AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion






 
Derniers sujets



Les Bons Comptes... [Killian ft. Jefferson] - Terminé



♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Mar 7 Oct - 0:44, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 7 Oct - 0:44

Les Bons Comptes


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


Le vent frappait les voiles du Jolly Roger de plein fouet. Les vagues caressaient la coque et faisaient glisser le navire sur le tapis d'azur. Killian Jones, appuyé contre une rambarde de son navire, regardait l'eau se dandiner sous la pression du bois et du vent. Il songeait. Il y a encore deux jours, le pirate errait au Pays Imaginaire. Il y avait rencontré Baelfire, qu'il avait considéré comme son propre fils pendant des mois, jusqu'à ce qu'il apprenne que le crocodile était son père. Il le regrettait, et ce détail l'avait poignardé en plein cœur. En général, il n'avait pas pour habitude de s'attacher aux gens de cette manière ; la solitude était la seule qui l'accompagnait quotidiennement. Mais ce petit, il lui avait en quelques sortes offert l'affection qu'il n'avait pas eue lui-même à son âge. Malheureusement, lorsque Bael s'était rendu compte des projets qui animaient le pirate, et que ce dernier eut appris qu'il était le fils de son ennemi, leur relation ne pouvait plus continuer. Baelfire avait préféré s'enfuir. Killian ne l'avait jamais retrouvé depuis.

Il se retrouvait ainsi là, seul, à réfléchir à son passage au Pays Imaginaire. Il y avait laissé un jeune garçon qu'il n'eut jamais retrouvé. Il avait également délaissé tout son équipage, ne pouvant tous les ramener à la Forêt Enchantée. A vrai dire, cela l'arrangeait presque puisque ses matelots commençaient sérieusement à l'agacer. Ils rongeaient quotidiennement sa solitude.

- Capitaine ? La terre ! Criait M. Mouche, heureux.

Non, il n'avait pas laissé tout le monde derrière lui. M. Mouche était resté à bord, car il était le seul à comprendre son capitaine, à ne pas envahir son espace, à savoir comment il fallait réagir face à lui. Killian ne prit la peine que de redresser la tête pour regarder la forêt s'approcher de lui. M. Mouche ne dit rien, il avait compris. Le capitaine n'était pas d'humeur aujourd'hui. Derrière lui, il avait laissé son équipage, toutes ses richesses, toute son or, Baelfire qu'il voyait comme son fils, Camille qu'il avait préservé des jours durant... Le matelot au bonnet rouge imaginait très bien ce que pouvait ressentir son capitaine. Il savait donc qu'il ne fallait pas le déranger dans ses pensées, et qu'il avait besoin de s'y retrouver. Mouche se débrouilla pour ramener Jolly Roger près du rivage et jeter l'ancre. Il commença à faire descendre la barque. Killian, accroché à un cordage, sauta dans l'embarcation au moment où elle atterrit sur l'eau.

- Je garde le navire, capitaine ?

Il acquiesça d'un simple geste de la main. M. Mouche n'objecta pas. Il était même déboussolé de l'attitude de son capitaine. Jones semblait chamboulé. Sans doute avait-il besoin de retrouver la terre de la Forêt Enchantée quelques temps, dans le but de trouver de quoi remplir à nouveaux ses coffres. Le matelot savait que le pirate avait pour habitude de noyer ses chagrins en cherchant à se remplir les poches. Une nouvelle quête, un nouveau trésor, l'aidait souvent à tourner la page. Ce n'était pas la première fois donc, et M. Mouche se doutait qu'il allait devoir garder Jolly pendant plusieurs jours.



*
*                    *



Le sol était sec. Les feuilles craquaient sous le poids rude du capitaine. D'un pas certain, il marchait en direction du Marché Noir, chargé d'un grand sac marron. Il s'apprêtait à vendre des bibelots inutiles contre des pièces d'or, en faisant croire à ces stupides marchands qu'il s'agirait de précieux objets rapportés de ces multiples voyages. Killian avait l'habitude de faire cela lorsqu'il manquait d'argent. Les marchands étaient assez stupides pour croire les vieux dires d'un pirate, et achetaient gracieusement ses babioles. Le pirate avait besoin d'argent, pour se ressaisir. L'odeur des pièces lui ferait oublier ses chagrins. Du moins, c'est ce qu'il se laissait croire. Il savait très bien qu'au fond, l'odeur de la rouille n'était qu'un exutoire pour tenter de penser à autre chose, mais que ces confidences n'étaient qu'illusions. Ce qu'il lui fallait réellement, c'était une nouvelle aventure. Une nouvelle quête sur laquelle se pencher.

En arrivant au Marché Noir, il s'arrêta comme à son habitude chez un vieux noir qui lui achetait toujours tout à un prix plus que correct.

- Qu'es-ce tou m'appoltes, camalade ? Voulait-il plaisanter.

Killian n'était pas d'humeur et ne prit même pas la peine de relever. Il vida son sac marron sur le sol, près du marchand qui se précipita dessus comme s'il s'agissait d'un précieux trésor. Le noir relevait les objets un par un tandis que le capitaine inventait des histoires plus pathétiques les unes des autres :

- C'est un vieux calice, très ancien, qui appartenait au roi de l’Écosse Enchantée. Ca, c'est le croc d'un ours polaire d'Arendelle. Un des bracelets d'Ursula. Ca je l'ignore, mais l'on m'a dit que ça valait une fortune. Une assiette en or, dérobée dans un navire d'une contrée éloignée.

Et il continuait, encore et toujours ses histoires complètement saugrenues. Le noir était stupide. Il souriait à chaque fois que Killian lui certifiait la valeur de ces objets. Comme si un pirate se séparait de véritables trésors !

- Jé té plend le tout poul quinze pièces, proposa le marchand.
- Trente-cinq.
- Vingt ?
- Trente ou rien.
- Tou n'es pas facile en affaile hein !

Le noir versa les pièces dans un tissus en peau de lapin et la balança dans les mains du pirate en souriant :
- J'aime toujours faile affaile avec toi. Tou m'appoltela tes autles tlouvailles, hein ?!
- Tu ne saurais pas où je pourrais trouver un nouveau butin ? Quelles sont les nouvelles ? Demandait le pirate sans répondre au noir.

Il demandait toujours au Marché Noir les rumeurs qui pouvaient circuler sur tels ou tels trésors à débusquer.

- A ce qu'on dit, il y aulait un fabouleux boutin dans les Telles du Milieu. Une pièce entièle, lemplie dé pièces et dé bibelots en ol ! Mais pelsonne n'ose  s'aventuler dans ces telles, c'est tlès dangeleux à ce qu'on dit. De ce que je sais, le tlésol se cache chez un celtain Smaug. J'ignole qui sait, mais les gens le ledoute à ce qu'on dit et puis il faut aussi savoil que...
- Et comment se rend-on dans les Terres du Milieu ?
- Jé né le sais pas dou tout, capitaine ! Si jé lé savais, je vous le dilais vous savez. Jé souis votle malchand favolis, je vous le doit bien, capitaine.

En vérité, il était surtout le plus idiot. Il lui achèterait n'importe quoi, à n'importe quel prix. Le pirate en avait assez entendu. Un passant le bouscula en passant. Le Marché Noir était un pêle-mêle insupportable dans lequel tout le monde se bousculait, les stands étaient avachis les uns sur les autres. Un homme, derrière lui, l'interpella. Il avait sans doute entendu sa conversation et allait lui proposer un de ses stupides bibelots en essayant de faire croire au pirate que le dit objet lui permettrait de se rendre dans les Terres du Milieu. Jones n'était pas stupide, il avait l'habitude de se faire accoster par des arnaqueurs, lorsqu'il passait dans le coin. C'était donc d'humeur agacée à l'avance que le pirate se retourna brusquement. Au même moment, une gamine blonde poursuivit par un cochon s'engouffra entre ses jambes. Le cochon fit définitivement perdre l'équilibre du pirate dont le crochet agrippa instinctivement la veste de l'homme qui venait de l'accoster. C'est ainsi qu'il entraîna accidentellement l'homme dans sa chute, dont le chapeau s'écrasa sur le visage de Killian, qui ne pu même pas apercevoir quel affreux marchand venait de s'écraser sur son beau manteau de cuir noir.

Kiki.2000

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mar 7 Oct - 0:48, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 7 Oct - 0:48

Nice to meet you...


Jefferson is the name and i'm kind of a traveler..





Killian & Jefferson



"Au plaisir de vous revoir messieurs"

Je fais une légère révérence à mes interlocuteurs, les regardant partir un sourire aux lèvres. L'un d'entre eux m'insulte une fois de plus avant de s'éloigner avec le reste de sa bande. Bah oui continue de m'insulter, mais ce n'est pas de ma faute si tu ne fais pas attention à ton argent mon grand… Je les regarde partir avant d'éclater de rire, c'est presque trop facile… Je remet mon chapeau, avant de glisser les pièces d'or dans une des mes poches. Je retourne alors me poser dans mon coin à l'ombre, assis sur une chaise, les pieds posés sur le bord de mon étale. Ce que je vends ? Mes services, messieurs. Quand je n'arnaque pas des idiots qui pensent pouvoir me rouler, je propose aux personnes qui en vaillent la peine mes légendaire services. Vous vous demandez certainement ce que je peux avoir à offrir à part mon corps de rêve ? Eh bien sachez mes amis qu'à part ma belle gueule je possède aussi un petit talent des plus utiles, lequel est-ce ? Mais mes chers amis je suis capable de voyager entre les mondes, comment ? À l'aide de mon chapeau voyons. Je pensais que ma réputation m'avait précédé… J'en suis presque déçu… Je rabat alors mon chapeau sur mes yeux, croisant les bras sur ma poitrine avant de fermer nonchalamment les yeux. J'ai peut-être l'air de paresser au soleil comme un vieux chat mais je reste toujours aux aguets. C'est alors que j'entends une voix des plus suaves et désespéré parvenir jusqu'à mes oreilles. Oh oh qu'entends-je ? Serait-ce le doux bruit d'un damoiseau en détresse ? L'air de rien je soulève mon chapeau et laisse mes yeux découvrir l'inconnu. Et croyez-moi je suis loin d'être déçu. Au loin devant moi se tient le célèbre Capitaine Crochet. Oui celui-là même. Drapé dans son manteau de cuir noir, je l'entends parler d'or et d'aventure avec un des marchands. Certains de ses mots viennent joyeusement tinter à mes oreilles, dessinant au fur et à mesure un sourire sur mes lèvres. Alors comme ça il veut partir à l'aventure mais il a besoin d'un moyen de transport ? Eh bien mes choux, je pense qu'il vient de trouver son homme. D'un geste gracieux je me lève, lisse les pans de mon manteau, rajuste mon chapeau et me prépare à sortir mon plus beau numéro de charme. Tel un jeune homme prêt à charmer la demoiselle, je m'approche de lui de ma  démarche de chacal, roulant des hanches avec un sourire des plus insolents sur les lèvres. Oh vous devriez me voir, un vrai piège à fille, il suffirait que je claque des doigts pour qu'une jeune fille pas farouche me tombe dans les bras. Bon ok j'arrête de m'envoyer des fleurs. Je continue de m'approcher du pirate, prépare toi mon grand, le beau Jefferson va te tomber dessus. Voyant qu'il me tourne le dos, je l'interpelle, évitant de lui faire peur, je ne voudrais pas qu'il me glisse entre les doigts, surtout si il peut m'amener jusqu'à un trésors. Vénal moi ? Si peu, si peu… Dans le fond, je suis un peu pirate dans l'âme, si je peux récupérer un peu d'or, je crache pas dessus, au contraire. À l'entente de son nom, le pirate se retourne, mon sourire s'élargit, c'est ça par ici mon grand. J'allais ouvrir la bouche et commencer mon numéro de charme, mais voilà, une sale gosse percute le capitaine qui dans sa chute ne trouve rien de mieux que d'agripper de son crochet le revers de ma veste. En moins de temps qu'il m'en faut pour dire tarte aux pommes je finis par terre, allongé sur le pirate. Mon chapeau vient étouffer le pirate tandis que l'épée de ce dernier vient douloureusement appuyer sur ma cuisse. Et non je parle bien de son épée, pas d'autre chose… Non mais. Je reprends mes esprits et m'assoit à califourchon sur le pirate, juste le temps de récupérer mon chapeau, je me relève alors d'un bond gracieux avant de commencer à m'épousseter. Heureusement le crochet n'a pas déchiré mes vêtements, manquerait plus que ça, finir à moitié à poil au milieu du Marché noir… Enfin une fois de nouveau présentable, je tends une main amicale au Capitaine, en profitant au passage pour me présenter :

"Pardon de vous être tombé dessus ainsi, croyez-moi c'est loin d'être dans mes habitudes de tomber sur les inconnus… Mais bon, je n'ai pas pu m'empêcher d'entendre ce que vous disiez et je pense être sans me vanter l'homme qu'il vous faut…"

Le pirate refuse ma main et se relève par lui même non sans me jeter un regard de plus hostiles, ouh je sens le client difficile, ça tombe bien j'adore relever des défis. L'air de rien je retire ma main et commence alors à minauder, sans trop en faire non plus. Voyant qu'il est de plus sceptiques voir même carrément agacé je m'empresse d'ajouter, un sourire aux lèvres :

"Oh mais j'en deviens presque grossier, mon nom est Jefferson, Chapelier et voyageur de mon état… Et avant que vous ne vous demandiez en quoi je peux vous être utile, je ne dirais qu'une chose : je peux vous emmener exactement là où vous voulez…"

Une chose à savoir, l'audace messieurs, mesdames, l'audace paie toujours.



Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Mar 7 Oct - 0:48, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 7 Oct - 0:48

Les Bons Comptes


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


Il sentit le poids de l'homme s'écraser sur son corps. Non, le marchand n'avait même pas prit la peine de l'épargner mais s'était littéralement allongé contre lui. La scène aurait pu être agréable si le marchand avait été une belle jeune femme. Mais d'ailleurs, qui était ce marchand ? L'espace d'une seconde, Killian se dit qu'il n'avait vraiment pas envie de voir un affreux visage ridé, fripé, coulant... L'image traditionnelle des vieux vendeurs du Marché Noir traversa son esprit, et il aurait pu déglutir à l'idée qu'un de ces bougres étale toute sa crasse sur lui.

Il sentie l'homme en question se redresser légèrement. Non non, il ne s'était pas complètement retiré mais venait de s’asseoir à califourchon sur le pirate, pour récupérer son chapeau qui avait atterrit sur son visage. A ce moment là, les yeux de Killian se crispaient presque automatiquement d'horreur, en imaginant un affreux vieillard assis sur lui. Grande surprise, ce n'était pas du tout un affreux ridé. Il ne s'agissait pas non plus d'une belle femme, mais d'un homme. Il avait la peau saine, sans marques, et ses vêtements étaient étonnamment choisis avec goûts. Visiblement, il avait à peu près le même âge que lui et semblait se porter bien mieux que la plupart des vendeurs du marché. Mais que faisait-il ici ? L'homme se décidait enfin à se redresser en prononçant quelques mots :

- «Pardon de vous être tombé dessus ainsi, croyez-moi c'est loin d'être dans mes habitudes de tomber sur des inconnus... »

Espérons-le pour lui...

- « Mais bon, je n'ai pas pu m'empêcher d'entendre ce que vous disiez... »

Disons plutôt qu'il tendait l'oreille attentivement, n'est-ce pas ?

«...et je pense être, sans me vanter, l'homme qu'il vous faut... »

Non... , rien que ça ?!

A ce moment, l'homme au chapeau lui tendit sa main pour l'aider à se relever. Comme si un pirate allait accepter la paume souillée d'un pauvre marchand... Bon d'accord, il n'avait absolument pas l'allure d'un vieux vendeur... mais il venait de s'avachir sur lui, cela suffisait amplement. Jones se releva, lui lançant un regard des plus noirs avant de s'attarder sur son manteau qu'il s'empressa de dépoussiérer. L'incongru continuait son numéro, auquel le pirate ne prêter que partiellement attention. Il savait d'avance qu'il avait affaire à un de ces fichus charlatans prêt à tout pour vendre n'importe quoi... Un peu comme lui ? Bien entendu, sauf que le Capitaine Crochet était un pirate. La tromperie était l'une de ses spécialités et forgeait sa réputation. L'homme qui venait de lui tomber dessus, quant à lui, n'avait aucune crédibilité. Étant donné sa présentation et son accoutrement, il n'y avait aucun doute : c'était le genre de paysan qui arnaquait sans cesse les gens pour pouvoir se broder de tels hauts. Non qu'il n'avait pas bon goûts, bien au contraire, mais disons plutôt qu'il dépariait trop dans le décor. Qu'est-ce qu'un homme tel que lui faisait ici, à vendre ses services ?

- « Oh mais j'en deviens presque grossier, mon nom est Jefferson, Chapelier et voyageur de mon état... Et avant que vous ne vous demandiez en quoi je peux vous être utile, je ne dirais qu'une chose : je peux vous emmenez exactement là où vous voulez... »

Killian Jones dévisagea de bas en haut et ne pu s'empêcher de sourire d'un air arogant :

- Chapelier ?! Tout s'explique... Ais-je une tête à quêter un couvre-chef ?

Il commença à tourner autour de lui, prenant soin de le défigurer du regard, toujours avec autant d'insolence.

- Hum... laissez-moi deviner... Vous m'avez entendu parler du trésor de Smaug avec ce marchand et vous avez sauté sur l'occasion ! "Et si je lui faisais croire que je peux l'y enmener ?". Me prendriez-vous pour un sot ? Savez-vous seulement sur qui vous venez de tomber, grand fou ?! Ici, c'est moi qui arnaque les gens.

Sa dernière phrase était sèche; mais il ne pu s'empêcher d'ironiser ensuite en voyant le chapeau sur sa tête remuer légèrement sous une brise de vent :

"Je peux vous emmenez exactement là où vous voulez..." Et vous sortez vous tours de votre chapeau j'imagine ?

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mar 7 Oct - 0:50, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 7 Oct - 0:50

Nice to meet you...


Jefferson is the name and i'm kind of a traveler..





Killian & Jefferson



C'est toujours agréable de sentir le regard de quelqu'un sur vous, lorsque cette personne en question laisse son regard se promener sur votre corps, détaillant chaque parcelle de votre anatomie. En théorie oui c'est des plus flatteur, mais là, j'ai presque envie de lui dire d'arrêter de faire ça. Il y a tant de mépris et de dédain dans cette façon de me reluquer que mon orgueil masculin en prends un coup, faisant doucement naitre en moi un léger agacement. Le sourire arrogant qui accompagne ce geste me donne presque envie de lui faire embrasser le sol une seconde fois. Je prends une légère inspiration me calmant mentalement, tandis que le pirate commence lui à me faire son petit numéro :

"Chapelier ?! Tout s'explique… Ais-je une tête à quêter un couvre-chef ?"

Oh mon pote vu ta dégaine t'aurais l'air d'une vieille marâtre avec un chapeau sur la tête, alors mieux vaut pour toi que tu t'en tienne à ta mèche de jeune demoiselle, sinon tu risque d'avoir du mal à courtiser quoi que ce soit. Le pirate se met alors à me tourner autour, tel un félin me fixant toujours de ce regard terriblement insolent. Tu veux jouer au sale gosse avec moi ? Fait attention mon grand, je suis imbattable à ce jeu là. Je l'écoute alors, les dents serrés me faire son numéro de pirate. Mais oui c'est moi qui te prends pour un con, forcément… De nous deux je pense que le plus grand escroc c'est toi, mais je vais garder ça pour moi, j'ai moyennement envie de prendre un coup de crochet. Enfin en même temps c'est lui qui le dit… Mais bon passons. Son ton sec me hérisse, me donnant presque envie de devenir tout aussi désagréable que lui, mais j'ai comme dans l'idée que si le ton monte entre nous, je ne risque pas de le convaincre de m'emmener dans sa quête, alors va falloir la jouer plus finement. Je me crispe au moment où je l'entends ironiser sur mon chapeau. Je te prie de tenir ta langue mon cher pirate, car c'est précisément ce chapeau qui va te permettre d'aller là où tu veux, alors montre lui le respect qu'il mérite. J'attends qu'il termine de cracher son mépris, sans pour autant le quitter des yeux. C'est ça continue de me tourner autour, avec un peu de chance je vais peut-être te faire tourner la tête… Je ne me sépare pas de mon sourire assuré, lui répondant avec autant de tact que possible :

"Je sens que vous doutez de mes capacités… Pourtant je peux vous assurer que je ne souhaite que vous aider… Et puis si je n'étais pas réellement capable de voyager enter les mondes, je ne serais pas venu vous voir, je ne suis pas suicidaire non plus… J'ai beau être un peu voleur sur les bords, je sais bien qu'il vaut mieux éviter de se mettre à dos les pirates et au contraire être dans leurs bonne grâces.."

Le vent continue de souffler légèrement, faisant doucement claquer mon manteau contre mes chevilles. Comment lui prouver ce que je suis capable de faire, sans pour autant lui faire une démonstration publique ? Bonne question… Je me mords l'intérieur de la joue, réfléchissant sur le moyen de pas laisser m'échapper le Capitaine… Je serais assez contrarié de laisser filer une occasion pareille… J'émet un claquement de la langue avant d'ajouter :

"Réfléchissez Capitaine, quel intérêt aurais-je à vous mentir ? Si j'étais réellement incapable de vous aider, il aurait été suicidaire de ma part d'essayer de vous rouler… De toute façon vous n'avez rien actuellement que je convoite, alors dans le fond, je n'ai rien à gagner à vous aider pour l'instant. Au pire que perdez vous si je ne suis qu'un escroc ? Un peu de temps, mais votre trésor lui reste intact… Mais prenez le temps de me faire confiance et je peux vous assurer que vous ne serez pas déçu du voyage…"

Je croise les bras, lui sort mon plus beau sourire de charmeur et prends la pose, lui dévoilant un déhanché qui ferait chavirer n'importe quelle demoiselle. Allez Crochet, dis moi que t'as envie de tenter cette aventure avec moi.



Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Mar 7 Oct - 23:12, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 7 Oct - 23:12

Les Bons Comptes


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


- « Je sens que vous doutez de mes capacités... Pourtant, je peux vous assurer que je ne souhaite que vous aidez... Et puis si je n'étais pas réellement capable de voyager entre les mondes, je ne serais pas venu vous voir, je ne suis pas suicidaire non plus... J'ai beau être un peu voleur sur les bords, je sais bien qu'il vaut mieux éviter de se mettre à dos les pirates et au contraire être dans leurs bonnes grâces... ».

Le chapelier marquait un point : venir voir le Capitaine Crochet pour lui proposer de faux services aurait été un acte suicidaire. Bien que Jefferson semblait sûr de lui, Killian ne pouvait s'empêcher de rester sceptique. Qu'est-ce qu'un homme tel que lui faisait au marché, à vendre ses services ? Le Marché Noir grouillait de vieux bougres, de misérables vendeurs, de pauvres paysans... Ce n'était pas l'endroit où l'on trouvait les clients respectables. Le capitaine lui, n'y passait qu'en cas de nécessité, pour se remplir les poches rapidement. Il n'avait pas l'habitude de traîner dans le coin, le paysage dénigrait considérablement son image. Jefferson semblait trop bien entretenu et trop civilisé pour côtoyer ce milieu lui aussi... Que faisait-il donc par ici ? Cette question en soulevait d'autres plus narcissiques comme « avait-il conscience de parler au célèbre capitaine Crochet ? ». Visiblement, le chapelier ignorait qu'il avait affaire au plus célèbre pirate du royaume... Et le crochet, mon grand ? Tu ne l'as pas remarqué ?

- « Réfléchissez Capitaine, quel intérêt aurais-je à vous mentir ? Si j'étais réellement incapable de vous aider, il aurait été suicidaire de ma part d'essayer de vous rouler... De toute façon vous n'avez rien actuellement que je convoite, alors dans le fond, je n'ai rien à gagner à vous aider pour l'instant. Au pire, que perdez-vous si je ne suis qu'un escroc ? Un peu de temps, mais votre trésor, lui, reste intact... Mais prenez le temps de me faire confiance et je peux vous assurer que vous ne serez pas déçu du voyage... »

- "D'essayer"... c'est bel et bien le mot. Vous ne faites qu'essayer de me rouler. Vous savez, Jefferson...

Il recommençait à tournoyer autour de lui, en se frottant la barbe du crochet.

- … je connais très bien les types de votre genre... Vous vendez vos services et vos faux objets, prenant soin de choisir les clients les plus misérables, ce qui explique sans doute votre présence à ce pauvre marché, tout cela dans le but de remplir vos poches... Me direz-vous, je ne suis pas mieux que vous sur ce point. Ma présence ici aujourd'hui n'est pas plus noble que la vôtre, si ce n'est avant tout pour obtenir des informations sur un nouveau butin. Vous, vous osez impertinemment me solliciter pour vous aider à mettre la main sur MON trésor. Je crois que vous ne vous rendez pas compte de qui vous avez en face de vous... Je ne suis pas un vulgaire pirate... D'un côté, je vous pardonnerai presque cet affront, étant donné le décor de notre rencontre qui dénigre complètement mon image... Au fond, soyez franc, cher ami, vous avez plus besoin de mon aide pour mettre la main sur ce butin que je n'ai besoin de vos tours de passe-passe pour mettre les pieds dans les Terres du Milieu.

Killian s'arrêta, comme pour réfléchir, même s'il savait déjà quoi en penser. Il ne croyait pas une seconde que cet homme pouvait l'aider. Il était focalisé sur l'idée qu'il s'était faite: il ne s'agissait que d'un élégant marchand qui, comme lui, ne justifiait sa présence ici qu'à cause d'un goût prononcé pour l'argent. Ils étaient tout deux ici pour se remplir les coffres.

- Vous m'excuserez, camarade, mais oui, la seule chose que j'ai à perdre, c'est du temps et il me semble vous en avoir accordé suffisamment.

Il fit demi-tour, sans même jeter un dernier regard au chapelier. Il sortie de la place du marché, encadrée par un long mur. Quelques mètres plus loin, le paysage était complètement différent. Plus de hauts murs en pierre, ni de stands affolants. Aucun gens. Il étaient tous concentrés au Marché Noir. Killian inspira un bon coup. L'air frais de la solitude. Le calme enivrant de la brise marine. Il apercevait d'ailleurs son paysage favoris au loin. L'eau était calme, les palmiers ne bougeaient pas. Un soleil s'épanouissait au-dessus de l'eau. Un paysage idyllique... gâché par d'horribles pas au galop et un cri strident au loin. Et merde.

- Vous comptez m'importuner encore longtemps, vieux fou ?! Lança Hook en se retournant, littéralement agacé par cet importun.

Kiki.2000



I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mar 7 Oct - 23:14, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 7 Oct - 23:14

Nice to meet you...


Jefferson is the name and i'm kind of a traveler..





Killian & Jefferson



Pardon ? Je crois avoir mal entendu... Il me pardonne pour mon affront ? Alors je vais t'expliquer un truc mon grand, tu as beau être le Capitaine Crochet, tu n'es pas non plus la Reine. T'es loin d'avoir tout les droits, alors continue à me parler sur ce ton et je sens que je ne vais pas tarder à te casser ton adorable nez. Je fais craquer mes doigts le laissant finir de me dénigrer. Je le regarde se caresser la barbe du bout du crochet, et là une idée absurde née dans mon esprit… À votre avis, il se rase comment ? Il a un crochet spécial pour le rasage ou quelqu'un s'en occupe à sa place ? Hum ça mérite réflexion… C'est son "au revoir camarade" qui me tire brutalement de mes rêveries. Attends… Comment ça ? Bon le petit "camarade" est bon signe, c'est presque affectueux. Oui tout est dans le presque. Si j'insiste y'a moyen que je finisse par le convaincre. Enfin pour cela faudrait qu'il reste, parce que là, il tourne les talons, sans un regard pour moi et s'en va. Je rêve où ? C'est pas moi, n'est-ce pas ? Il est vraiment en train de se tirer l'air de rien, m'ignorant royalement au passage… Wow, je dois avouer que cela fait un moment que je n'étais pas tomber sur quelqu'un qui me résiste autant. Je ne dis pas non plus que tout le monde me tombe dans les bras au premier claquement de doigts, mais me planter comme ça en plein milieu du marché ça ne m'était pas arrivé depuis un moment… Je reste donc comme un idiot, à fixer le dos du pirate, qui s'éloigne, ne prêtant déjà plus la moindre attention à ma personne. J'entends alors quelqu'un ricaner derrière moi, je jette un regard noir à la hyène qui se permet de se moquer de moi de la sorte, tu trouves ça drôle mon pote ? Je vais te faire ravaler ton vieux rire de chacal ivre, enfin je pourrais mais là tu vois je n'ai pas de temps à perdre avec toi. J'ai comme qui dirais un pirate à rattraper. Je commence alors à courir, pourchassant le Capitaine, tel un amoureux transit pourchasserait sa bien-aimée. Je manque une ou deux fois de m'étaler, pestant contre ma propre veste. Je vous jure la prochaine fois j'en prends une plus courte… Parce que ok, c'est la classe d'avoir une veste qui tombe jusqu'aux chevilles, mais si c'est pour se prendre les pieds dedans ça casse un peu le mythe…

Je finis par rattraper le pirate à la sortie du marché, l'interpellant une fois de plus. Tenace moi ? Oh et encore vous n'avez rien vu… Il se retourne vers moi, n'hésitant pas à m'insulter au passage de vieux fou. Wow on se calme mon grand… Je ne suis pas si vieux que ça pour commencer et je parie que toi et moi nous avons le même âge, alors fait attention à ce que tu dis. Quelque peu essoufflé j'expire un grand coup avant de lui adresser un immense sourire. Tu pensais pouvoir te débarrasser de moi ainsi ? Désolé mon grand, mais je ne suis pas le genre à rester sur la touche, repousse moi et je m'accroche. Je suis comme ça. Plus tu me dis non, plus j'ai envie de te faire dire oui. Je pose mes mains sur mes hanches avant de lui dire d'un ton mi-charmeur mi-railleur :

"Ce ne sera que l'affaire de quelques seconde, promis… Mais je ne supporte pas qu'on puisse douter de mes capacités. Vous voulez une preuve que je n'essaye pas de vous rouler ? Très bien la voici."

Je ne voulais pas en arriver là, mais je crois que je n'ai plus vraiment le choix. Je me défait de mon couvre-chef et le jette à côté de nous, d'un geste à la fois gracieux et dédaigneux. Le chapeau rencontre à peine le sol, que le portail s'ouvre, soulevant au passage un peu de poussière. Je me délecte de la surprise du pirate, jubilant intérieurement. Alors mon pote ? On ne voulait pas croire ce que je disais ? Tant pis pour toi. Je l'attrape alors par le col de la veste, ne prêtant pas gare au crochet qui se referme autour de mon bras. J'adresse un clin d'oeil au pirate avant de lui dire, un sourire insolent aux lèvres :

"Alors prêt pour le voyage de votre vie ?"


Et là je le pousse, délicatement je vous rassure, dans le portail, le suivant de près. Je retrouve avec un certain plaisir l'immense pièce, laissant un sourire flotter sur mes lèvres, mes pas résonnent sur le sol, tandis que ma veste ondule lentement au rythme de mes pas. Je laisse le pirate se familiariser avec l'endroit, tandis que je tourne à mon tour autour de lui, guettant avec une certaine excitation sa réaction. Alors ? Impressionnant non ? Je me mord la lèvre inférieure, retenant le moindre commentaire, me contentant de le dévorer des yeux. Allez, allez, dis quelque chose bon sang.



Revenir en haut Aller en bas


♦ True Love : Madness is my hat.
♦ Métier : Pirate.
♦ Camp : Le Mien.
♦ Conte : Crochet (Peter Pan) & Davy Jones (Pirates des Caraïbes) & Dark One.
♦ Avatar : Colin O'Donoghue.

♦ Inscription : 25/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur
Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le 25/05/2014.
Il a été aperçu dernièrement Mar 7 Oct - 23:25, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 7 Oct - 23:25

Les Bons Comptes


~ feat. Killian Jones & Jefferson Blackwell ~


- « Ce ne sera l'affaire de quelques secondes, promis... mais je ne supporte pas qu'on puisse douter de mes capacités. Vous voulez une preuve que je n'essaye pas de vous rouler ? Très bien, la voici ![/color] ».

A ce moment précis, le capitaine Jones vit l'homme lancer son chapeau. Oui, son chapeau. La seule chance qu'il avait de prouver sa loyauté était son couvre-chef. Devenait-il fou ? L'espace d'un instant, le pirate avait presque de la peine pour lui... Jefferson perdait toute crédibilité, à lancer son chapeau à quelques mètres devant eux, comme il aurait lancé un boomerang. Le plus inquiétant était sans doute le sourire qui se dessinait sur son visage au moment du lancer. Pas de quoi s'émerveiller...

Oui ! Fantastique ! le chapeau tourne comme une toupie ! Comme... une toupie... Killian écarquilla les yeux. Le chapeau grossissait à vu d’œil et se tordait à l'image d'une tornade. La vent se levait et semblait s'engouffrer dans l'espace creux, faisant ainsi gonflé le chapeau. Un nuage de brume mauve se dissipait et se dandinait comme un typhon, près à tout entraîner dans son étreinte. C'est au moment où la violente brume passa dans les cheveux de Killian, que son manteau se mit lui aussi à se tordre au gré du vent, qu'il commença réellement à paniquer. Fantastique. Un peu trop. Hook n'était plus du tout rassuré et ce fou ne l'aidait pas du tout :

- « Alors, prêt pour le voyage de votre vie ? ».

Le voyage de... hum, bien sûr ! Le capitaine Crochet était dépassé par les événements et n'osait même plus bouger. A vrai dire, il était tellement focalisé sur l'idée que Jefferson n'était qu'un arnaqueur parmi d'autres que sa vision le tétanisait. Ce n'est qu'à l'instant où il sentie la main du chapelier lui attraper le col qu'il réagit. Il s'apprêtait à lui crier quelque chose mais ne pu rien prononcer puisque le puissant torrent d'air qu'il traversa lui pinça les lèvres. Le chapelier venait de le jeter en plein dans son chapeau. Il avait tellement grossi qu'il formait une sorte d'énorme tourbillon près à tout ingurgiter sur son passage. Le corps de Killian fut comme aspiré par l'énorme typhon et la chute commença.



Il plongea alors dans une gouffre interminable. Les mains levées, le corps attiré vers le fond, il gigotait tous ses membres comme pour atteindre l'extrémité du chapeau. Plus il se débattait, plus l'attraction vers le bas était intense. De multiples objets plus improbables les uns que les autres se mettaient à danser autour de lui. Des lampe était allumées, incrustées dans la paroi sombre, alors qu'un piano, comme sortie de nulle part se mit à sa poursuite. Le pirate plaqua ses bras contre son visage comme pour se protéger, alors que les touches de l'instrument s'enfonçait toutes seules, lâchant une symphonie des plus inquiétantes. Killian percuta une sorte de bibliothèque, dont les livres se renversèrent brutalement sur son ventre. Sa chute s'accélérait mais semblait interminable. Le piano fonça droit sur lui, mais Hook agrippa un barreau incrusté dans la paroi, pour s'y plaquer, et laissa l'instrument le traverser dans le dos. Là, le barreau céda et relança le pirate dans sa chute. La vitesse décuplait les sens de Killian qui n'apercevait que partiellement les objets qui venaient l'agresser. Une chaise s'affala dans son dos, il la repoussa en s'accrochant à une table qui chutait tout comme lui. Mais là, le bois céda et projeta de nouveau le corps du brun vers le bas. Les lampes se faisaient de moins en moins nombreuses, et la descente aux enfers de plus en plus sombre. Il ne distinguait presque plus rien, mais sentait des objets plus ou moins imposant le frôler, le percuter. Un vase se brisa sur sa botte au moment ou son corps rebondit sur un lit. Les ressorts du matelas, mêlés à la vitesse de sa chute le firent immédiatement rebondir de plus bel dans le troue noir. Son corps tournoyait, entre pile et face, alors que les objets et les meubles avaient presque disparu. Il ne sentait plus que son corps écraser l'air, et plonger dans un creux de plus en plus étroit. Son cœur manqua de s'arrêter au moment où il traversa le fond du troue, rude comme de la porcelaine, et qu'il se brisa sous son poids, l'entraînant alors contre une surface dure et froide.  


Il se réveilla quelques instants plus tard. Avait-il été allongé là durant des heures ou des secondes ? Il était incapable de le dire. A priori, cela faisait très peu de temps, puis qu'il aperçut la main de Jefferson ramasser le chapeau à côté de lui. Il ne semblait pas avoir souffert de l’atterrissage. L'habitude ? A vrai dire, Hook avait tellement été entraîné dans son effrayante chute qu'il n'avait même pas fait attention à celle de son acolyte. Le pirate décolla sa joue du sol, et aperçut une pièce, plutôt grande, de forme circulaire. Il se redressa, surpris de sa destination. Tournoyant sur lui-même, ses yeux contemplaient un manège de portes plus différentes les unes des autres. On pouvait apercevoir une vieille porte en bois, un miroir glacé, un petit trou de souris, une double-porte verte, une encadrement antique, en marbre... Tous les types de portes semblaient s'être réunis dans cette pièce.

Il se décida enfin à se relever. Le fou le regardait, en pinçant des lèvres. Au fond de lui, il jubilait et Crochet devait reconnaître que sur ce coup-ci, il l'avait bien eut. Mais qui aurait pu croire que cet homme, aussi élégant et pourtant vendeur au Marché Noir, cachait dans son chapeau une pièce remplie de portes. D'ailleurs, ça n'avait aucun sens. Quel était cet endroit ?

- Où... où sommes-nous ? Demandait Killian en continuant de dévisager les portes.

Il avait sa fierté et admettre tout fort que Jefferson l'avait bien eut était hors de question. Néanmoins, l'intonation de sa voix avait littéralement changée. Le timbre s'était adoucit, et l'on sentait presque une forme de respect entre chacun des mots prononcés.




I'll worship like a dog at the shrine of your lies; I'll tell you my sins so you can sharpen your knife.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mar 7 Oct - 23:29, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 7 Oct - 23:29

Nice to meet you...


Jefferson is the name and i'm kind of a traveler..





Killian & Jefferson



Je ne cesse de tourner autour de lui, me dévorant les lèvres, attendant la moindre réaction de sa part. Je regarde le pirate tourner sur lui-même, laissant son regard courir sur chacune des portes , découvrant avec des yeux ébahis l'immense salle. Ils font tous ça la première fois, enfin j'en ai vu un ou deux vomir aussi, quoi qu'attendez y'en a même une qui c'était évanouie… Pour sa réputation de pirate sans peur, j'espère qu'il ne va pas me claquer entre les doigts, sinon je dois avouer que je serais plutôt déçu. Il se décide alors enfin à briser le silence qui règne entre nous, me demandant d'une voix étrangement plus… respectueuse où nous nous trouvons. Eh bien, voilà que le pirate qui ne m'accordait aucun crédit semble tout d'un coup plus sympathique envers ma personne. Est-ce que j'apprécie ce changement de comportement ? Oh que oui. J'adore que l'on reconnaisse mon talent. Les enfants je suis capable d'être un vrai paon, j'adore qu'on me flatte. Je laisse échapper un rire discret avant de lui répondre :

"Eh bien… C'est la question… Où sommes-nous ? Eh bien, je dirais entre les mondes. Nous sommes à la fois partout et nul part. Disons que nous sommes dans mon chapeau. Ouais attendez… C'est pas plus clair… Restons sur l'idée que nous sommes entre les mondes. Vous voyez ces portes ? Poussez l'une d'entre elle et vous voilà dans un autre monde."

D'un large mouvement de bras je lui désigne toutes les portes, un immense sourire aux lèvres. Bienvenue dans mon monde Capitaine. Vous naviguez peut-être sur les océans mais moi je voyage entre les mondes, ça en jette pas vrai ? Bon j'arrête de me jeter des fleurs et je retourne m'occuper de mon pirate.

"Vous voyez ce miroir ? Traversez le et bienvenue à Wonderland. La double porte au fond là-bas ? Passez la et vous voilà dans le monde merveilleux d'Arendelle et vous voyez celle juste à côté ? Le royaume d'Agrabah. Il suffit simplement de prendre la bonne porte. Oh par contre je me dois de vous prévenir, comme vous vous en doutez il y a forcément quelques règles… Oh vous les expliquer prendrais des heures et honnêtement j'ai pas la foi de toutes vous les expliquer. Par contre il y a une seule chose à savoir : si nous sommes deux à passer dans un autre monde, seul deux pourront revenir. Pas de passager clandestins. C'est clair ?"

Je préfère poser les règles maintenant, j'ai moyennement envie de me refaire avoir par un crétin pas tenté. Je suis un peu méfiant… Mais comme là nous parlons d'aller chercher un trésor, je devrais être plutôt tranquille mais sait-on jamais. Je pousse un soupir avant de lui adresser un autre sourire. Ravie de voir que tu accepte de jouer selon mes règles. Enfin en même temps maintenant que tu es là, tu n'as plus vraiment le choix. Je commence à siffler, cherchant du regard la porte pour la Terre du Milieu. Alors où es-tu ma grande ? Après cinq minutes de  de virevoltements de veste, je finis par trouver la coquine. Te voilà ma belle. Je fais signe au Capitaine, lui demandant de me rejoindre. Je le regarde approcher, adossé contre la porte, un sourire goguenard sur les lèvres.

"Nous y voilà… La Terre du Milieu. Alors prêt à vous embarquer dans cette chasse au trésors ? Oh et avant que vous ne me demandiez mon prix, disons qu'une part du trésor en question me suffira, la moitié ? Oh si c'est vous qui le proposez Capitaine… Je ne peux pas refuser…"

J'ouvre alors la porte d'un geste théâtral, laissant une brise faire légèrement claquer nos manteaux. Quelques feuilles mortes viennent rouler à nos pieds, crissant doucement contre le carrelage. Je plonge mon regard dans celui du pirate ajoutant d'une voix enjôleuse :

"Permettez moi une dernière question… Je ne me souviens pas vous avoir demandé votre nom Capitaine, car je trouverais ça déplacé de vous appeler Crochet… , je laisse un blanc souriant en entendant son nom, eh bien ravie de vous suivre dans cette aventure, Capitaine Killian Jones… Je vous en prie après vous…"



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement , errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: archives RP OUAD-
Design par Kiki.2000 et quelques corrections gentiment conseillées par Nihil Scare Winspeare, et Never-Utopia. Toutes reproduction est strictement interdite. Le forum appartient à ses propriétaires. Merci de respecter le travail fourni par l'équipe administrative et ses membres.