher tout cela ? Ils étaient pourtant bien plus préparés qu'eux à défier un dragon. Dragon... et justement, le dragon doré qui avait manqué de lui arracher le dos quelques minutes auparavant vint se poser directement devant lui. Venant sans doute d'une entrée en haut qu'il ne distinguait pas, son atterrissage fit bondir le pirate vers l'arrière, s'écrasant violemment sur les bibelots riches en croisant le regard du dragon, qui tenait toujours dans sa griffe, le chapeau de son camarade. Espérons seulement qu'il ne l'avait pas endommagé au point qu'ils ne puissent pas rentrer...

Cette ridicule pensée lui vint à l'esprit alors même que l'Ecaillé Volant le regardait de ses yeux de feu. Jones se dit qu'il était peut-être face à son cruel châtiment et que son avarice lui avait jouer un tour. S'il avait su, il n'aurait pas été si faible... Mais quel homme censé aurait pu résister à piétiner cette océan d'or ? Le brun se prit à frissonner de peur, pour l'une des rares fois de sa vie, alors même qu'il entendit une voix rauque, grave, et supérieur, résonner dans la grotte :

« Pathétique, petit homme… Tu as finis ? Ou te reste-t-il encore quelques mensonges ridicules à réciter avant que je ne m'occupe de mettre fin à ton existence voleur... »


Hook tourna la tête à sa gauche et remarqua, entre deux piliers, l’œil immense d'un second dragon qui se tenait fièrement face à Jefferson. Il constata le dragon beaucoup plus petit, beaucoup plus jeune qui se tenait face à lui et se dit que finalement, il avait peut-être de la chance de n'être tombé que sur la présumée jeune progéniture de l'Immense. Ainsi, Smaug était un dragon gigantesque et indomptable... Killian comprit finalement pourquoi ce trésor était resté ici... Les quelques aventureux avaient sûrement fini en quelconques mises en bouche pour ces deux hideux reptiles ailés.

Il balaya son entourage dans l'espoir de trouver une nouvelle miraculeuse idée, de celles qui le sauvaient à chaque fois des pires pétrins. Il n'allait tout de même pas enfumé son nom sous la gueule d'un bébé dragon. Il avait survécu à bien des épreuves, quel tragique destin serait-il qu'il teigne un si beau trésor de son sang si précieux. Mais alors qu'il comatait parmi toutes ses pièces qui l'empêchait de véritablement rester concentré, il aperçut un bout de bouclier en bronze, nappé de pierre précieuses, enfouis dans l'argent. Il souleva brusquement l'objet de protection, se mit à courir tant bien que mal pour dévaler la pente ardue, avant de sauter sur le bouclier. Il tenta de garder son équilibre, manquant à multiples reprises de chavirer sur le côté, alors que la cuve de protection glissait comme une planche le long de la dune. Du crochet, il saisit tant bien que mal le chapeau en glissant entre les deux pattes du dragon qui commençait à cracher ses flammes en baissant la tête. Le brasier suivit la descente de Killian qui céda à l'équilibre et s'écrasa sur la gauche. Il roula malencontreusement le long des richesses qui venaient lui arracher quelques cris atroces. Heureusement que son manteau était en cuir épais, il se pourrait bien que sans, il y aurait laissé quelques vertèbres. Et comme par un heureux hasard, ses galipettes vinrent s'échouer juste derrière Smaug qui se dandinait majestueusement devant Blackwell. Le petit dragon vint se poser sur le dos de son parenté et c'est précisément à cet instant que Crochet découvrit l'imposante taille de son adversaire. Le petit voleur ailé devait faire la taille de la tête de Smaug. Pour ainsi dire, Killian n'avait jamais affronté un monstre d'une telle ampleur et il était presque sûr de finir en brochette grillée. Le dragon tourna légèrement la tête, et son œil cligna lorsqu'il aperçut le pirate derrière lui :

« Oh mais l'on m'a servit deux encans ? Les voleurs ont la chair si tendre et le sang si chaud... »

Le brun dégluti :

- Hum, je ne vous le conseillerais pas, votre "Grandeur", je risquerais de vous étouffer... J'ai fait tant de mauvaises choses que ma chair rude risquerait de vous boucher les artères... Il serait tragique de mettre fin à vos jours pour un simple goûter empoisonné, vous ne croyez pas ?

Il hésita à éclater son front dans sa main. En était-il réduit à sortir de telles sottises face à un gigantesque ennemi comme si son funeste destin était déjà scellé ? Après tout, il n'était pas n'importe qui, il était le Capitaine Killian James Crochet, le plus renommé des pilleurs des mers... Il n'allait pas finir en simple rôtie pour lézard géant. Il tenta de distinguer son camarade de l'autre côté, mais la silhouette de Smaug lui était si imposante qu'il ne pouvait le repérer. Smaug tourna de nouveau la tête vers le Chapelier devant lui. Jones en profita pour se redresser à la seconde près, et courut vers quelques arcanes défraîchies, enfouies dans les pièces d'or. Il continua sa course, se cachant constamment derrière les quelques ruines qui s'offraient à lui, pour éviter les flammes infernales que Smaug lui soufflait, ayant immédiatement remarqué la fuite de son adversaire derrière lui. Le rythme cardiaque de Jones s'était intensifié. Il avait du mal à respirer et ne pu que se résoudre à s'accroupir le long d'un large pilier de marbre, pour tenter de reprendre son souffle. Mais Smaug lui était bien supérieur et il ne lui faudrait que quelques secondes pour le rattraper et le brûler en un bâillement.

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement , errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: archives RP OUAD-
Design par Kiki.2000 et quelques corrections gentiment conseillées par Nihil Scare Winspeare, et Never-Utopia. Toutes reproduction est strictement interdite. Le forum appartient à ses propriétaires. Merci de respecter le travail fourni par l'équipe administrative et ses membres.