AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion






 



Bloody Crown | ft. Zaria Yllion


Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Ven 5 Fév - 15:55, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Ven 5 Fév - 15:55
REGINA MILLS & ZARIA YLLION
BLOODY CROWN




Stupidité. Idiotie. Y a-t-il seulement un mot qui puisse réellement définir ce qu'elle est à cet instant précis ? Elle en doute. En fait, il n'y a rien qui ne lui offre une quelconque définition d'elle-même. La panique a effacé toutes les barrières cérébrales qu'elle s'est posées jusque là. A dire vrai, elles se sont écrasées contre le sol et menacent d'y rester, si elle ne trouve aucune solution rapidement. Rapidité, oui. Et pourtant, elle ne parvient plus à l'être. Où sont passés ses vieux gestes habituels et logiques ? Elle n'a pas agi ainsi depuis trop longtemps. Elle a changé, depuis, si bien qu'elle ne parvient pas du tout à faire ce qui devrait être fait. Elle fait simplement comme tout humain lambda : elle brasse de l'air, plaque ses mains sur ses tempes, ferme les yeux, se maudit intérieurement. Que doit-elle faire, déjà ? Elle ne se souvient de rien. Comme si l'émotion terrassait tous ses souvenirs en un seul souffle, comme si tout n'avait plus rien à voir avec ses propres pensées. Elle ne sait d'ailleurs plus où elle est. Comme si tout était flou, comme si tout était complètement irréel. Mais ce n'est pas le cas. Non de non, elle ne sait même plus quoi penser.

« Concentres-toi, Regina ! »

Elle peste contre elle-même, ouvre les yeux sur ce qui l'entoure. La nuit recouvre peu à peu la forêt, et menace de bientôt la priver de toute lumière, de tout repère. Que va-t-elle faire ? Il faut réfléchir, et vite. Vite, non de non ! Elle sent sa respiration lui échapper deux secondes, et referme les paupières pour se concentrer sur son souffle. Calme. Calme... De nouveau, elle se recentre sur le reste. L'odeur lui donne la nausée, et elle ravale la bile, s'agenouillant près de lui pour observer son visage. Seigneur, qu'a-t-elle fait ? Le sort a à peine ricoché, et il lui a gâché la vie. Comme quoi, la colère n'est vraisemblablement pas le meilleur sentiment au monde. Elle a dévasté sa vie. Alors pourquoi s'évertue-t-elle aujourd'hui à tenter de la garder pour elle ? Preuve en est, les rares fois qu'elle la laisse sortir afin de soulager sa conscience, elle est confrontée à de nouvelles épreuves. Mais peu importe, le mal est déjà fait, et elle ne peut désormais plus revenir en arrière. Elle doit agir en conséquences, et faire en sorte que jamais l'on puisse découvrir ce nouveau méfait involontaire. Qui croirait, d'ailleurs, qu'il l'est ? Toute la population pensera à un homicide volontaire.

Que doit-elle faire ? Elle ne le sait plus. Elle inspire, expire, inspire encore. Seigneur. Il faut qu'elle se hâte. Elle regarde autour d'elle, mais la forêt ne peut lui donner de réponse. Enterrer le corps ? Non, trop simple, et le premier chien qui passerait ici trouverait la dépouille. Le brûler ? Trop visible, on verrait la fumée à plusieurs kilomètres. Alors quoi ? Elle n'est décidément plus qualifiée pour ce genre de chose. En réalité, elle ne l'a jamais été. Lorsqu'elle tuait, autrefois, elle n'avait guère besoin de s'en cacher. Mais, maintenant, elle doit absolument être irréprochable, pour la ville, pour ses enfants, pour Emma. Dans un sursaut d'illumination, elle sort son téléphone et compose un numéro. Dommage. Pas de réseau.

« Merde, merde, merde ! »


Elle tend les bras vers le ciel, espérant que son téléphone trouve un soupçon de quelque chose. Elle marche, à droite, à gauche, elle avance, elle recule, et toujours rien.

« A quoi sers-tu si tu ne marches pas dans les situations où j'ai le plus besoin de toi ?! »

Elle le lance contre la terre, sentant ses émotions s'emparer d'elle. La panique, une fois de plus. Il lui faut quelques minutes pour se calmer, pour aller chercher l'objet technologique pour constater que le coup lui a été bénéfique. Dans le sursaut d'espoir, elle tape les chiffres comme une rallie, et le téléphone lui échappe des mains.

« Putain. De. Merde ! »

Elle ferme les yeux, rattrape le téléphone, constate que les barres sont à présent inexistantes. Elle lève alors les yeux au ciel et se mord la lèvre.

« Pitié, sauvez-moi. »

Elle recommence à marcher dans tous les sens, peste, injure, tend le téléphone vers le sol, vers le ciel. Elle passe une main dans ses cheveux, resserre le portable entre ses doigts, crise.

« Putain, mais j'ai même prié le Seigneur, que te faut-il de plus ?! »

Et le téléphone répond enfin. Elle en profite, elle sautille, elle sourit, elle n'en peut plus. Alors elle ouvre, appelle, attend. Elle ignore les grésillements qui signalent que le réseau est très mauvais.

« Répondez, répondez, répondez.. ! »

Une voix s'élève, mais elle ne comprend pas grand chose.

« Allô ?! »

Faux espoir. Messagerie.

« Madame Yllion, il n'y a décidément que lorsque j'ai réellement besoin de vos services, et ce urgemment, que vous ne daignez pas répondre. Il m'est très important de vous rencontrer. Très, très, très important ! »

Elle rit jaune. Elle a l'air d'une idiote.

« Retrouvez-moi dans la forêt de Storybrooke. Je vous attendrai près du pont, sur la gauche. Enfin, je vous retrouverai. Je ne compte pas vous planter un couteau dans le dos, je vous le promets ! »

Elle se frappe le front.

« Ce que je veux dire, c'est que j'ai vraiment besoin de vous, immédiatement, une affaire... très... urgente. Et je ne souhaite guère en discuter par téléphone. »

Elle bouge, et se fustige mentalement en sentant que le réseau est prêt à se faire la malle.

« Je ne voudrais pas paraître grossière, ni autoritaire, mais je vous prierai de vous hâter. »

Et soudain, plus rien. Elle peste, raccroche, attend. Il n'y a plus que cela à faire, de toute évidence.





Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Ven 5 Fév - 19:21, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Ven 5 Fév - 19:21


BLOODY CROWN
Regina Mills ✤ Zaria Yllion


❝ Baby, i'm a house on fire... ❞



Un énième soupire s'échappa d'entre ses lèvres pourpres. L'arrête du nez pincée entre son pouce et son index, elle écoutait les plaintes de sa cliente d'une oreille distraite. Non pas qu'elle ne prenait pas son travail au sérieux, seulement – elle devait l'admettre – cette affaire était loin d'être des plus  palpitantes. Il s'agissait là d'une histoire d'une banalité déconcertante : une femme avait poignardé son époux car celui-ci la gratifiait d'une pluie de coups en tout genre. Cette catégorie de méfaits avait tout simplement le don de l'ennuyer. Aucune surprise ne viendrait ponctuer, alimenter la suite à venir. Son regard s'égara quelques secondes vers le ciel qui, progressivement, s'assombrissait. Nyx reprenait enfin ses droits sur le jour. Elle croisa les bras sur sa poitrine puis, porta finalement toute son attention sur la jeune femme éplorée qui ne cessait de s'agiter face à elle.
- Grâce aux antécédents de votre mari, il me sera aisé de justifier votre crime et, d'alléger au maximum votre peine, déclara-t-elle solennellement.
Un rictus sarcastique se dessina alors sur son visage anguleux. De toute évidence, rien ne saurait compromettre son excellence. Et, bien qu'elle savait pertinemment qu'elle remporterait à coup sûr le procès, Zaria semblait peu enjoué par ce dernier. Ce n'était pas un homicide tel que celui-ci qui dorerait davantage son nom. Elle releva ses prunelles amères vers le plafond en un faciès profondément agacé. Il se passait trop peu d'événements dans cette maudite bourgade pour se retrouver à la tête d'une affaire digne de ce nom. Sans ajouter quoi que ce soit, Zaria se redressa. Elle se lova entre les pans de son trench et fit signe à l'accusée de l'imiter. Elle ne comptait pas s'éterniser davantage.
- Bien, nous nous reverrons lors de votre procès.
Quelques bribes de mots vrillèrent à ses tympans, mais Zaria était déjà bien trop loin pour en comprendre le sens. Elle n'avait pas de temps à perdre avec de telles futilités. Elle n'accorda qu'un bref hochement de tête à sa secrétaire, avant de s'immerger dans la brise hivernale qui s'évertuait à jeter des poignées d'épines givrées. Un grognement mécontent vibra au creux de sa gorge, tandis qu'un désagréable frisson martelait son échine. Cependant, une mélodie familière l'alpagua rapidement. Elle se saisit donc de son cellulaire. Regina. Étrange. Il était rare que cette dernière ne cherche à la contacter. Elle pianota une fraction de secondes sur les touches de l'appareil, puis la porta à son oreille. Visiblement, l'heure était grave. Zaria ne connaissait peut-être pas suffisamment l'ancienne Reine mais, elle ne pouvait prétendre le contraire : celle-ci paniquait. Ses sourcils se froncèrent en une moue à la fois sceptique et amusée. Cette femme était vraisemblablement victime de ses émotions. Et, cette réputation n'était décemment plus à refaire. Ne prenant pas la peine de répondre à ce message désespéré, Zaria s'engouffra au sein du véhicule. Elle souffla bruyamment.
- Stupide femme.

Il ne fallut qu'un petit quart d'heure à la Mercedes pour regagner l'orée de la forêt. L'avocate n'était pas certaine d'assimiler ce qui l'avait poussé à retrouver la Maire ; on ne pouvait pas dire qu'elle était réellement soucieuse du sort de son prochain. Certes, son intérêt soudain pour Regina n'était pas anodin. Mais, elle ne savait plus vraiment si cela avait encore un quelconque poids dans la balance. Zaria agita sa petite caboche. Quelle importance. Après quelques minutes d'errances, elle regagna enfin le dit lieu précisé par Regina. Elle n'eut pas le temps d'articuler quoi que ce soit. Sous son regard perplexe, une silhouette désarticulée gisait nonchalamment sur le sol. Ses bras se croisèrent sous sa poitrine.
- Vous aviez l'air affolé. J'étais persuadée qu'il y avait une urgence, déclara-t-elle finalement, inébranlable.
La pointe de sa botte palpa l'épaule du malheureux. Effectivement, la mort l'avait définitivement fauché.
- Je présume que vous m'avez appelé uniquement pour cela ? Me voilà déçue. Moi qui pensais que vous aviez quelque chose d'incroyable à me faire partager.
Elle haussa paresseusement les épaules. Ses iris vinrent s'accrocher aux siennes. Elle inclina quelque peu la tête, esquissa un rictus critique.
- Quoi qu'il en soit, vous n'êtes véritablement pas douée lorsqu'il s'agit de tuer. Votre réputation est un leurre.
Tranquillement, Zaria contourna le cadavre afin d'approcher son interlocutrice qui, elle, semblait au bord de la crise de nerfs.
- Une forêt ? Sérieusement, Regina, c'est d'un kitch ! Même le plus minable des films d'horreurs n'utilise pas la forêt comme lieu de crime, ricana-t-elle.
Elle reprit rapidement son sérieux. Bien entendu, ce genre de situation lui était trop familière pour qu'elle s'en formalise. Elle se racla la gorge. Regina n'avait pas encore eu vent de ses méfaits. Elle inspira donc profondément, arborant désormais une expression visiblement plus concernée.
- Bien. Pour commencer, nous devons déplacer le corps. Je suis, d'ailleurs, surprise que vous l'ayez laissé ici. N'importe qui pourrait rencontrer notre cher ami, précisa-t-elle en désignant du menton l'Inanimé, Il serait donc préférable de le transporter dans un lieu plus discret, le temps que nous ne décidions de son avenir.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité



Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement Mar 9 Fév - 16:25, errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Mar 9 Fév - 16:25
REGINA MILLS & ZARIA YLLION
BLOODY CROWN




Elle attend. Pendant une éternité, ou du moins, c'est l'impression qu'elle a. Elle n'est pas sûre, pendant un moment, d'obtenir une quelconque aide. A dire vrai, elle en aurait, si cela ne concernait absolument pas un cadavre dans la pénombre des bois. Car elle aurait bien pu appeler Emma, et la mettre dans une position très désavantageuse, mais elle ne le souhaite pas. Qui plus est, elle sait très bien que les rapports qu'elle entretient avec la blonde ne font que se dégrader au fil du temps. Elle n'est pas dupe, elle a remarqué que la Sauveuse n'est plus réellement qui elle devrait être, qui elle l'a aidé à devenir. Quelque chose grouille en son corps, comme une horde d'insectes qui dévorerait sa chair peu à peu. Comme si bientôt, elle deviendrait quelqu'un d'autre, quelqu'un qu'elle ne connait que partiellement, une menace, quelque chose de mauvais, une Sauveuse Perdue. Mais cette fois, Regina ne parvient pas à la retrouver. Et c'est bien ce qui l'effraie le plus : elle ne peut plus être son pilier, ni être la femme qui, jusque là, l'a tant supportée, poussée sur la bonne voie.

Zaria. Cette femme qu'elle connait surtout de loin. La toute première fois qu'elle l'a entrevue, elle n'imaginait guère tout ce que son apparence pouvait cacher. Au coin d'une rue, cette allégorie se mouvait avec prestance, si bien qu'elle aurait pu se tenir à côté de l'Ancienne Reine sans crainte d'être plus petite. Zaria. Une ombre lancinante qui ne cesse de la hanter. Pourquoi elle, et pourquoi pas quelqu'un d'autre, Regina l'ignore, et elle ne sait plus quoi faire de ses pensées maladives. La blonde se fond dans ses cauchemars malgré elle, car malheureusement, la brune sait très bien qu'elle possède toutes les capacités pour la faire ployer. De quelle manière, elle ne le sait pas, mais elle sait d'hors et déjà qu'un jour, elle sera à sa merci. Ce jour est-il venu ? Peut-être, et si c'est le cas, Regina s'engouffre dans une impasse où elle ne pourra faire aucun demi-tour. Au fond de cette voie sans issue, elle sera confrontée à la lionne, et il lui faudra toute son obstination pour ne pas flancher.

En apercevant sa voiture se garer, la brune ne dit rien, elle reste muette, et elle regrette. Car malgré tout ce qu'elle a fait pour la faire venir, elle a peur un instant de simplement se condamner. Zaria est avocate, certes, mais peut-être la sous-estime-t-elle, et la verra-t-elle comme une héroïne à la fin du crépuscule. Peut-être la mènera-t-elle directement derrière les barreaux. Elle ne prend pas la peine de la saluer, lorsqu'elle émerge du véhicule, et l'accompagne, ou plutôt l'emmène, directement auprès de sa victime. L'observant à la dérobée, elle constate au fur et à mesure de son discours, que finalement, la blonde est là pour l'aider. Soulagement. Du moins, pour l'instant.

« Je n'avais pas prévu de faire un petit homicide au clair de lune en sirotant un verre de vin, Miss Yllion. Je suis navrée que le contexte vous chagrine à ce point, mais je ne peux guère le changer, maintenant. Est-ce que vous pouvez m'aider, ou dois-je me référer à quelqu'un de plus compétent ? »

La crise de nerfs approche à grands pas. Elle préfère ravaler sa colère, contre elle-même, et contre Zaria. Malheureusement, elle sait depuis quelques temps que le caractère de l'avocate n'est pas réellement son fort. A dire vrai, les peu de fois où elles se sont rencontrées à son bureau ont été plutôt agitées.

« Je n'y avais absolument pas penser, tiens donc ! Je me disais qu'il serait pourtant préférable de le laisser à l'air libre, ou faire une petite mise en scène, comme une petite crucifixion pour finir en beauté cette magnifique nuit ! »

Elle lève les yeux au ciel et s'approche de Zaria pour la regarder au fond des yeux. Seigneur, si elle s'écoutait, elle la tuerait peut-être pour tant d'affront. Mais il faut parfois faire preuve de calme et de diplomatie pour ne pas perdre son meilleur atout.

« J'ai déjà fait la liste des lieux discrets où j'aurais pu me débarrasser de cet abruti aveugle, mais aucun ne m'a semblé très bon. Excepté mon caveau, au cimetière, bien que l'idée ne me fasse guère bondir de joie, car l'odeur ne risque guère de me plaire à l'avenir. »

Elle fixe désormais le visage du cadavre, les yeux ouverts, fixant le vide.

« Rien de tel qu'un petit parfum mêlant chair en décomposition et larves gourmandes pour embellir mon repère. Il ne me manquait vraiment que cela pour toucher le bonheur du bout des doigts. »

Soudain, elle suffoque, et sa mâchoire se crispe. Elle passe une main sur son front et ferme les yeux.

« Pourquoi a-t-il fallu qu'un foutu ignorant s'aventure dans la forêt à une heure pareille ? »

Elle s'énerve, commence à hausser le ton.

« C'est vrai ! Que Diable faisait-il ici ?! Voulait-il absolument ramasser des champignons à l'endroit exact de mon passage, ou était-il juste persuadé qu'il fallait être à cet endroit à ce moment précis pour réussir à me mettre dans une merde noire ? »




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Ce personnage a rejoint l'équipage pour la cité perdu le .
Il a été aperçu dernièrement , errant dans
les sublimes ruines de l'Atlantide. Mais quel coup préparait-il ?
GIF

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bloody Roar 2
» Lord Bloody Kusanagi
» 1675 Pointed Crown Guard, Gilt, Chemin de Fer, et...Chocolat. >>>
» Tudor Big Crown
» Luciole - Bloody Cross [DMC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Storybrooke :: Les Alentours :: La Forêt-
Design par Kiki.2000 et quelques corrections gentiment conseillées par Nihil Scare Winspeare, et Never-Utopia. Toutes reproduction est strictement interdite. Le forum appartient à ses propriétaires. Merci de respecter le travail fourni par l'équipe administrative et ses membres.