AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion






 



Peine capitale (pv.)


Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mer 14 Oct - 9:24, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mer 14 Oct - 9:24


PEINE CAPITALE
Regina Mills ✤ Emma Swan


❝ Et j'ai peur de me mentir, de faire semblant... ❞



S'évanouir. Elle s'éparpillait. Petite bulle nébuleuse et indistincte. Les songes, eux, s'évaporèrent, ne laissant qu'une nuée impalpable. L'univers s'échappait. Elle n'était plus qu'un souvenir chimérique, qu'une ombre fantasmagorique. Plus rien n'était. Les images s'oublièrent, s'effacèrent progressivement. Le monde cessait sa ronde despotique. Une émotion, délicate et sereine, se propageait insidieusement. Elle mourrait. Cela ne pouvait en être autrement. Elle n'éprouvait plus ce poids assommant, ni même les palpitations chroniques de son myocarde. Le temps n'étreignait plus les certitudes. Il se rétractait, progressivement, comme un animal méfiant qui se retirerait. Où se trouvait-elle présentement ? Peu importait. Elle n'y pensait même plus. Le souffle s'estompait. Il se diffusait hors de son épiderme. Elle perdait sa propre substance. Ses cellules se disloquaient. Elle partait. Était-ce réellement la mort ? Si tel était le cas, elle l'accueillait avec une bienveillance probante. Le géhenne s'annihilait. La quiétude l'emportait.

« Attention! ». Cette supplique résonnait encore en son sein. Mais, elle ne parvenait plus à se remémorer les faits. La scène s'était emballée tel un destrier alarmé. Puis, les bourrasques de vent l'avaient balayé. La secousse l'avait enserré. L'étau l'avait encloîtré. Une brutalité sans nom l'avait asphyxié. Ce qui s'était déroulé par la suite ? Elle l'ignorait. Le néant l'avait avalé avec une appétence despotique. Elle n'aurait su dire clairement ce qui l'avait quitté. Emma ? La Sauveuse ? Mais, une chose était sûre : une part d'elle-même s'était indéniablement éteinte. Il n'y avait plus de contraintes là où elle se trouvait, plus de barrières. Elle était libre. Seulement, cet affranchissement promettait une opacité ambiguë. Que devenait-elle ? Elle n'en avait cure, malgré tout. Le fardeau s'était dérobé. Et, le flegme qu'elle décelait subtilement suffisait à dompter ses interrogations. De quoi pouvait-elle se plaindre désormais ? La torture journalière avait pris fin.

L'oxygène s'infiltra vivement, tel un poison venimeux : âcre et douloureux. Il se précipita à travers son organisme, gorgea subitement ses poumons affamés. Portant un poing contre sa poitrine brûlante, Emma laissa résonner une plainte amère. Elle s'éleva, se répercuta longuement au quatre coins de la pièce. Le grincement de sa propre voix bourdonna à ses tympans. Elle grimaça.
- Gueule de bois, siffla-t-elle.
Mais il n'en était rien. Ses pupilles s'atrophièrent, puis se gonflèrent afin de s'habituer au simulacre qui lui faisait face. Rêvait-elle ? Bien que cette hypothèse l'accabla un moment, une petite voix lui rappela que tout était plausible. Ses yeux s'arrondirent alors de stupéfaction. Merde. La décoration hautement distinguée du manoir avait laissé place à une parfaite allégorie médiévale. Quelques bribes de clichés lui revinrent et, elle reconnut l'imposante bâtisse de Regina. Elle voulut passer une main sur son visage, dans l'espoir de s'extirper à cette hérétique fantaisie mais, ses doigts cramponnaient déjà un objet qu'elle assimila sur-le-champ. Ses lèvres s'entrouvrirent ; preuve infaillible de son effarement. Fébrile, elle remonta l'ustensile à hauteur de ses prunelles. La dague du Ténébreux. Son nom ornait délicatement la lame aiguisée. Cette fois, il n'y avait plus de doute : elle cauchemardait. Elle voulut jeter le kandjar mais, quelque chose sur sa droite attira son attention. Regina. Affalée sur le sol, cette dernière peinait encore à émerger. Elle fit quelques pas pressants mais flageolants vers elle, avant qu'une silhouette familière ne s'interpose.
- Ne lui fais pas de mal, s'il te plaît.
Emma détailla la représentation de son fils avec incrédulité. Que faisait-il là ? Où étaient-ils ? Elle ferma les paupières, sourcils froncés. Peut-être qu'elle finirait par se réveiller. Mais rien n'évolua. Un grognement frustré vibra au creux de sa gorge. Cette irréalité n'annonçait rien de bon.
- De quoi est-ce que tu parles, Henry ?
Rien n'avait de sens. Comment aurait-elle pu blesser Regina d'une quelconque manière ? Et pourtant, lorsque celle-ci releva finalement la tête, Emma ne put manquer le sang qui filait au coin de ses lèvres. La dague terrassa bruyamment le sol quand elle se déroba.
- Re... Regina ?, murmura-t-elle, inquiète.
Était-elle réellement celle qui, l'avait malmené de la sorte ? La Sauveuse se fit violence mais, aucun souvenir n'éclaira son trouble.
- Regina, où est-ce qu'on est ? Qu'est-ce qui se passe ?
L'épouvante s'immisçait graduellement au sein de ses tripes. Seulement, cette fois, elle ne put ravaler l'effervescence de sa magie. Elle obstruait sa raison, influençait ses dernières certitudes. Cette alchimie n'était pas la sienne. Elle suintait le vice et la damnation. Ses os vrillèrent. Elle trembla violemment. Elle serra les dents mais, cette nouvelle nature lui glissait indéniablement entre les doigts.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mer 14 Oct - 13:13, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mer 14 Oct - 13:13
DARK SWAN QUEEN
PEINE CAPITALE




Cauchemar. Il s'immisce en elle, percute sa chair, ses organes, ses os. Elle brise sa colonne vertébrale, terrasse en une fraction de secondes son crâne. Elle implose. Elle éclate. Milles morceaux d'âme s'éparpillent. Qu'advient-il d'elle ? Elle l'ignore. Dans la profondeur des ténèbres, elle se sent mourir. Aspirée par une force qui la dépasse, toutes les forces qu'elle déploie ne font que se rire d'elle. Le néant, le noir total. Il l'englobe et la poignarde. Elle espère un moment cesser d'exister. Elle espère secrètement être bannie loin de cette vie. Ne plus endurer une telle souffrance. La douleur entre dans sa bouche et traverse sa trachée. Elle ondule dans son estomac et s'éparpille dans ses poumons. Regina ne parvient plus à respirer. Elle hurle silencieusement. Sa voix n'est plus. Elle n'est plus. Elle sombre peu à peu. L'évanouissement la prive de la fin de cette épopée monstrueuse.

Lorsqu'elle revient durement à la réalité, son corps endoloris la fait sursauter. Le voyage l'a-t-elle tant affaiblie ? Elle ouvre difficilement les yeux, dans le vague. Tout est flou, autour d'elle. Alors elle patiente, comme elle le peut. Ses jambes fourmillent, son crâne se lamente. Elle chuchote un gémissement. Allongée sur le sol glacial, elle fronce les sourcils et entrevoit des couleurs. Puis des formes. Puis la réalité. Devant elle, elle reconnaît son château. Celui où elle a vécu des années. Celui qu'elle connaît si bien. Sur le bout des doigts. Que fait-elle ici ? Un saut dans le passé ? Ou Emma aurait-elle créé un nouveau Sort ? Impossible, et elle le sait. Elle ne comprend pas. Ses réflexions s'entrechoquent et ne trouvent aucun fil conducteur.

Une voix familière s'élève. Henry. Comment cela se peut ? Elle tourne doucement les yeux vers lui. De dos, il semble la séparer d'Emma. Emma. Elle est ici. Etrangement, sa présence la rassure soudain. Est-elle consciente de ce qu'il est advenu ? Sait-elle où elles sont ? La Reine sait qu'elle ne trouvera aucune réponse de la part de La Sauveuse. La Sauveuse ? Non. Nouvelle information. La dague se fracasse sur le sol, et le nom de la blonde y est imprégné. Choc surprenant. Regina se fait violence pour calmer le flux de ses interrogations. Mais rien n'y fait, elles ne cessent de lui donner mal au crâne. Réalité alternative, sans aucun doute. Une illusion qui tourne mal, voilà tout. Il n'y a aucune autre explication plausible.

Dans son lourd habit noir, Emma arbore une nouvelle enveloppe physique. Celle du Ténébreux. Son identité n'est pas difficile à deviner. La pâleur de sa peau n'a d'égal que la neige. Et ses cheveux blonds platines ne sont qu'un moyen de plus d'amadouer autrui. Regina secoue la tête. Seigneur, que se passe-t-il ? Sur sa lèvre, son propre sang émerge, et sa douleur s'élève. Elle peste intérieurement. Dans quelle situation se trouvent-elles ? Emma lui a certainement fait du mal. Probablement, même. Elle essuie d'un revers de main la tâche rouge et se relève péniblement. Pas de panique. Ne pas s'affoler. Trouver une solution, peu importe laquelle.

« Henry, tout va.. »

Elle lui attrape doucement l'épaule, plus pour le rassurer. Mais ce n'est pas l'effet escompté. Absence. Délivrance. Des images la percutent, des ressentis, des émotions, une histoire, quelque chose. Henry. Comme témoin d'un millier de faits, Regina n'a qu'à ouvrir les yeux pour retrouver une réalité perdue.

Elle court dans le Palais, furibonde. Elle ne salue pas les gardes. Dans sa longue robe noire, Regina percute une grande porte de bois. A l'intérieur, Emma sourit à un enfant. Henry. Elle le conforte, e prend dans ses bras. Et Regina est plus furieuse encore. « C'est l'enfant de Neal. » Elle hurle, les reproches fusent. Emma veut garder le petit, et tout devient étrange. « C'est mon fils ! » Regina regarde Henry grandir, et Emma l'aimer. Elle est heureuse, cela se voit. Regina a peur, mais laisse tomber les barrières. Les sourires s'échangent, les regards, l'amour. « Il reste. » Le visage de Blanche et Charmant crée l'effusion. « Il ne peut pas grandir avec La Méchante Reine ! » Le désespoir, la crainte. Emma explose, Regina se perd. « C'est mon fils ! » Et les parents continuent leur manège. « C'est notre fils ! » La bulle explose.

Retour à la réalité.

Regina a la bouche entrouverte et Henry la fixe avec attention. Tous leurs souvenirs la percute. Elle ne comprend plus ce qu'il se passe.

« Maman, je ne veux plus qu'elle t'en veuille pour ça. Ce n'est pas de ta faute. »

Mais la Reine n'écoute que d'une oreille. Tout ceci est beaucoup trop pour elle. Elle lâche son enfant et avale difficilement sa salive. Sa tête tourne un peu. Henry se rapproche enfin vers la blonde, mais Regina ne capte plus très bien ce qu'il se passe.

« Ce n'est pas sa faute ! Elle a pris la dague pour me protéger ! Et te protéger aussi ! Ne lui fais pas de mal, s'il te plaît ! »

Il implore. Regina se penche sur le premier meuble qui vient. Elle sent le sol se dérober mais tente de rassembler toutes ses forces. Trop, c'est trop.





Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mer 14 Oct - 15:56, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mer 14 Oct - 15:56


PEINE CAPITALE
Regina Mills ✤ Emma Swan


❝ Et j'ai peur de me mentir, de faire semblant... ❞



- Ce n'est pas sa faute ! Elle a pris la dague pour me protéger ! Et te protéger aussi ! Ne lui fais pas de mal, s'il te plaît ! 
Elle tanguait. Entre rêve et réalité, la frontière semblait s'amoindrir. Elle ne comprenait pas, ou peut-être ne le souhaitait-elle pas. Henry restait là, visiblement déterminé à percuter sa conscience. Mais, rien n'avait de sens. La dague reluisait sur le sol. Elle grondait d'énergie, réclamant avec frénésie son propriétaire. Emma serra les dents. Elle sentait sa nouvelle magie hurler, implorer sa délivrance. Se laisser tenter par ses bras enjôleurs était d'une simplicité déconcertante. Elle n'avait pas besoin de la respirer davantage pour le reconnaître. Son âme était prédestinée à sombrer dans les méandres de sa démence. Perfide, elle lui diffusait un sentiment de plénitude quasi-orgastique. Son être épousait les ténèbres dans un mariage céleste et dévastateur. Comment avait-elle pu abdiquer de la sorte face à cette fallacieuse malédiction ? Que représentait La Sauveuse finalement ? Elle dissimula son visage entre ses paumes. L'embarras gagnait du terrain, ainsi qu'une stimulation abjecte. Ses cellules prenaient plaisir à embrasser cette source étrangère. Ou, trop familière. Elle secoua frénétiquement la tête, ne parvenant plus à réfléchir correctement. Ses émotions étaient d'une sensibilité accrue. Devenait-elle folle ? Peut-être. Là était l'impression qu'elle avait de tout ceci. Sa petite caboche suffoquait de cette effusion latente. Elle geignit. Le pétrole déversait ses veines saillantes. Elle discernait son cheminement infernal. Il ligaturait son myocarde, le baisait avec fougue. Elle se mourrait, doucement, lentement.

Henry s'agita à nouveau et, cette fois, elle le scruta avec attention. Passionné par ses propos, animé d'une vivacité probante, il s'évertuait à défendre sa mère adoptive. Mais, pour quelles raisons ? Son cerveau assimilait, tant bien que mal, ce qu'il déclamait mais, ses mots ne trouvèrent aucun écho dans la cohue de ses songes.
- Henry, je ne comprends rien.
Elle s'approcha, de quelques pas seulement, puis glissa une main aimante dans sa chevelure adolescente.
- Jamais, je ne ferai de mal à Regina, tu le...
Mais la violence du choc lui coupa le sifflet. Elle agrippa le tissu de son vêtement, tirant de toutes ses forces pour laisser sa poitrine respirer. Elle étouffait. Une lame invisible s'enfonçait insidieusement entre ses côtes. Elle se mouvait, encore et encore, arrachait quelques râles douloureux. Essayait-on de la tuer ? La réponse ne se fit pas attendre. Quelques images s’amoncelèrent sous ses yeux horrifiés. Des voix qu'elle seule pouvait percevoir envahirent sa boîte crânienne. Des scènes dont elle ne se rappelait pas mais que son être reconnaissait se dérobèrent à une vitesse vertigineuse. Elle tituba, étourdie par ce court-métrage chimérique. Lorsqu'elle revint enfin à elle, Emma poussa un hurlement déchirant.
- Tout est de ta faute !
Elle plaqua ses doigts contre sa bouche. La colère s'était échappée malgré elle. Elle ignorait encore ce qui la poussait à haïr Regina mais, ce sentiment enflait dans sa cage-thoracique. Ses traits se décomposèrent d'effroi et, elle se précipita vers cette dernière.
- Ténébreux !, beugla Henry.
Désormais muni de la dague, l'enfant bloquait la tentative désespérée de sa génitrice. Pourtant, elle ne voulait pas la blesser. La distance qui les séparait présentement l'anéantissait plus que de raison. Elle espérait simplement étreindre cette femme qui, en cet instant, représentait son seul pilier, son unique lien avec la réalité. Quelques larmes roulèrent le long de ses joues blafardes. Elle baissa la tête. Docile, en dépit de sa propre volonté, la Ténébreuse se tourna vers le nouvel acquéreur de son talisman.
- Gamin... repose ça. S'il te plaît.
Mais il ne l'entendit pas de cette oreille. Il recula de quelques pas, visiblement méfiant, et crispa ses doigts autour du manche.
- Non ! Ce n'est pas de sa faute ! Elle ne voulait pas te détruire. Au fond de toi, tu le sais maman. Je t'en prie, ouvre les yeux. Elle t'aime. Elle n'a jamais voulu ça...
Son timbre se brisa et, Emma ne put que déglutir difficilement.
- Henry... Regina, qu'est-ce que ça veut dire ? On était chez toi. A Storybrooke. Pourquoi on est ici ? Qu'est-ce qui s'est passé ?
Un chuintement charbonneux filtra de ses membres. L'aigreur d'une vie manquée se mélangeait à l'incompréhension présente. Les filaments noirâtres enveloppèrent La Reine. Son regard devint redoutable.
- Explique-toi, aboya-t-elle.  

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mer 14 Oct - 17:36, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mer 14 Oct - 17:36
DARK SWAN QUEEN
PEINE CAPITALE




Dans le flou le plus total, Regina se perd. Où est-elle ? Que s'est-il passé ? Tout se mélange et pourtant le puzzle semble se reconstituer. Les souvenirs qui l'ont percutée ne cessent de rouler sur son être. Ce monde a existé, ailleurs, trop loin. Mais elle ne peut que laisser agir le sortilège. Une pâle image de ce que leurs vies auraient pu être. Un mirage qu'elles ont créé toutes les deux, ensembles. Un amas de leurs désirs et de leurs craintes, ancrées au plus profond de leur inconscience. Regina ferme les yeux, reprend pied. Le voyage a été difficile. Ses barrières lui ont explosées au visage et elle ne sait comment réparer cette plaie astrale qui la brise. Respirer.

Le temps s'effondre. Emma crie, soudain, alors qu'elle attire irrévocablement son attention. Un souvenir de crainte tiraille soudainement la Reine. Pourquoi a-t-elle soudain si peur ? Son instinct lui dicte de reculer d'un pas, alors que la colère du Ténébreux semble s'éveiller. Que lui prend t-il ? Qu'a-t-elle donc fait ? Elle tente de rassembler les fragments éparpillés de ce passé qu'elle n'a que partiellement vécu. Emma. Oui, elle le sait, elle le sent. Elles étaient ensembles. Elles ont eu Henry. Mais comment a-t-elle pu devenir le monstre de noirceur qu'elle est aujourd'hui ? Une question qui la tourmente. Mais la blonde semble visiblement en savoir davantage. Est-ce donc Regina qui a créé tout ceci ? Est-ce véritablement elle qui l'a métamorphosée ? Elle fronce les sourcils et l'observe, elle, cet être qu'elle ne sait plus comment regarder.

Henry s'interpose, encore. Et cette fois, il tient l'arme qui peut tout faire basculer. Emma se perd, elle aussi, dans les méandres de la peur. Elle ne comprend rien. Regina ne comprend rien. Rien n'a plus de sens. Mais la brune sait que ce poignard, lui seul, peut avoir de grandes conséquences. Elles ne pourraient pas mourir dans cette illusion. Car malgré tout, cela n'en est pas réellement une. Des larmes roulent sur le visage blanc d'Emma. Regina sent son cœur s'étreindre si fort. Compassion ? Non, pas seulement. Du manque. Quelque chose lui dit que la blonde s'est profondément immiscée en elle. Au point de la rendre folle. Oui, Regina doit être folle.

Le discours d'Henry ne fait que souligner ce qu'il s'est passé. Elles se sont aimées. Et Regina est censée l'aimer encore. L'aimer. Le mot la percute de plein fouet, en pleines côtes, et elle se plie légèrement vers l'avant. Elle n'a pas pris qu'une claque, avant d'atterrir ici. Elle sent les bleus étreindre la douleur. L'aimer. Oui, elle le sent. Elle l'a aimée jusqu'à la déraison. Mais elle ignore encore l'étendue de cette semi-vérité. L'aimer. La chimère devient peu à peu immortelle. Dans son antre, elle hurle et se livre à la bataille. Son inconscient tente de se rebeller. Non. Elle l'a aimée. Mais elle doit revenir brutalement à ce qui se passe autour d'elle.

Etouffée, enfermée, emprisonnée. Emma l'enserre de sa magie noire. Cette fois, sa respiration s'emballe sans pour autant lui offrir d'oxygène. Elle a l'impression de se noyer. Ses muscles se tendent, elle ferme les points. Que doit-elle faire ? Où est-elle ? Elle est perdue, elle ne sait plus. La panique s'empare facilement d'elle et affole son cœur à moitié brisé. Elle lâche un gémissement plaintif incontrôlable, qui se brise contre les parois de sa gorge. Elle se meurt en son intérieur. Et pourtant, son regard ne peut diverger de celui d'Emma. Celui qu'elle a déjà arboré si longtemps autrefois. Son âme toute entière est soudain devenue l'obscurité. La nuit. Un tremblement violent chahute avec sa colonne vertébrale. Qu'est devenue Regina ? Qu'est devenue la Méchante Reine ? Où est-elle ? Qui est-elle ?

« Je.. Je ne sais pas ! »

Elle ne parvient pas à en dire plus. Le peut-elle simplement ? Si perdue avec elle-même, elle ne parvient plus à saisir une seule part de ce qui advient. Les tentacules se resserrent autour d'elle, et ses os s'entrechoquent entre eux. Elle ferme les yeux.

« Votre sort a mal tourné et a ricoché ! Je ne me.. souviens pas du reste ! »

Elle étouffe, alors qu'Henry tente de secouer sa mère biologique. Qu'a-t-elle fait ?!

« Swan, vous me faites mal. »

Elle l'implore du regard, alors que ses poumons semblent éclater. Lorsqu'elle retombe sur le sol, elle tente maladroitement de se raccrocher à cette commode qui se dresse près d'elle. Mais sa force la quitte, et elle tombe lourdement à terre, emportant tout ce qui s'y trouve. Un cadre explose face à elle, et les éclats de verre se logent dans ses mains délicates. Qui est-elle ? Elle relève les yeux. Il n'y a plus rien en elle. Plus rien. Henry se place encore entre elles, beugle son incompréhension, son espoir. Regina ne l'entend plus. Ses oreilles sifflent et le tournis remonte jusqu'à son crâne. Vieil ami qu'elle n'a pas quitté assez longtemps.

« Henry.. »

Elle tente de parler, mais le murmure, elle seule l'entend. En relevant les yeux, elle aperçoit le visage d'une petite fille. Immédiatement, celui-ci lui est familier. Pourtant, elle jure ne l'avoir jamais vue. Elle fronce les sourcils. Ses doigts ensanglantés soulèvent le portrait brisé. Choc. Dérive totale.

La forêt s'étend devant elle à perte de vue. Emma galope sur son destrier, rire aux lèvres. « Tu es si belle, ma Gina.. » Le village pousse sous son nez et la blonde descend, l'air inquiet. « Il faut les aider, non d'un chien ! » Les ténèbres s'épaississent. « Ensembles. » Le rouge et le bleu se mêlent. « Je te l'avais dit. » L'enfant sort de l'obscurité, dans les bras de la Princesse. « Nous ne pouvons pas la laisser ici. » Le château s'élève dans le ciel. « Elle dort... » Emma l'embrasse sur la joue et file. Regina fixe le berceau, et un sentiment de chaleur parcourt toutes ses cellules. « Nous pourrions l'adopter... S'il te plaît. Elle est si jolie. » Regina la porte dans ses bras et sourit maladroitement. « Apprends-moi. » Emma lui sourit. « Mama.. » La voix de l'enfant lui chatouille les oreilles. « Elle a dit Maman ! Gina, elle a dit maman ! » Ses boucles noires parcourent le couloir. « Elle devient grande ! » Henry la prend dans ses bras. « C'est ma sœur. » Regina ouvre un œil. « C'est ton tour. » Blanche pousse les portes du palais. « Tu nous as volé notre fille. » La colère monte à ses tempes. « Laissez-nous vivre en paix ! » Le rouge percute les murs. Les boucles noires chutent lourdement sur le sol. Et le corps inanimé de l'enfant demeure.

Retour à la réalité.

Une larme lui échappe, alors qu'elle laisse tomber le cadre dans un lourd sursaut.

« Hestia. »

Implosion.





Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mer 14 Oct - 20:48, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mer 14 Oct - 20:48


PEINE CAPITALE
Regina Mills ✤ Emma Swan


❝ Et j'ai peur de me mentir, de faire semblant... ❞



Elle ne répondait plus de rien. Un chagrin étranger l'étouffait. Qu'était-il ? Elle l'ignorait. Cependant, il la percutait inlassablement, comme un taureau qui chargerait un point rouge sans cesse. Son estomac se retourna. La bile envahit sa bouche. Le sang battait à ses tempes le carnage qui se déployait en elle. Elle sombrait. Rien n'avait de sens. Rien ne s'épousait logiquement. Pourtant, cette déchirure résonnait telle une évidence probante au creux de ses côtes. Que s'était-il passé dans cet univers décadent ? Elle n'en avait cure pour le moment. Elle n'éprouvait que la démence de cette alchimie délirante. Qu'était-elle devenue ? Cette douloureuse constatation l'affligea, si bien qu'elle en resserra ses lianes. Toute sa fureur se déversait présentement sur la jeune femme qu'elle avait aimé, qu'elle aimait encore. Comment était-ce arrivé ? Était-ce une finalité à venir ? Quoi qu'il en soit, ce qui animait son cœur pour La Reine dépassait de loin l'entendement. Ce sentiment rongeait son âme, entachait sa raison. Elle l'aimait. Autant qu'elle désirait sa perte. Un énième glapissement funeste élança sa cage-thoracique. Chaque souvenir émergeait lentement. Chaque émotion s'émancipait sinueusement. Les images d'un passé annihilé se heurtaient à celles d'un présent authentique.

Regina ne savait rien. Un sursaut de lucidité la retint. Elle en écarquilla les yeux de pesanteur. Regina. Sa Regina. Que faisait-elle ?
- Swan, vous me faites mal !
Elle chercha l'air, tel un poisson hors de l'eau. La culpabilité s'entrechoquait au besoin viscéral de la voir souffrir. Elle fit quelques pas, hésitants, flageolants. Henry battait vainement des bras. Son timbre alarmé cognait à ses tympans sans les percer réellement. Elle dérivait. La noirceur la retenait.
- Je... je n'arrive pas à revenir !
Dans cette lutte assommante, Emma gueula son désarroi. Elle n'était rien face à l'immensité des ténèbres. Seulement un pion. Un pantin désarticulé que l'on pouvait manier à sa guise.
- Maman ! Maman, arrête, tu vas la tuer !
Elle s'effondra sur le sol, inerte, désemparée. Les tentacules se rétractèrent, trouvèrent leur refuge au creux de ses reins. « Tu vas la tuer ». Cette mise en garde démembrait désormais ses aspirations.  Regina. Elle se replia sur elle-même. Infâme cafard démantibulé.
- Ma... Maman ?
Mais elle ne répondit pas. Cette appellation possédait une amertume indicible. Elle ne voulait plus entendre. Elle ne voulait plus écouter. Ses paumes vinrent presser ses oreilles. Elle n'était plus là.

Machinalement, son pouce vint tourner une boucle autour de son annulaire. Ses sourcils se froncèrent en une moue interrogative. Toujours affalée sur le sol, elle écarta ses doigts à hauteur de son visage. Une alliance. Elle cligna des yeux à plusieurs reprises. A nouveau, une scène se rappela à sa mémoire. Un sourire imperceptible apaisa ses traits tirés. Regina. Elles s'aimaient. C'était indéniable, d'une naïveté presque enfantine. Quelques débris de verres parsemèrent bruyamment le sol. Elle se redressa. Voûtée vers ce qu'elle devinait être une photographie, Regina ravalait une peine immense. Puis, il y eut un nom. Ce nom.
- Hestia.
Le myocarde d'Emma se fissura. Ses dents s'imbriquèrent les unes aux autres, tandis qu'elle accueillait ces nouvelles informations. Elle ingurgita l'énième vague d'acidité. Sa magie s'exalta. Ses os claquèrent. Hestia. Tout revint comme une balle de plomb. Un sanglot s'étouffa dans le creux de sa gorge. Hestia. Leur fille. Mort.
- Tu l'as tué, souligna-t-elle d'une voix blanche.
Elle avait besoin de se l'entendre dire pour le réaliser pleinement. Un supplice silencieux tordait désormais la moindre petites alvéoles de son organisme. Elle se haussa de nouveau sur ses jambes. Hermétique, presque léthargique, Emma contempla son épouse s'émietter progressivement à ses pieds.
- Tu l'as tué.
Henry voulut contester, mais elle souffla sa voix d'un simple mouvement du poignet. Elle s'agenouilla cérémonieusement, posa une main sur son épaule et évoqua ce qu'elles taisaient depuis quelques minutes :
- Et je suis devenue ainsi par ta faute.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mer 14 Oct - 22:02, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mer 14 Oct - 22:02
DARK SWAN QUEEN
PEINE CAPITALE




Elle relève les yeux et contemple Emma. Elle sait, elle aussi. Elle ressent, également. Hestia. Leur fille. Leur adorée. Qu'a-t-elle fait ? Regina se tord, tout son être se replie sur lui-même. Elle n'arrive plus à respirer. Elle est seule face à sa culpabilité. Ce petit ange tant aimé est mort par sa faute. Son unique faute. Un accident, s'est-elle persuadée au fil du temps. Mais sa réalité l'oblige à se sentir immonde. Comme toujours, elle a anéanti son bonheur, ici, comme ailleurs. Il n'y a pas d'autre voie. Sa fin heureuse n'existe pas, peu importe où elle va. Son passé la rattrape toujours. Et ici encore, elle le voit la terrasser. La douce mélodie de la haine d'elle-même s'insinue dans ses veines. Les ténèbres l'entourent, les siens, ceux qui ne disparaîtront décidément jamais. Elle ferme les yeux et essaie d'extraire ces larmes qui coulent sur ses joues rougies. Sa tête tourne encore et menace de la plonger dans l'obscurité. Oui. Elle l'a tuée. Leur fille, Hestia. Fruit de leur amour. Elle se flagelle. Son cœur explose dans sa cage thoracique et elle le sent remonter dans son œsophage. Son front retombe brutalement sur son avant-bras. Sa force la quitte. Qu'est-elle ? La miséricorde.

Fermer les yeux, et espérer que le sommeil éternel ne la touche. Ici, en ces lieux, elle a tout détruit, une fois de plus. Hestia. Emma. Elle-même. Peut-on simplement la sauver, à présent, de sa destinée ? Elle sent les vagues d'iode surmonter ses pupilles. Malgré les volets clos, les larmes dégoulinent sur sa peau brûlante. Elle ravale difficilement un sanglot. Elle est la Mort. Emma se relève, de tout son long, et répète sa phrase. Le poignard s'enfonce profondément dans son abdomen et perce tout ce qui la constitue. Elle a l'impression de glisser hors de son enveloppe. Elle s'effondre. Elle se meurt en silence. Son dos convulse. Qu'est-elle ? Une main serre son myocarde. Elle veut retourner à la réalité. Elle veut quitter ce monde. Elle veut revenir en arrière et oublier. Elle veut finir sa vie en paix, seule, et sans heurter qui que ce soit d'autre.

En relevant les yeux, Emma s'est rapprochée. Elle s'agenouille devant elle. Regina saigne abondamment. Le désespoir ne fait qu'une bouchée d'elle. L'hémorragie la guette. Oui, elle l'a rendue si ténébreuse. Elle a été sa perte. Ici, comme ailleurs, elle le sera. Cette vision est-elle simplement le reflet de ce qui arrivera, peu importe les choix ? Cette chimère est-elle le messager de l'inévitable ? Un sanglot lui échappe. Elle crache ses larmes difficilement. Elle s'étouffe. Le brouhaha de ses songes la prend d'assaut. Mais le souvenir déchirant de cette fillette s'effondrant sur le sol gelé ne cesse de l'interpeller. De la ramener à ce rêve qui semble pourtant si réel. Dans ses yeux se lie pourtant toute la détresse qu'elle puisse ressentir. Toute la culpabilité. Toute la tristesse. Et en plongeant dans le regard d'Emma, elle sent son âme se fendre.

« Je suis désolée. »

Qu'on mette fin à sa souffrance, dès maintenant. Elle le réclame. Elle attend la sentence. Elle se résigne. Elle abandonne. Cette vie n'a donc aucun sens. Il n'y aura aucune rédemption pour La Méchante Reine. Simplement la mort et la solitude. Simplement le châtiment qu'elle mérite. Comment a-t-elle pu espérer l'inverse ? Comment a-t-elle pu y croire ne serait-ce qu'une seconde ? Son visage grimace soudain. Depuis quand n'a-t-elle pas pleurer ainsi ? Henry. Elle le fixe un instant. Cet enfant qui incarnait autrefois son seul espoir. Espoir qui s'est, au final, embrasé.

« Henry. Elle a raison. Personne ne sera jamais heureux en ma présence. Une fois de plus, cette vie le prouve. »

Elle baisse les armes. L'armure se brise et tombe lourdement sur le sol. Elle n'est qu'un pantin sans vie, sans protection. Pour la première fois depuis des décennies, elle est faible, elle est lasse de se battre, elle se résigne totalement. Elle vient simplement de comprendre qu'elle n'aura jamais droit à ce qu'elle a toujours désiré. En se retournant vers la blonde, elle ravale difficilement ses larmes et laisse ses paumes de mains fondre sur le verre brisé, lui arrachant quelques frissons de souffrance.

« Swan. Ce n'est qu'une illusion. »

Elle le sait. Malgré le lot de vérité qu'elle a amené avec elle.

« Hestia n'existe pas. »

Elle préfère se rassurer. Mais cela ne fait que l'effet d'une bombe dans sa cage thoracique. Bien sûr qu'elle a existé, pour elles. Bien évidemment. Mais à Storybrooke, jamais. Dans leur véritable vie, jamais. Mais peut-on l'effacer, seulement ? Elle ne le pense pas. Cette fillette, son regard, cet amour, sa mort restera à jamais gravée dans leurs esprits. Et à jamais cela rappellera à Regina qu'elle ne crée que la terreur et le néant.





Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mer 14 Oct - 23:08, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mer 14 Oct - 23:08


PEINE CAPITALE
Regina Mills ✤ Emma Swan


❝ Et j'ai peur de me mentir, de faire semblant... ❞



La douleur. Elle prend le corps, comme un parasite s'immisce sous la chair. Elle dévaste, ravage, détruit tout sur son passage. C'est un ouragan. Elle écrase l'espoir le plus vain, assassine la dernière lueur. C'est un galop sans merci. Lorsqu'elle dépose son baiser familier, elle ne vous quitte plus. Elle vous embrasse avec fougue, pénètre chaque pores avec délectation. Vous avez beau fermer les yeux, croire à un avenir meilleur : elle pourrie les heures. C'est malgré vous. Malgré elle sans doute. Mais sa malédiction perdure. Il n'y a pas de repos, pas d'endroit où se cacher. C'est une ombre éternelle. La vôtre. La mort est sa seule offrande, le seul gage de sa compassion. Alors, et lorsque vous imprégnez cette idée : vous pressez sur la détente.

Emma contemplait les vestiges d'une vie qui n'était pas la sienne. Son visage n'exprimait plus qu'un sourd supplice. L'humanité se dérobait sous ses pas. Elle tendait naïvement les bras aux ténèbres. Peut-être apaiseraient-elles enfin son existence ? Dans cette vie, dans une autre, son destin n'était qu'un chemin funeste et torturé. Sa lutte s'arrêtait ici. Maintenant. La fatigue gagnait du terrain chaque jour un peu plus. Elle n'avait plus la force, ni même l'envie de persister. Alors, elle ferma les paupières. Elle percevait nettement les sursauts défaillants de sa conscience. Mais, l'obscurité se cabrait. Revêche. Elle ne prendrait pas longtemps à étouffer les dernières braises encore pourpres. Elle signait sa perte. L'ironie dut sort voulut qu'elle comprenne enfin les foudres de son aînée. Il était si simple de se laisser choir patiemment. Bien plus simple que de se battre en vain. Elle inspira à pleins poumons cet oxygène qu'elle attendait tant. Elle était prête. Enfin.

- Swan. Ce n'est qu'une illusion.
Emma fronça quelque peu les sourcils. Dans son irrémédiable chute, les mots de Regina éveillèrent en elle une légère brûlure. Elle repoussa les tentacules charbonneuses qu'elle percevait en songe. Un tressaillement de panique, et sa raison s'affola de nouveau. Non. Elle serra les dents, chassant avec une ardeur encore inconnue la nuit qui s'abattait inexorablement sur elle. Non. Elle rouvrit enfin les yeux. Regina. Son visage se décomposa d'effroi. Regina. Ce fut malgré elle, telle une seconde nature, mais elle enlaça le corps douloureusement voûtée de sa compagne. Le plat de sa main allait et venait désormais le long de son échine. Regina. Comment avait-elle pu se laisser berner si facilement ? Alors qu'elle possédait, malgré tout ceci, le plus beau des trésors : Regina. Elle la berça contre son cœur, murmurant, quelques fois, des promesses qu'elle seule pouvait entendre. Ses doigts tracèrent des sillons invisibles sur son omoplate, cherchèrent à effacer les cicatrices d'une existence avortée.
- Je t'aime.
Quelle Emma confessait cet aveu mutilé ? Peu importait. La Sauveuse ne voulait plus songer à demain. Il n'y avait que Regina. Il n'y avait que leur étreinte. Simplement cela. Ses lèvres déposèrent un baiser désolé dans sa chevelure ébène. Regina. Sa Reine déchue. Ses mains vinrent encadrer délicatement son crâne. Un regard ancré dans le sien, elle lui jura silencieusement de ne pas la blesser davantage. Après un accord tacite, Emma laissa sa magie irriguer son épiderme, jusqu'à envahir l'esprit tourmenté de la brune. Une chaleur, douce et familière, s'y glissa subtilement. Puis, quelques images dansèrent sous les paupières de La Reine. Emma autorisa son cœur à lâcher une écluse.

Le soleil étincelait au dessus de leur tête. C'était l'un de ces jours où la vie elle-même s'émerveillait. La brise déposait une caresse doucereuse sur la peau. Regina était là, nonchalamment étendue sur l'herbe d'un vert éclatant. Exposant ses courbes dénudées à l'azur du ciel, elle jouait avec les cheveux dorés qui lui chatouillaient l'abdomen. Emma, quant à elle, savourait les rayons lumineux sur sa silhouette dévêtue. Sa main vint trouver la sienne, dans un geste doux, d'une simplicité candide. Elle déposa quelques baisers sur l'alliance qui ornait désormais son annulaire. « Je te promets de t'aimer. Dans la lumière. Comme dans les ténèbres. »

L'illusion s'effaça lentement, ne laissant derrière elle qu'un délicieux sentiment de plénitude.
- Libre à nous de dessiner notre illusion, murmura-t-elle au creux de son oreille.
Libre à elles de dessiner leur avenir.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Jeu 15 Oct - 11:18, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Jeu 15 Oct - 11:18
DARK SWAN QUEEN
PEINE CAPITALE




Emma. Elle est son âme sœur, ici. Elle le sait. Un simple plongeon dans ses pupilles, un simple contact, et elle le sait. L'amour lui-même s'élève au creux de ses reins. Elle l'a aimée, tellement, dans cette vie. Elle l'a su, aux premiers souvenirs qui l'ont touchée. Et pourtant, encore, elle est surprise. Surprise et perdue. Perdue dans l'amas d'émotions qui s'abat sur elle. Elle ne peut que se raccrocher à cette femme qu'elle a perdue. A cette femme qui lui a livré le bonheur sur un plateau d'argent, avant qu'elle ne détruise tout. Regina se hait, elle se hait comme on peut haïr la nuit. Elle se sent fondre dans le néant. Elle se sent chuter jusqu'à la fin des temps.

Emma s'anime et lui sourit. « Emma. Emma Swan. » Regina fronce les sourcils. « Tu es la fille de Blanche-Neige. » Blanche lance son épée dans sa direction. « Tu nous as volé notre enfant ! Où est-elle ?! » Regina passe une main sur son visage. « Elle n'est qu'une distraction. Elle n'est rien. » Emma, dans sa longue robe blanche, observe le Royaume de son balcon. « Pourquoi es-tu comme ça, Regina ? » Elle lui conte son histoire. « Tu pourrais être tellement plus. » L'espoir s'embrase. « Moi, je crois en toi. » La vie s'illumine. « Est-ce que tu m'aimes ? » Elles échangent un court baiser. « Gina... » Emma se tourne vers elle et, endormie, se blottit dans ses bras. « Tu es belle, Emma. Tu n'as rien à faire avec la Méchante Reine. » Emma se crispe et serre les points. « C'est à moi de choisir comment je veux vivre ma vie. » Regina lui saisit tendrement la main. « Je t'aime. » Elle se perd dans les méandres du temps. « Je t'aime. » Emma se réfugie contre son bas-ventre. « Je t'aime. » Regina passe une main dans ses cheveux. « Je t'aime. » Les yeux d'Emma recherchent les siens. « Epouses-moi. » La blonde la regarde dans sa longue robe blanche. « Epouses-moi. » Ses yeux brillent. « Epouses-moi. » Un murmure lui monte aux oreilles. « Tu es mon Véritable Amour. » Les larmes lui montent aux yeux. « Tu n'es plus la Méchante Reine, désormais. » Le peuple se lève, et Emma la rejoint doucement. « Je promets de te chérir. » Emma la fixe intensément. « De te rester fidèle. » Elle lui saisit la main. « Jusqu'à ma mort. » Elle lui sourit et l'embrasse. « Longue vie à la Reine Emma ! » Le peuple crie. Regina pose doucement la couronne sur ses cheveux blonds. « Longue vie à ma Reine. » Elle la fixe, longtemps, en silence, et la détaille. « Je t'aime Emma. »

Retour à la réalité.

Ces souvenirs les berceront à jamais. Cet amour, elles ne pourront l'oublier, pas même dans leur réalité. Regina sent la chaleur la bercer doucement. Mais tout s'effondre. Comment a-t-elle pu briser ce bonheur qu'elle avait ? Comment a-t-elle pu anéantir cette femme qu'elle chérissait ? Elle l'ignore, mais se tue dans ses songes. Elle souhaite mourir, plutôt que de ressentir une seconde de plus sa culpabilité. De comprendre, un instant encore, qu'elle n'est que le fléau de la désolation. Encore, elle pleure. Elle pleure cette vie qu'elle a aimé et qu'elle n'aura jamais. Cette réalité si loin de la leur qui, elle aussi, n'est qu'une pâle illustration de sa destinée. Elle ne sera jamais heureuse. Il n'y a rien pour elle qui l'attend. Ni rire, ni amour. Rien. Jamais.

« Emma... »

Pour la première fois, elle le prononce. Et pourtant, elle n'a pas l'impression que cela aurait du lui donner. Elle l'a dit durant de longues années. Ce prénom représentant tellement. Cette identité qui symbolisait autrefois sa rédemption. Ce pardon qu'elle a finalement détruit, comme tout le reste. Qu'elle la tue, qu'elle l'achève. Que plus jamais elle ne la laisse achever la félicité d'autrui. Mais il en est tout autre. Emma la prend finalement dans ses bras. Cette chaleur la rassure, la protège. Et malgré elle, Regina s'y sent totalement bien, totalement à sa place. La boucle se referme. Le pardon lui est accordé, finalement. Un vent illusoire s'abat sur la brune. Tout ceci n'est qu'un mirage, un lourd soupçon de ce qui arrivera. Emma lui offrira-t-elle, une fois de plus, l'absolution ? Elle l'ignore. Elle en doute. Regina est fatiguée de détruire pour mieux reconstruire, de toujours retourner à l'état de ruines. Elle lâche un lourd sanglot. Sa vie toute entière n'est que malheur. Mais dans ce désordre mental, Emma revient à la charge. Elle l'aime. Elle l'aime. Un autre sanglot lui échappe. Emma. Et elle ne peut répondre. Elle n'y arrive pas. Elle ne sait plus. La réalité la rattrape plus rapidement qu'elle ne le pense.

L'illusion, une fois de plus. Et cette fois, elle est transportée dans un autre rêve. Un rêve, plus beau, plus fort, plus rassurant. Mais comment oublier celui qui vient simplement de se dérouler ? Emma lui répète ce qu'elle vient de dire, une fois de plus. Les ténèbres. Oui, les ténèbres. C'est ce qu'elle représente, finalement. Et Regina ne peut se résoudre de l'y emmener avec elle. Elle qui ne souhaite que la protéger. Comment peut-elle penser égoïstement ? Après ces nouveaux souvenirs d'une relation passée, une relation unique, celle dont elle rêve tant, secrètement ? Elle n'est que statue. Rien de plus.

« Je veux retourner dans la réalité. Je veux te revoir. »

La seule réalité qui en vaut réellement la peine. Emma elle-même. Regina se tait, la fixe un long moment. Et dans un sursaut qu'elle ne peut contrôler, s'approche de cette femme qui représente tellement pour elle. Plaquant une main sur sa peau froide, elle l'attire plus près d'elle, se soulève et s'approche. Contre ses lèvres, elle se cale. Leurs bouches fusionnent dans un baiser sincère, représentant certainement bien plus d'une illusion, d'une réalité. Les larmes de Regina coulent encore, leur offrant leur goût salé. L'amour les percute de plein fouet, et leurs magies s'éveillent de nouveau. La puissance explose. Autour d'elle, un aura magique s'échappe et parcourt l'univers tout entier. Alors Regina s'écarte. Les murs coulent, Henry implose en milliers de cristaux. Mais Regina n'a d'yeux que pour Emma. Cette Emma qu'elle quitte à jamais. Ce rêve où elle l'a tant aimée. Cette illusion où on leur a accordé le bonheur infini.

« Je t'ai tant aimée, dans cette vie. »

Puis, le néant, encore. Elle sombre. Et plus rien n'a plus de sens.


RP TERMINE
LA SUITE ICI.





Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement , errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La peine de mort
» Il ne faut pas confondre :
» THE LONE GUNMEN - Au Coeur du Complot, de Chris Carter
» [Badinter, Robert] Contre la peine de mort
» Etes vous pour ou contre la peine de mort ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The Fairytales Lands :: The Enchanted Forest :: Le Palais sombre-
Design par Kiki.2000 et quelques corrections gentiment conseillées par Nihil Scare Winspeare, et Never-Utopia. Toutes reproduction est strictement interdite. Le forum appartient à ses propriétaires. Merci de respecter le travail fourni par l'équipe administrative et ses membres.